Magazine Culture

La technologie militaire en question

Par Francois155

LE CAS AMÉRICAIN, PAR JOSEPH HENROTIN.

Ouvrage au contenu très dense, car le sujet l’exigeait incontestablement, et dont le fil se déroule tout le long d’un plan tiré au cordeau (voir une table des matières complète ici), le dernier livre de joseph Henrotin est important car il examine scrupuleusement un « moment » de la pensée stratégique américaine, pour la première fois richement et savamment présentée en français.

Un « moment », mais aussi et en fait une évolution somme toute logique, tant RMA et Transformation s’inscrivent presque idéalement dans une perception, une vision de la guerre propre à ses dirigeants politiques et militaires[1]. Une (r)évolution, de plus, qui est loin, malgré les critiques qu’elle suscite aujourd’hui, d’être close : sur le plan matériel, la stratégie génétique de la Transformation continuera encore longtemps à produire ses effets ; de même qu’elle imprègne, sur le plan idéel, et contrairement à ce que nous, observateurs européens et particulièrement français, croyons percevoir à travers le retour en grâce des valeurs, qui nous paraissent plus familières, de la COIN, encore largement les esprits des militaires, stratégistes et décideurs américains.

Si l’auteur examine sans complaisance les effets pervers de la « technologisation », il se garde bien de tomber dans l’excès critique : le sujet est simplement trop vaste et complexe, les implications pour le futur, les ouvertures autant doctrinales que matérielles, sont si grandes qu’il restera toujours un peu de la RMA, même et surtout lorsque sera retombé la fièvre de ce « moment », justement, où (presque) tout a paru possible à certains. Au risque d’oublier, de négliger et/ou de vouloir quantifier pour les dépasser ces facteurs difficilement modélisables que sont l’homme, l’incertitude, la friction, le brouillard, le hasard et, d’abord et avant tout, l’Autre antagoniste et sa volonté souvent au moins aussi forte que la nôtre.

Mais ce livre est aussi le récit, vertigineux et quasi prométhéen, d’une « dérive » ayant pour point de départ l’admiration d’une soudaine, concomitante et, pour ceux qui en prennent conscience, bouleversante technicisation de la guerre, un processus certes naturel dans toute l’histoire stratégique, mais qui, se focalisant sur elle au point de lui faire prendre la forme de ce que l’auteur nomme la « technologisation », les entraîne dans des voies pernicieuses, brumeuses et in fine contre-productives[2]. Ou lorsque l’esprit de l’homme de guerre se laisse abuser par ses outils au point de rendre sa pensée esclave de ceux-ci…

N’allons pas plus avant dans le fond de l’ouvrage : sa richesse même rendrait l’exercice trop long et périlleux. Du reste, si l’on voulait vraiment lui faire un reproche, ce serait celui d’une trop grande érudition. En effet, le propos est difficilement accessible au lecteur non spécialiste et l’auteur de ces lignes courrait le risque, car il ne dispose pas du bagage intellectuel suffisant, de mal interpréter les multiples pistes et références qui le constellent.

Citons simplement, parce qu’ils ont marqué le lecteur, l’étude sur les PGM et leur impact autant physique que symbolique ; la distinction (le hiatus ?) entre un American way of warfare et un American way of war ; la prise en compte de la réflexion stratégique chinoise actuelle à travers la guerre hors limite ; ou, sujet d’étonnement récurrent chez l’Européen qui s’intéresse à la culture militaire US, ce tropisme jominien qui ne parvient pourtant jamais à se défaire de l’ombre tutélaire, indispensable, de Clausewitz. Du reste, si l’auteur pointe fréquemment cette tendance jominienne, il nous montre aussi, et jamais bien loin, la pensée de Clausewitz qui s’impose par petites touches, s’engouffrant toute seule, comme par une évidence, dans chacune des brèches ouvertes par la Transformation pour imposer sa permanence, élargissant le concept à des voies nouvelles.

Un livre important, donc, que l’on rangera dans sa bibliothèque stratégique francophone juste à côté de celui de Vincent Desportes[3] et à qui l’on peut prédire un avenir semblable à celui des grands vins : dans quelques années, l’on y reviendra à l’aune des péripéties militaires américaines du moment, pour mieux mesurer à quel point l’auteur avait vu juste.

Pour finir et pour réfléchir, un extrait[4] qui a trait aux notions de symétrie/asymétrie :

« L’appel aux notions de symétrie et d’asymétrie dénote (…) la rationalité technocentrée de leur opposition. S’opposant sur la forme du combat adopté, il serait tel que le fort serait amené à mener un combat symétrique, le faible un combat asymétrique. Mais le fort d’aujourd’hui n’est plus celui qui peut jeter de grandes armées dans les conflits, c’est celui qui détient la supériorité technologique (…). Or, à se focaliser sur cette supériorité, l’on tend à oublier qu’un adversaire adoptant une stratégie asymétrique peut le faire parce qu’elle lui semble plus rentable. En fait, l’asymétrie n’est pas une forme mineure de guerre, éventuellement coupée des rationalités de la guerre symétrique (…). Elle représente, au contraire, une des applications « intelligentes » de la grammaire de la stratégie. En d’autres termes, le « fort » ne l’est pas tant en vertu de ses qualités matérielles qu’en vertu de son aptitude à atteindre ses objectifs par une utilisation adéquate de la stratégie : en réalité, le « fort » est sans doute l’adversaire qui use de l’asymétrie. Au final, la mobilisation à tout crin des notions de symétrie et d’asymétrie pourrait signifier (y compris chez les sceptiques à l’égard de la RMA) une profonde incompréhension du phénomène guerrier. En fait, cette incompréhension pourrait traduire une technologisation de la pensée ».


[1] « La technologisation peut certainement être considérée comme une tendance inhérente aux cultures politique et stratégique américaines, en vertu de leurs particularités, qui la favorisent. » in « La technologie militaire en question », Economica, 2008, p282.

[2] Pour un exemple de cette « dérive », on songe bien sûr à l’analyse critique des EBO rédigée par le général James N. Mattis et publiée en français sous le tire « Principes du commandement concernant les Effects-Based-Operations » in DSIn° 43, p 42 à 48.

[3] « L’Amérique en Armes. Anatomie d’une puissance militaire », Vincent Desportes, Economica, 2002.

[4] Op cit p 97-98.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Nostromo de Joseph Conrad

    Nostromo Joseph Conrad

    Photographie de Sam Shere.«It's crashing. It's crashing terrible. It's burst into flames... get this, Scotty, get this, Scotty... Get out of the way, please, oh... Lire la suite

    Par  Juan Asensio
    CULTURE, LIVRES
  • Joseph Balsamo d'Alexandre Dumas

    Joseph Balsamo d'Alexandre Dumas

    Joseph Balsamo, 1er tome de Mémoires d'un médecin, inaugure une trilogie consacrée au crépuscule de la Monarchie et à la Révolution française. Lire la suite

    Par  Sylvie
    CULTURE, LIVRES, ROMAN
  • "The Wolf Man" : transformation

    Rick Baker est un génie du cinéma. Voici les sculptures réalisées à l'occasion de la préparation du long métrage intitulé "The Wolf Man" de Joe Johnston. Lire la suite

    Par  Loulouti
    CINÉMA, CULTURE
  • Culture.fr : JOSEPH ARTHUR + KARKWA

    Sur Culture.frJOSEPH ARTHUR & THE LONELY ASTRONAUTS + KARKWASpectacleA la marge des grands courants, élevé par Peter Gabriel, qui révéla au monde le singulier... Lire la suite

    Par  Gabnews
    CULTURE, MUSIQUE
  • Am Anfang (Au commencement)

    Anfang commencement)

    Dernier spectacle donné à l'Opéra Bastille de la saison à compter du 7 juillet Conception, mise en scène, décors et costumes Anselm Kiefer Composition et... Lire la suite

    Par  Brieuc75
    BEAUX ARTS, CULTURE, THÉÂTRE & OPÉRA
  • Am Anfang : les ruines

    Anfang ruines

    A l’Opéra hier soir pour le spectacle d’Anselm Kiefer célébrant les vingt ans de l’Opéra Bastille et la fin du mandat de Gérard Mortier. Lire la suite

    Par  Marc Lenot
    BEAUX ARTS, CULTURE, EXPOS & MUSÉES, SORTIR
  • « PenseR les islams », Ouvrage collectif

    PenseR islams Ouvrage collectif

    « PenseR les islams », Ouvrage collectifLe Temps des Cerises / 220 p. Ne jamais cesser de tenter de comprendreComme le déclare si bien la quatrième de... Lire la suite

    Par  Anom Yme
    CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Francois155 82 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines