Magazine

Temple marchand

Publié le 21 février 2009 par Didier54 @Partages
[Eléonore et Patrick en train de boire le café après le repas)*
Elle dit : Tu sais quoi ?
Il répond : Euh.. Non... Quoi ?
Elle dit : Le supermarché de la ville, ils vont l'agrandir. Et ce qui est super, c'est qu'ils vont faire une galerie marchande.
Il dit (humour qui tombe à plat) : une narine garchande ?
Elle répond : Non, une galerie marchande. Dans le magasin. C'est pour aérer le supermarché.
Il dit : L'hypermarché, tu veux dire. Ce ne sont plus des m2, là, mais des hectares. La vie au champ, plutôt. Elle sera dehors, alors, la narine marchande ?
Elle hausse les épaules : Non, pas du tout. Elle sera dans le magasin.
Il hausse les épaules : Ben comment ils aèrent, alors ?
Elle explique : Ils ajoutent de l'espace, en fait, comme ça, on pourra mieux circuler. d'ailleurs, il paraît aussi qu'ils vont enlever des rayons.
Il dit, cherchant à abréger après l'humour à plat : Tu t'en fous, toi, de toutes façons, tu ne vas jamais dans ces magasins là.
Elle hausse les épaules : Ben là, j'irai peut-être. Faut voir.
Il conclue, enfin croit conclure, de toutes façons il a terminé son café : Mais si tout le monde est comme toi, c'est à dire peut pas sacquer ces magasins, mais fais comme toi, en se mettant s'y rendre, il n'y'aura pas plus d'espace dans le bazar, au contraire, si vous êtes plus nombreux à venir. Mais bon. C'est le but du supermarché, je pense.
Elle complète, café à moitié bu : Tu es chiant, Pat'. Vraiment. Tu vois le mal partout. En plus, il va y avoir deux magasins de vêtements supplémentaires. Juste à côté.
Il dit : Tu parles d'une aération, toi. Deux cubes en plus, un hypermarché plus grand, des bagnoles en plus. Elle est où, en fait, la bonne nouvelle ?
Elle conclue (enfin croit conclure) : Mais nulle part ! Ce n'est pas une question de bonne ou de mauvaise nouvelle. Je te dis ça comme ça, moi. On m'en a parlé l'autre jour, je te raconte, c'est tout. Disons qu'il y aura plus de choix. Et plus d'espace.
Il, pressé d'en finir : Mais on s'en fout ! Nous n'avons besoin de rien ! Et puis les gens ont pas de sous, de toutes façons.
Elle termine : C'est toujours bon à savoir, quand même.
Il la suit : Bon, tu vas faire les courses ou j'y vais ?
Elle : Je n'ai pas trop envie d'y aller, en fait.
Lui : Moi non plus.
* Conversation imaginaire quoique.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Didier54 35 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte