Magazine Culture

Philippe Claudel, Le Rapport de Brodeck

Par Gilles


Quatrième de couverture :

Le métier de Brodeck n’est pas de raconter des histoires. Son activité consiste à établir de brèves notices sur l’état de la flore, des arbres, des saisons et du gibier, de la neige et des pluies. Brodeck ne sait même pas si ses rapports parviennent à l’administration. Depuis la guerre, les courriers fonctionnent mal, il faudra beaucoup de temps pour que la situation s’améliore.

Mais un jour, c’est un rapport d’une tout autre teneur, et sur un événement beaucoup plus grave, qui lui est demandé. Brodeck, consciencieux à l’extrême, ne veut rien cacher de ce qu’il a vu, il veut retrouver la vérité qu’il ne connaît pas encore. Même si elle n’est pas bonne à entendre.

Mon avis :

Je me suis ennuyé au possible en lisant ce roman. Ce n’est pas la qualité du style de Claudel qui est à mettre en cause, il est brillant comme toujours. Ce qui a provoqué cet ennui c’est l’atmosphère du livre, atmosphère créée par le lieu que l’auteur a choisi pour situer l’action. On ne sait pas vraiment où se situe le village de Brodeck : il peut tout aussi bien se situer en Alsace, qu’en Allemagne ou même en Pologne, en fait, le lecteur peut choisir son lieu, en ce qui me concerne il s’agissait de l’Alsace. Pour je ne sais quelle raison, les histoires qui se situent dans cette de région m’ennuient au plus haut point. Ceci est probablement lié au fait que j’ai trouvé que Le Rapport de Brodeck, se rapprochait beaucoup de L’Ami Fritz d’Erckmann-Chatrian, livre qui, là encore m’avait fait passé des moments soporifiques. Claudel a rendu un thème passionnant aussi barbant qu’une émission de Drucker.

Malgré tout, ce livre a de nombreuses qualités. J’ai beaucoup aimé le fait que Claudel ne donne pas d’indications temporelles, on sait juste que l’histoire se déroule après la guerre. Quelle guerre ? On ne le sait pas. Bien évidemment, les indices qu’il laisse au fil de son texte font penser à l’après-Seconde Guerre mondiale, mais, d’un autre côté, hormis la présence d’une machine à écrire, on ne rencontre pas de technologies propres au XXe siècle, et à de nombreux moments le lecteur a l’impression de se retrouver au XIXe siècle.

Dans ce livre j’ai beaucoup aimé l’introspection que Brodeck réalise sur lui-même et sur ce qui lui est arrivé durant cette fameuse guerre. On se doute qu’il est Juif et on comprend pourquoi il a été arrêté et s’est retrouvé dans un camp. Il se demande tout au long de son rapport s’il a eu raison de faire ce qu’il a fait pour survivre. La survie mérite-t-elle que l’on s’abaisse plus bas que terre ? que l’on accepte toutes les humiliations, humiliations que l’on n’oserait même pas faire subir à un chien ?

L’autre aspect développé par ce roman est l’acceptation de la différence. En effet, le sujet sur lequel Brodeck doit rédiger son rapport est l’exclusion puis la disparition d’un étranger venu s’installer au village et beaucoup trop atypique pour ces paysans un peu trop rustres. Cet homme, le fameux Anderer, est trop différent des villageois, et cette différence est perçue comme un danger, surtout après les tourmentes de la guerre. Les Villageois n’aspirent plus qu’à retrouver leur tranquillité.

Au fil du livre les langues vont se délier, la vérité va apparaître progressivement aux yeux de Brodeck, les secrets vont être révélés, conduisant Brodeck à la seule fin concevable pour lui…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel

    Le rapport de Brodeck n’est pas un livre à lire n’importe comment. J’ai fait l’erreur de le lire par petites bouchées alors que j’aurais du le dévorer. Lire la suite

    Le 30 avril 2010 par   Ogresse
    CULTURE, LIVRES
  • La petite fille de monsieur Linh, de Philippe Claudel

    Pris dans la tourmente d’un pays au cœur de la guerre, après le décès de son fils sous les bombes, monsieur Linh décide de fuir avec sa petite fille pour une... Lire la suite

    Le 30 août 2009 par   Goliath
    CULTURE, LIVRES
  • Le rapport de Brodeck *** à ****

    Le prix Carnets de SeL 2007 Dans un village isolé, peut-être en Alsace, vient d'être assassiné l'Anderer, l'autre, celui qui est arrivé un jour tout sourire san... Lire la suite

    Le 22 septembre 2007 par   Essel
    CONSO, CULTURE, DOCUMENTAIRE, LIVRES, MANGA
  • Le rapport de Brodeck, Philippe Claudel

    Ambiance russo...austro...germanique pour cet étrange et excellent roman de Philippe Claudel. L'auteur ne précise pas où se déroule l'action. Cela pourrait... Lire la suite

    Le 02 octobre 2009 par   Popylen
    CULTURE, LIVRES
  • "La petite fille de Monsieur Linh" de Philippe Claudel

    "C'est un vieil homme debout à l'arrière d'un bâteau. Il serre dans ses bras une valise légère et un nouveau-né, plus léger encore que la valise. Le vieil se... Lire la suite

    Le 12 février 2009 par   Fanyoun
    CULTURE, LIVRES
  • Un été d'écrivains avec Philippe Claudel

    Ce soir sur France-Inter, à partir de 20h10, Brigitte Kernel recevait Philippe Claudel dans son émission "Un été d'écrivains". Lire la suite

    Le 28 juillet 2009 par   Sebulon
    CULTURE, LIVRES
  • Le Rapport de Brodeck

    Lou dimanche 20 janvier 2008 Le Rapport de Brodeck "Je m'appelle Brodeck et je n'y suis pour rien. Je tiens à le dire. Il faut que tout le monde le sache. Lire la suite

    Le 20 janvier 2008 par   Lou Poulain
    CULTURE, TALENTS

LES COMMENTAIRES (1)

Par Zaniate
posté le 14 mai à 10:28
Signaler un abus

Bonjour,

Je suis en train de lire ce livre que je trouve bien écrit, posant de bonnes questions sur le comportement humain sans en apporter de réponses toutes faites donc amenant à s'interroger sur soi-même. Les commentaires de Gilles sont tout à fait pertinents (donc je ne reviendrai pas dessus), toutefois, pour ma part, je trouve le livre plutôt captivant et accrocheur et non ennuyant, barbant. Les va-et-vient passé-présent sont parfois délicats à suivre. La ponctuation laisse aussi parfois à désirer et ne facilite pas la lecture!

Je suis d'accord sur le fait que l'absence de localisation précise puisse amener à focaliser son attention dessus comme un jeu de piste et éventuellement frustrer le lecteur ou le détourner d’autres questions plus fondamentales. Au demeurant, tout laisse à penser que l'action se déroule en Autriche près de la frontière allemande (référence à l'occupation hongroise de la capitale, similitudes linguistiques, géographie…). La ville de S. pourrait être Salzburg... Quant à la période, peu de doute là dessus non-plus, les années autour de 1945.

A lire…

Zaniate

Ajouter un commentaire