Magazine Internet

La routine du blogage

Publié le 22 février 2009 par Nicolas J
La routine du blogageLa routine s’installe. Tous les matins (ou tous les soirs ou tous les jeudis ou tous les 29 février), le blogueur fait son billet. Ca fait six mois (ou un an ou trois siècles) que ça dure. Le blogueur fait son billet.
Il est content, presque amusé. Il avait créé son blog comme ça, parce que sa belle-sœur (ou son copain de bistro ou sa concierge) en avait un qu’il avait trouvé sympathique. C’était juste pour voir. Il s’est pris au jeu. Il en est amusé car il connaît maintenant une espèce de succès : il a de plus en plus de commentaires, son compteur de visites explose et il vient de rentrer dans le top 1000 des blogs divers chez Wikio.
Il se prend au jeu
. Plutôt que de regarder la télé (ou besogner son épouse ou aller au foot), il visite les blogs et rempli le sien.
La routine est là, le succès aussi. Tous les matins, il cherche une idée de billet, trouve, rédige, publie. Tous les matins, il cherche une idée de billet, trouve, rédige, publie. Tous les matins, il cherche une idée de billet, trouve, rédige, publie. Tous les matins, il cherche une idée de billet, trouve, rédige, publie.
Il est content, presque amusé : le succès est là. Il a juste oublié de prendre du recul, il a juste oublié que le succès est mécanique. Il continue.
Ca y est ! Il vient de dépasser les 200 visites, un de ses billets a été cité par Le Monde, il a eu 45 commentaires sur un billet et Wikio le change de catégorie ! Hop ! En politique ! Directement 120ème.
Alors il continue. Il est amusé. Content. Il installe des widgets, étudie le Google Analytics, met une jolie barrière. Il se lâche. Il ose commenter chez Farid. Il est mis en lien par Detoutderien. Il est dans la blogroll de PMA.
Alors il continue. Il est amusé. Il est persuadé d’être sur la bonne voie.
Il a oublié ou il ne sait pas que le succès est mécanique. Un jour, il ira sur l’annexe de PMA où le taulier donne des « conseils de blogage » et cliquera sur le libellé « conseils de blogage » en bas à gauche. Il tombera sur ce billet. Et il lira, perplexe, « le succès est mécanique ». Perplexe, il retournera sur son blog et relira ses billets depuis le jour où il s’est retrouvé dans le top 1000. Il relira chacun des billets, un par un. Il réfléchira.
Le succès est mécanique.
Le nombre de visiteurs monte : tous les jours, le taulier met des mots dans son blog. Il accumule les mots. Google trouve beaucoup de mots qui lui plaisent.
Le nombre de commentaires augmente : oui, quatre personnes dialoguent chez lui.
Il est cité par le Monde : il faut bien que Le Monde fasse monter l’égo des blogueurs pour récupérer des liens et faire monter son PageRank pour dépasser le Figaro (ça n’est qu’un exemple, bordel, vous fâchez pas) dans les google news.
Son Wikio augmente : le billet où il a raconté la cuite de sa belle mère a plu à cinq blogueurs qui l’ont cité.
Il ose commenter chez Farid : je l’ai fait aussi. Farid ne m’a pas mangé. C’est Ronald qui mange les blogueurs. Et encore ! Seulement les libéraux.
Il est mis en lien par Detoutderien : Gaël est sympathique, il cite tout le monde.
Il est dans la blogroll de PMA : je mets tout le monde dans ma blogroll (comme elle est triée par date, ça me permet de voir rapidement, quand je vais répondre à un commentaire, si un nouveau billet est sorti : je suis un blogueur organisé. Comme ça je suis « prem’s » et le taulier du blog est persuadé que je m’intéresse à lui. Ne le répétez pas).
Alors, notre sympathique blogueur reprendra la lecture de ce billet et relira son blog : sur ses 25 derniers billets, aucun n’est original, aucun n'est exempt de fautes de Français, aucun n’apporte de l’information utile, aucun n'est drôle, aucun n'est émouvant, aucun ne mérite plus qu’un citation dans les conseils de blogage, au chapitre : « Erreur à ne pas faire ».La routine du blogage
Dans son illusion de succès, notre blogueur aura été persuadé qu’il est dans la bonne direction
, que son blog est bon, qu’il mérite du succès. Il a juste oublié de réfléchir, individuellement, à chacun des billets. Il produit pour produire. Par habitude, par réflexe, par passion mais en oubliant d’avoir un regard critique sur sa propre prose. Il se permettra de donner des conseils de blogage.
« Hé ! Les gars, j’ai découvert un nouveau Widget qui donne en direct la quantité de méthane produite par les vaches à Singapour ». Et il sera repris par son copain blogueur, celui qui lui fait un lien tous les deux jours : « Hé les gars, j’ai découvert chez machin un nouveau Widget… »
Et il aura oublié que tout le monde s’en fout du méthane à Singapour. Je ne sais même pas s’il y a des vaches, là-bas (google me dit que oui : voir l'illustration à gauche, là). Mais il y a sûrement des bons blogs. Il y en a bien 70000 en France.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nicolas J 58 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine