Magazine Société

Baptême discount

Publié le 23 février 2009 par Beniouioui

Image1 Ceux qui ont les oreilles religieuses auront certainement entendu cette drôle de polémique : récemment, un prêtre a refusé de baptiser un nouveau-né.

Dans une France déchristianisée, cela peut paraître absurde. Comment un prêtre peut-il refuser un des rares baptêmes qu'on lui demande? Quelle mouche a donc piqué monsieur l'abbé?
Pourtant, ce prêtre a eu raison. Nous allons vous expliquer pourquoi.

Ce brave curé de la paroisse de Saint-Jean-de-Boiseau, en Loire-Atlantique, s'est courageusement opposé à une religion-consommation. A un baptême social comme il y a des mariages-décoration. A un sacrement considéré comme un dû alors que la foi est un cheminement. Il s'est aperçu que la sœur ainée du bébé n'allait pas au catéchisme et il a dit NON. Il a dit NON à une maman qui a choisi de ne pas donner d'éducation chrétienne à sa terrible fille de 9 ans pour ne pas s'opposer à sa "liberté de penser".

Sur RTL, le prêtre précise "qu'on ne s'adresse pas à une paroisse comme on va faire ses courses au supermarché." Le baptême n'est pas un produit discount.

Bien-sûr ce refus est triste. Tout bébé a le droit d'être un enfant de Dieu. D'entrer dans la grande famille de l'Église et de recevoir l'Esprit-Saint. Mais il faut quand-même un minimum de volonté familiale. Si la petite fille avait lancé à sa mère un convaincant : "maman, je veux repeindre la moquette en jaune fluo", Madame aurait-elle acquiescé pour respecter la liberté d'entreprendre de la pitchoune?

Le baptême n'est pas un simple jet d'eau superstitieux. Dieu ne se trouve pas dans les rayons de chez Carrefour ou Leclerc. Il faut le chercher, le connaître, l'écouter. Si on ne fait rien de lui, l'Esprit de Dieu qui nous a été envoyé le jour de notre baptême s'ennuiera profondément dans notre âme et ne nous transformera pas.

Dans toute activité, la paresse est contreproductive. Trop souvent on passe sa vie à s'imaginer roi, riche, buvant des vins rares. Mais on ne fait rien. Et quand à l'aube de la mort, on se retourne, il est trop tard pour réagir.
De même, la foi est un talent qu'il faut faire fructifier dès aujourd'hui. Un chemin qu'il faut emprunter. Un rêve qu'il faut suivre et réaliser. Celui qui cherche Dieu l'a déjà trouvé.

1h de caté par semaine, est-ce si compliqué? 1h de messe par semaine, est-ce insurmontable?

Alors que nous passons notre vie à nous plaindre de mal-être, nous avons la flemme de consacrer 1% de notre temps à Dieu. N'est-ce pas étrange? On peut miser 1% de notre fortune dans un casino à probabilité de gain négative et ne pas oser s'abandonner 1% de notre temps dans une église à probabilité de joie positive.

"France, fille aînée de l'Eglise, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême", avait lancé Jean-Paul II en 1980 au Bourget. A quelques jours du Carême, réflechissons donc à ce que nous faisons de notre baptême ou de celui de notre enfant et n'oublions pas que l'amour de Dieu ne se reçoit pas, il s'accueille.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Beniouioui 281 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine