Magazine Ebusiness

Vendido : pour vendre les invendus des e-commerces

Publié le 17 janvier 2009 par Eskifar
Vendido : pour vendre les invendus des e-commerces Vendido signifie, en espagnol, vendu. Mais c'est aussi le nom d'une société à Hallennes-lez-Haubourdin qui se charge d'écouler les stocks invendus des e-commerçants. Les commerces en ligne tout comme les particuliers y trouvent leur compte. Les premiers parce qu'ils arrivent à écouler leurs invendus et les seconds parce qu'ils peuvent acheter des produits à meilleur prix. « Les sites d'e-commerce n'ont pour la plupart pas de canal de revente des produits qui leur sont retournés. Ils sont donc souvent vendus à bas prix à des soldeurs », explique Thibaut Bayart, qui dirige Vendido avec Éric Noé. « Nous leur proposons un autre canal de distribution. Elles nous envoient leurs produits. Nous les photographions, mettons les annonces en ligne et finalisons la transaction. »
Vendido se rémunère à la performance et en fonction du montant de la vente. La société réalise aussi des « corners » sur eBay totalement dédiés à une marque qui souhaite écouler des fins de série. « C'est l'équivalent d'un magasin d'usine appliqué au Web. »

L'entreprise réalise la plupart de ses ventes sur eBay, mais aussi sur les sites www.leboncoin.fr ou www.2foismoinscher.com. « Nos produits vont de la clé USB jusqu'au frigo américain en passant par le canapé. » Ils sont expédiés aux clients. Mais, de plus en plus, certains viennent les retirer directement à l'entrepôt de 1 500 m² d'Hallennes-lez-Haubourdin.

« Nous vendons 1 500 à 2 000 produits par mois et ça progresse très fort. » Lors de son lancement, en avril 2007, Vendido recueillait les objets des particuliers pour les vendre sur le web. « Mais économiquement parlant, on ne s'y retrouvait pas forcément. »

Petit à petit, la société s'est donc réorientée vers une clientèle d'entreprises. Et aujourd'hui, elle emploie une dizaine de personnes. « Déjà, avant la crise, on sentait un vrai engouement. Mais depuis quelque temps, on sent un réel intérêt pour ces solutions de la part des vendeurs à distance et des distributeurs, souligne Thibaut Bayart. Par ailleurs, nous touchons les consommateurs malins. Il y a un vrai changement dans les façons d'acheter. Le marché de l'occasion, qui était auparavant populaire est aujourd'hui tendance ! »


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Eskifar 36 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte