Magazine Politique

Dur apprentissage du militantisme

Publié le 21 février 2009 par Alain Hubler

Initiative impôt divertissement inaboutie ?Je ne sais pas trop de quand date la dernière initiative populaire radicale dans le canton de Vaud, mais une chose est certaine, je ne me souviens pas avoir vu des militants de ce parti battre le pavé lausannois pour obtenir les précieux paraphes.

Cela n’empêche pas que, par une belle journée d’automne 2008, des membres du Parti radical lausannois et de la coalition Lausannensemble s’élançaient dans les rues de Lausanne pour recueillir les huit mille et des poussières signatures nécessaires à soumettre au peuple leur volonté de supprimer le fameux impôt sur les divertissements. Un impôt prélevé sur les billets d’entrée des manifestations sportives et culturelles qui rapporte bon an mal an un peu plus de 5 millions à la ville de Lausanne.

Et c’est qu’ils n’étaient pas seuls les bougres ! En bénéficiant du soutien de Pathé cinémas, du Pool Lausanne la Nuit – qui regroupe 15 clubs et 17 bars – des plus importants organisateurs de concerts, dont Opus One et Live Music Production, des billetteries FNAC Suisse et Ticketcorner, qui comme chacun le sait déploient tous des efforts surhumains pour rendre la culture et les loisirs accessibles au plus grand nombre, l’affaire semblait dans le sac dès le premier instant.

Avec de tels appuis, lancer une initiative populaire visant à diminuer un impôt, cela ne pouvait être que gagné d’avance. Les salles de cinéma, les discothèques, certains théâtres mirent donc à disposition des feuilles de signatures sur leurs comptoirs, un groupe Facebook comportant 1354 membres naquit, de courageux membres de Lausannensemble affrontèrent de bon matin les frimas hivernaux de la place de la Palud. La machine à obtenir des baisses d’impôts pour les marchands de divertissements était sur des rails.

La machine paraissait tellement bien lancée que ses pilotes – les radicaux Gilles Meystre et Pierre-Antoine Hildbrand, les libéraux Mathieu Blanc et Philippe Vuillemin ainsi que le démocrate-chrétien Claude Mettraux – s’assoupirent quelque peu pendant le trajet. C’est ainsi que les signatures obtenues au coin d’un comptoir de bar, à l’entrée ou à la sortie d’une discothèque frémissante ou d’une salle de cinéma et, probablement, parfois, grâce à quelques petites mains peu rompues à cet exercice et payées avec des élastiques, s’accumulèrent tout en hébergeant en leur sein un certain nombre d’exemplaires non conformes en regard des exigences légales. On connaissait depuis peu les «fonds pourris», on allait faire connaissance des «sceaux pourris».

Le jour tant attendu de la remise des précieuses griffes arriva et un peu plus de 12′500 signatures furent remises dans les délais au greffe municipal qui se mit à l’œuvre pour vérifier, l’une après l’autre, chacune d’elles. Et ce qui ne devait pas arriver, ce qui ne pouvait pas arriver, ce qui n’aurait pas dû arriver arriva : le taux de signatures non valables atteignit le sommet vertigineux de 35%. Plus d’une signature sur trois fut invalidée. Un record digne de figurer dans le Guinness Book ! Mais surtout un record qui pourrait bien sonner le glas pour l’initiative lausannensembliste.

À l’heure actuelle, selon La Liberté, il manquerait un peu moins de 10 petites signatures pour que l’initiative aboutisse. La baffe.

Une baffe qui sanctionne une insouciance irresponsable, une confiance en soi démesurée et un amateurisme coupable. En effet, comment expliquer que la récolte débouche sur une telle proportion de signatures invalidées si ce n’est parce que le travail a été bâclé ? Une récolte de signatures pour un référendum ou une initiative nécessite un minimum de soin de la part du comité qui la lance. Il s’agit de vérifier que les récolteurs font leur travail correctement et de leur donner un minimum de formation. Il faut aussi s’assurer que les signatures sont conformes à la légalité, qu’elles sont toutes lisibles, que les gens qui signent sont bien domiciliés à Lausanne, etc. Bref tout un travail de suivi qui manifestement n’a pas été fait et qui constitue la seule explication plausible à cette érosion record du nombre de signatures valables.

Tout cela montre que l’appui des poids lourds du commerce du divertissement et les moyens qui vont avec ne sauraient remplacer le travail militant.

Et pourtant, j’ai une petite pensée pour ce membre du Parti radical qui, par un froid samedi matin, s’en allait, équipé pour affronter l’ascension de l’Annapurna, récolter des signatures probablement valables celles-là. À l’heure qu’il est, le fait que son travail soit en passe d’être réduit à néant par le dilettantisme de son comité d’initiative doit lui rester en travers de la gorge. Il y a probablement des discussions assez animées qui se préparent du côté de Lausannensemble.

Mais un espoir subsiste pour ceux qui ont joué avec les droits démocratiques des Lausannois. Avec moins de 10 signatures manquantes et même si tout a été fait pour récupérer les signatures les plus discutables du point de vue de leur validité, il y a bien une Municipalité ou un Conseil d’Etat qui déclarera qu’au nom du respect dû aux citoyens qui ont manifesté clairement, lisiblement et dans le respect de la loi leur intention de voir cet objet soumis au vote populaire, il est «citoyennement responsable et justifié» de repêcher cette initiative maltraitée par ses géniteurs.

Si l’on peut comprendre un tel repêchage sur le plan moral, d’autant qu’il y a bien une dizaine de signatures valables qui ont dû atterrir dans la case postale du Comité d’initiative hors délai, il constituerait un véritable scandale sur le plan de l’exercice des droits politiques.

Une chose est certaine, Lausannensemble se souviendra longtemps de sa première initiative communale, même si par miracle une petite dizaine de signatures tombe du ciel.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Dur aux faibles

    Nombre de médias s’obstinent à accoler au nom de Nicolas Sarkozy le titre de président en exercice de l’Union européenne ce qui, rappelons-le encore, est... Lire la suite

    Par  Malesherbes
    FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • La réunion de la gauche molle avec le centre dur

    Le maire de Louviers, président de l'agglomération Seine-Eure, est également vice-président de l'association pour la réunification de la Normandie. Lire la suite

    Par  Gezale
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Dur… Dur… ce début d’année.

    La fin de l’année 2008 n’aura pas été spécialement reposante avec Colin qui a la malchance de cumuler une poussée dentaire carabinée (et ce pendant près d’un... Lire la suite

    Par  Marc Vasseur
    FRANCE, HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Y en a pour qui c'est moins dur que d'autres ...

    Cambriolage chez Cécilia Attias : 500.000 euros de bijoux volés...Comme dirait renaud dans "Banlieue rouge" :"Ce spectacle l'écœure, Alors elle pense à ces... Lire la suite

    Par  Torapamavoa Torapamavoa Nicolas
    FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • "Qu'il est dur mon métier !"

    Les sondages confirment la chute de la cote de popularité du chef de l'Etat et du premier ministre. Une majorité de Français souhaite plus de résultats... Lire la suite

    Par  Christian Lariviere
    BD & DESSINS, CARICATURES, FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ, TALENTS
  • Italie-Lybie, dur à cuir(e) reçu en grandes pompes…

    Italie-Lybie, cuir(e) reçu grandes pompes…

    Le guide suprême de la révolution lybienne – puisque tel est son titre officiel – le général Mouhammar Khadafi est reçu à Rome par Berlusconi en grandes pompes... Lire la suite

    Par  Ps76
    FRANCE, HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Dur dur d'être un blogueur

    Ce n'est pas le 1er cas et ce ne sera certainement pas le dernier dans le monde : un blogueur russe de 30 ans,Dmitri Kirilin, est poursuivi pour appel "au... Lire la suite

    Par  Aurialie
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ

A propos de l’auteur


Alain Hubler 199 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines