Magazine

Le Déterminisme Culturel chez les Simpson

Publié le 18 février 2009 par Mrbrown

Les Simpson, chantre télévisuel crée par Matt Groening, qui effectue actuellement sa vingtième année (avec moult pertes et fracas) mérite une analyse d’un point de vue sociologique. Certes, on est loin d’un documentaire de Pierre Carles, le Michael Moore français, mais on peut au moins se baser (avec une lourdeur de style) sur l’étude cinétique d’un Pierre Bourdieu. Car oui, « la sociologie est un sport de combat ». Et la maison d’Evergreen Terrace en constitue un sacré champ de bataille.
Le Marasme Bourdien au service de l’acte prolétaire de saltimbanques américain.
Avec son Farfelu Habitus, Pierre Bourdieu s’était mis dans la poche le marasme anti gauchiste de la France de Pompidou, Habitus ou cette espèce de norme implicite déterminant le groupe auquel Monsieur Tout le monde appartient. Soit le populiste ignare se gavant de Julien Courbet et de Gérard Holz (les dominés), soit les grippe-sous snob, se masturbant sur Straub Huillet et fiers de se repentir lors du culte dominical (les dominants). On retrouve ce même type de décision sociétale dans la population Springfiledienne. D’un côté les dominants, Mr Burns, le Maire Quimby, Docteur Hibbert, Kent Brockman, et les dominés, Clétus, Moe et la famille Simpson, beaufs caricaturaux dont la bêtise se révéla galopante au fur et à mesure des saisons, famille s’opposant elle-même à la famille Flanders, symbole chrétien parfait, républicaine, pour une antinomie éclatante. Ce système de miroir déformant rend ainsi justice à la dynamique toute particulière de la série. On y glorifie les châtiments corporels, la non éducation, la stupidité au rang d’initiative corporelle. Aussi dans un enracinement ainsi défini, il apparaît difficile pour la progéniture de s’ériger une existence idéale d’après leurs modèles. Bart, le fiston aîné se rapprochant ainsi plus d’un Denis la Malice sous acides que d’une Dora l’exploratrice moralisatrice et véritablement pernicieuse. Et c’est ce qui fonctionne. On ne s’arrache pas les T-Shirt de Tod Flanders vouant son dieu de pacotille, mais plutôt ceux de Bart exposant fièrement son séant. Ainsi, dans son environnement sous cultivé, Bart ne peut que rester au niveau bas de plafond qui fait tellement plaisir aux fans. Et en dehors de l’optique comico-commerciale, les auteurs rendent en cela référence à la théorie de Bourdieu, suivant le cycle déviant de la reproduction sociale Homer / Stupidité / Bart.
Le média de référence explose la sociologie de Comptoir (mais pas forcément non plus).
C’est par le biais du personnage de Lisa Simpson que s’effondre toute la théorie de cette première partie. Car si Bart suit le doux chemin tracé par son père, pour un résultat forcément désastreux (les multiples projections dans l’avenir de la série ne contrediront jamais ce point), c’est Lisa qui va permettre d’exploser le carcan sociologique exprimé par le show. En effet, Lisa, intelligente, studieuse, responsable, est promis à un bel avenir. Les créateurs (comme le personnage) la voient finir président des Etats-Unis en même temps que prix nobel. Et pourtant elle dispose des mêmes repères que Bart, son grand frère horripilant. Un personnage à la tête si particulière arriverait-il à annihiler les efforts et théories d’un des fleurons de la culture sociétale française ? La réponse tient simplement sur un seul degré : l’humour. Rien à voir ici à part deux personnages en perpétuelle lutte, juste pour le principe de faire s’esclaffer dans les chaumières. Voir pour ça le personnage de Lisa, toujours revancharde et moralisatrice, en fait l’un des personnages les moins aimés de la série, affublés des pires histoires (l’histoire d’amour avec Nelson, les mauvais coups de Bart). Lisa a toujours eu le mauvais rôle et ne sert finalement donc qu’à glorifier son frère Bart, et au fur et à mesure des saisons son père. Le déterminisme culturel fonctionne bel et bien, et demeure l’un des ciments du succès du show, au-delà des personnalités de chacun.
Pierre Bourdieu n’a pas tort, mais Matt Groening ne lui donne pas non plus raison.
Ou alors ces deux univers n’ont juste rien à voir, et sont étudiés paresseusement par un pigiste volage déprimé par un été hivernal. Au lecteur de se forger sa propre opinion.
Si il a lu jusqu’au bout.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par Flavien
posté le 08 décembre à 18:15
Signaler un abus

Très intéressant, je pense néanmoins qu'il faut dévier un peu l'anlyse pour qu'elle colle mieux à la culture américaine. Ici, donc, l'habitus sera remplacé par le patrimoine génétique. En effet dans cette étrange société, à peine différente de la notre, les femmes choisissent leur maris avocats ou chirurgiens dans l'espoir de rendre leurs enfants aussi beaux et intelligents ; les fils de criminels subissent une ignoble présomption de culpabilité dès l'instant où ils ont eu le malheur d'être suspects... Un déterminisme génétique est encore plus attroce qu'un déterminisme social, car en soi dans le deuxième, nous serions tous égaux à la naissance et ce n'est que par la suite que nous nous différenciererions.

Par Camille Renaudin
posté le 17 mai à 10:30

Bonjour,

Je suis journaliste pour l'émission 100 % mag, diffusée tous les soirs de semaine sur M6. Je réalise un sujet sur les donuts, et je voudrais faire participer un connaisseur des Simpsons qui pourrait nous raconter un peu si ce sont les Simpsons qui ont lancé la mode du donut en France, nous dire si les donuts sont présents dans la plupart des épisodes, si c'est un symbole américain... Si vous êtes intéressé par cette expérience, n'hésitez pas à me contacter au 01 82 28 31 15, ou camille@soda-presse.fr

Merci beaucoup!

Camille

A propos de l’auteur


Mrbrown 13 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte