Magazine Caricatures

Jeux de pistes avec les syndicats

Publié le 18 février 2009 par Dominik89

C'est aujourd'hui le Grand Jour ! Nicolas Sarkozy a convoqué les dirigeants des 5 syndicats considérés comme représentatifs (notion figée il y a plusieurs décennies, ce qui exclut les nouveaux syndicats comme SUD) à l'Elysée pour parler des mesures répondant aux angoisses des Français face à la crise. C'est surtout un affichage en réponse à la manifestation du 29 janvier dernier. Lors de son émission de télévision, le chef de l'état avait lancé plein de pistes en vue de cette rencontre. En vrac : suppression du deuxième tiers de l'impôt sur le revenu, augmentation des allocations familiales, prime pour les jeunes chômeurs, distribution de chèque emploi-service etc.Tags : 18 février 2009, rencontre avec les syndicats représentatifs, CGT, CFDT, CFTC, CGC, FO, Nicolas Sarkozy, Français, président de la république, chef de l'état, gouvernement, UMP, télévision, SUD, crise mondiale, impôts, loi TEPA, paquet fiscal, bouclier fiscal, 15 milliards d'euros
Pour résumer, Sarko convoque les syndicats. Il leur annonce ce qu'il a l'intention de faire, teste leurs réactions, refuse toutes leurs demandes et passe ensuite à la télévision pour nous parler du bilan de sa journée. Comme à son habitude, il aura une annonce forte (ou prétendue telle) afin de marquer le coup. Les syndicats n'auront servi que de faire-valoir à la communication présidentielle dont l'acte le plus important sera le discours de ce soir (désolé, j'ai badminton, je ne pourrais pas admirer son magnifique laïus).
D'ailleurs, cette rencontre ne sert tellement à rien que Catherine Nay, éditorialiste ultra-sarkozyste sur Europe 1 a déjà prévenu que le président ne pourrait que décevoir les syndicats. Elle a tout de même ajouté que les syndicalistes n'étaient pas vraiment contre Sarko et qu'il ne jouait qu'un rôle. En terme de rôle, madame Nay en connait un rayon avec ses éditos caricaturalement orientés. Et puis Sarko qui lance des "pistes" pour se créer une réunion lui donnant l'air de négocier avec les syndicats, ce n'est pas un jeu de rôle ?
Au fait, rappelons-nous un petit détail quand le gouvernement nous dit qu'il n'a plus d'argent : la loi TEPA, plus connue sous l'appelation "paquet fiscal" contenant le fameux bouclier fiscal, coûte 15 milliards d'euros par an. Au vu de son (in)efficacité, on pourrait facilement récupérer de l'argent, non ?
Dès lors, les syndicats ont programmé une nouvelle journée d'action au cas où la rencontre du 18 février serait infructueuse, ce qu'elle a toutes les chances d'être. Rendez-vous ce soir, mais sans aucune illusion...
Dominik


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dominik89 1652 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte