Magazine Société

Que dit l'Islam

Publié le 23 février 2009 par Sosttpetits_toulouse

Dans la religion islamique, le fœtus prend une place importante et sacrée pour Allah, pour preuve les recommandations faites à la mère face au jeun du ramadan (pourtant l'un des cinq piliers de la foi islamique), en effet, il lui est conseillé de ne pas jeûner mais de "récupérer" les jours manqués plus tard pour ne pas atteindre la vie de l'enfant.
De manière générale, l'avortement est considéré comme un infanticide pour l'Islam. Bien que, dans certains cas, il soit tolérer. En effet, si il y a preuve d'un danger pour la mère, en vertu du droit à considérer sa vie comme plus importante alors il est toléré.
Pour les musulmans, Allah insuffle l'âme dans le fœtus au terme de quatre mois de grossesse. Avant d'être insufflé ("nafkh our roûh"), l'embryon est néanmoins considéré comme étant potentiellement humain. Ce n'est donc pas qu'une question de conscience, mais bien de moral. Cependant, les conditions deviennent alors moins strictes, la femme doit, sous accord de son mari, avoir de "bonnes" raisons pour demander un avortement. Elles peuvent être, si elles sont en rapport avec le fœtus, dues une malformation grave, ou à une maladie d'origine génétique, dans ces cas, ces raisons doivent être validées par le corps médical.
Mais aussi en lien avec la mère, par exemple "la présence du fœtus met en danger la vie ou la santé mentale de la future mère; la femme étant handicapée physiquement ou mentalement, elle ne pourra pas élever correctement un éventuel enfant, et il n'y a personne non plus de sa famille pour le faire à sa place; la femme est tombée enceinte à la suite d'un viol et elle ne désire pas garder cet enfant".

"Cheikh Qaradâwi affirme pour sa part:

"La règle de base en ce qui concerne l'avortement est l'interdiction. Cette interdiction prend de l'ampleur en fonction de l'état d'avancement et de développement du fœtus. Ainsi, durant les quarante premiers jours de grossesse, l'interdiction est la plus légère. C'est pourquoi, l'avortement sera autorisé dans ce cas pour des raisons valables. Après la période de quarante jours, l'interdiction devient plus forte; l'avortement ne sera alors toléré que pour des motifs plus graves (par rapport à l'étape précédente), motifs qui seront déterminés par des personnes versées dans le "Fiqh". Et l'interdiction continuera ainsi à prendre de l'ampleur (...)" (Fatâwa Mou'âsirah - Volume 2 / Page 547)"

Source: La page de l'Islam.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sosttpetits_toulouse 3 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine