Magazine Culture

Saint-Germain, Tome 1, Le comte des Lumières : Fiat Lux !

Publié le 22 février 2009 par Actualitté
Nous sommes au XVIIIe siècle, sous le règne de Sa - brève - Majesté le roi Louis XV. Alors que la guerre contre n'importe sévit, le roi qui surveille du coin de sa jumelle est bien en peine : son maréchal de Saxe souffre d'un mal étrange qui le fait gonfler et lui donne une teinte verdâtre qui n'est pas vraiment du meilleur goût.
À Paris, en revanche, les nuits du Babillard sont agitées. Il dérobe bijou sur bijou pour le compte d'une sorte d'alchimiste en quête de réponses aux questions philosophales suprêmes. Avec des potions magiques, le Babillard peut planer dans les cieux pour mieux pénétrer dans les demeures de ses victimes, mais ses larcins restent vains... Aucun diamant ne semble convenir au vieillard qu'il sert.
De jour, le Babillard est le sieur Saint-Germain, qui courtise la favorite du roi. Cet arriviste de premier ordre est aussi « un homme d'action » dont la réputation va le conduire dans les appartements privés du roi. Si la maladie du maréchal sort de l'ordinaire, il sera sans manquer l'homme de la situation...
Mais qui sont donc ces créatures qui semblent jouer autour d'un champ de bataille où se tiennent des figurines insolites qu'elles manipulent comme des pions sur un échiquier dont les règles nous échappent ?
Coup double pour Gloris et Bergeron qui signent là un premier tome tout à fait inconvenant et revisitant l'histoire par le petit bout, avec une insolence délicieuse. Inconvenant, provocateur, hors-norme et « plus anticlérical que Voltaire », Saint Germain est un personnage haut en couleur, et qui navigue dans un univers vraiment original.
Vaurien attachant, dont l'aventure se place sous les meilleurs auspices, on plonge sans peine dans un épisode riche de rebondissements et dont le rythme est bien maintenu tout du long. Des personnages secondaires bien réussis, une intrigue pour le coup vraiment intrigant, tout est réuni pour que cette BD historique-comique vous fasse passer un grand moment.
Si le dessin manque un poil de pinceau de rigueur - on aurait aimé un trait plus sec et un brin plus nerveux, l'ambiance n'est souffre pas et le scénario ne manque de rien. Oh, bien sûr, on retrouvera assez vite les influences, mais ce tome se taille résolument une personnalité forte. Vivement la suite...
Publié chez Glénat, par Gloris et Bergeron, 13 €.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Actualitté 3262 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine