Magazine Société

Repentir

Publié le 20 février 2009 par Tudry

Dans Éthique, Baruch Spinoza écrivait ceci "Qui se repent de ce qu'il a fait est doublement malheureux." (Éthique IV, proposition 54)

Dans cette perspective philosophique rationaliste , le philosophe, bien évidemment n'a pas tort. Pour celui qui entend vivre "libre et heureux" et dont cette vie est la seule fin, le repentir ne sert de rien, d'ailleurs de quoi se repentir car, en fait on a pas fait de mal on a seulement failli à cette règle éthique d'une vie "sous la conduite de la raison".

Dans ce cadre celui qui se repent, le fait soit en lui-même et pour lui-même, soit devant ses pairs. La conclusion de philosophe est donc légaliste et rationnelle, il convient de réparer les torts causés et passer à autre chose, c'est-à-dire selon lui à la conduite d'une vie vertueuse, utile à tous et à chacun. Légaliste, utilitariste et rationaliste l'homme de Spinoza vit dans un monde imaginé par un philosophe n'en doutons pas.

La simple psychologie de l'être humain réduite en ces termes est ahurissante, à mes yeux. Cette forme philosophique de vie n'est-elle pas celle dont l'idée ronge littéralement tant de personnages de Dostoïevski ?

...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tudry 471 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine