Magazine Culture

Les e-visiteurs cassent leur télé # Semaine n°20

Publié le 23 février 2009 par Blabla-Series

Pour fêter dignement l'anniversaire de cette rubrique, Adam eu l'idée incommensurable et full of funkytude de convier ses e-amis lecteurs à participer à l'élaboration de cette note ô combien réputée sur la e-toile.
20 semaines de diffusion intensive de séries pour un maximum de critiques, d'arguments un peu contestables (sans Chuck Bass, Gossip Girl sentirait mauvais des pieds), d'études comparatives dépassées (Old Christine est parfois aussi drôle que Liz Lemon), de vision un peu sclérosée (Boston Legal : bof), de véracité aussi (Megan Smith est une pimbêche, Ellen Parsons, une magnifique perle de culture), c'est du boulot, y'a pas à dire.
Mais la satisfaction de visionner avec rigueur, sans trop de relâche, plus de vingt séries par semaine, c'est presque à faire figurer sur un curriculum vitae. Ou à crier sur les toits de Générique(s).

Pour cette semaine symbolique, à faire pleurer dans les chaumières à la manière d'un Brothers & Sisters rénové, des intervenants de renom ont causé le temps de quelques lignes sur Nip/Tuck, Skins, Burn Notice, Scrubs ou Kath & Kim. Merci à eux. A ceux qui n'ont pas été publiés, je me répands en excuse, c'est qu'il faut aussi savoir que Lost, Desperate Housewives et Skins sont des séries très convoitées. Ce qui n'est pas le cas de Sarah Connor ou CSI. Et on ne peut pas leur en vouloir.

______________________________________

Dimanche 15.02

The United States of Tara (1.05 Revolution) Tara continue de nous amuser, bluffante en ado de 16 ans tout le long de l’épisode. Les enfants de Tara organisent une fête, afin que Marcie se rapproche de son copain, mais l’arrivée de T fait tout foirer, pour notre plaisir. Max essaie de découvrir qui a saboté le mur de Tara, mais la question n’est pas résolue. Beaucoup d’humour dans cet épisode, les choses avancent.
(8/10) (Nela qui de toute évidence aime bien T. et Tara (nous aussi))

tara 1x05.jpg


Desperate Housewives (5.15 In a World Where the Kings are Employers) À défaut d'être de qualité et de renouer avec ce qui faisait la réussite de la première saison, cette cinquième saison de Desperate Housewives se révèle être assez récréative de mon côté. Chaque épisode n'est ni trop long, ni trop court et les interactions - quand interaction il y a - entre les housewives sont plutôt jouissives. Cet épisode ne faisait pas exception : si on met de côté l'intrigue de Dave qui n'avance pas ou alors vraiment peu mais qui peine surtout à convaincre, les intrigues des personnages principaux étaient d'un niveau divertissant louable. Première mention spéciale à Eva Longoria (Parker) - je mets entre guillemets, je ne sais plus s'ils sont encore mariés ces deux - qui arrive à me faire sourire bêtement tout du long de son intrigue où Gabrielle retrouve son côté peste égoïste/égocentrique qui faisait le piquant du personnage dans la première saison (et dans la deuxième, un peu). Deuxième mention spéciale à Marcia Cross. Il faut avouer que l'intrigue sur le mot de passe que tente de deviner Orson avait un potentiel maigre mais Marcia arrive à la rendre assez regardable, avec sa classe et son jeu énergique et naturel. Bien joué. Troisième et dernière mention spéciale à Nicollette Sheridan qui arrive à donner un minimum d'intérêt au fil-rouge-Dave, qui patauge depuis le début de la saison. Et qui ne m'intéresse pas plus que celui de Katherine l'an dernier. C'est-à-dire pas du tout. Je vous dis, cette série ne serait rien sans ces actrices talentueuses. Hum, par contre, il va falloir faire quelque chose avec les coiffures de Eva et Felicity parce que les cheveux courts, c'est plus possible.
(6,5/10) (Red, mon e-meilleur ami sériephile, aussi calé que farfelu)


East Bound and Down (1.01 Chapter One)
Ceci est un critique du pre-air, je n'ai aucune idée des modifications de l'épisode final...Vous connaissez les comédies avec Will Ferrell, l'humour américain un peu gras ? Moi non, mais il paraît que c'est du même calibre. East Bound & Down, c'est l'histoire d'un sportif has-been, qui revient traîner sa carcasse dans un lycée de sa ville natale, en tant que prof de gym. Un peu lourd ? Oui, mais c'est tant mieux. Si la série laisse percer un peu de mélancolie dans le parcours de Kenny Powers (McBride, vulgaire et bourrin, bref parfait), c'est pour mieux s'en moquer, et prendre les choses comme lui les prend : sans vraiment réfléchir.
En gros, ça donne une série entre vraie profondeur et grand n'importe quoi, et c'est assez rarement réussi à la télévision. En plus, c'est pas mal filmé dans le style années 80, dans la veine des débuts de HBO, la fin rappelant aussi la glorieuse époque où ils plaçaient des seins où ils pouvaient, pour attirer leur clientèle habituelle. Le mauvais goût en gros, et avec Danny McBride, on en redemande.
(7,5/10) (Zurabinho qui prêcherait à vie pour l'église HBO)

______________________________________

Lundi 16.02

Worst Week (1.15 The Epidural - Season Finale) Worst Week, c'est déjà fini ? Et ça reviendra ou pas ? Face à ces questions plutôt existentielles, l'épisode s'est déroulé sans fracas, avec la mise en scène de gags plus ou moins ingénieux, qui ont une fois de plus fait la part belle au personnage de Sam. Peu de drôleries dans cet épisode conclusif, triste season finale, une volonté des auteurs de clôturer sagement une saison rocambolesque, faite de situations à la fois convenus et indigestes, à la fois irrésistibles. Aucune certitude concernant un éventuel renouvellement du show, la série aura au moins été un divertissement louable le temps de quinze semaines et c'est déjà plutôt satisfaisant.(7/10) (Adam)


Heroes (3.16 Building 26)
L'épisode continue la storyline Pokemon (comprendre : attrapez-les tous, ces saletés d'héros) avec plus ou moins de facilité. Les plus intelligents d'entre nous diront que l'intrigue centrale de ce volume est une métaphore de fond pour décrire un régime dictatorial fasciste qui consiste à penser que seuls les majoritaires d'un système valent la peine d'être représentés. Les moins affûtés penseront que la storyline majeure d'Heroes est une histoire bouche-trou, seul prétexte à la mise en scène de l'excellent Zeljko Yvanek, perdu sur un plateau de NBC.
(5/10) (Adam)

______________________________________

Mardi 17.02

Scrubs (8.09 My Absence - 8.10 My Comedy Show) Depuis quelques temps, plus personne ne rit au Sacred Heart, et ça empire de semaine en semaine. JD et Turk ne font que se caricaturer, et chaque vanne tombe à plat, malheureusement. Elliott et Compagnie ne semblent être que les pantins caricaturaux d'un show relancé pour une ultime saison fatale, et c'est bien triste de voir des personnages qu'ont a suivis depuis 7 ans devenir aussi pathétiques. Seul Denise, par ses répliques assassines, et quelques internes (Jimmy, Sunny...), par leurs caractères originaux, remontent un peu l'intérêt du show. Mais c'est bien peu, et on en vient à attendre désespérément l'annonce de la mort clinique de cette série qui avait su nous transporter par le passé.
(3.5/10) (Tibo qui aime bof Scrubs, qui a bon goût)


Nip/Tuck (5.20 Budi Sabri)
Une anesthésiste méga-hot, un patient méga-trash, et une méga mauvaise nouvelle. Tel est le sommaire de ce nouvel épisode de Nip/Tuck, dans la lignée de ces deux dernières saisons : ô surenchère, quand tu nous tiens.
Ce qui donne à nos deux chirurgiens préférés bien du fil à retorde ! A notre droite, nous avons un Christian Troy désespéré par ce qu'il vient d'apprendre, aux prises avec une Kimber toujours plus exigeante, et aux prises avec une relation, pour le moins conflictuelle mais qui s'arrange un peu au court de l'épisode (mais ce n'est pas encore ça) avec une Liz plus déroutante que jamais. Le personnage de Christian gagne alors en humanité, au fur et à mesure qu'il essaie de gérer ces crises. Il en devient même touchant :on ne l'a que rarement vu si seul et si désemparé. Mais la magie Nip/Tuck est là ! (sic). La mauvaise nouvelle le permet de se rapprocher de son cher associé et néanmoins ami Sean, que cette trainée (oups) de Kimber venait tout juste de réussir à éloigner, et lui permet même de renouer quelque peu avec Liz ! Comme quoi, quand tout va mal, tout ne va pas si mal (dans le monde rêvé de Nip/Tuck, qui sauté le requin depuis bien longtemps).
A notre gauche, nous avons un Sean MacNamara en pleine crise de la cinquantaine (au moins, non ?), qui tente de prouver à cette succube de Teddy (vous savez, l'anesthésiste méga-hot) qu'il n'est pas si vieux jeu, qu'il n'est pas si vieux tout court, qu'il peut se lâcher, et même survivre à un Bad Trip (parce que oui, qui dit surenchère, dit on se permet de faire des scènes super méga glauques sur les méchantes personnes qui prennent de la drogue). Non qu'il ne soit guidé que par, disons, ses parties inférieurs, mais on en est pas loin. Bon, qui ne le serait pas, elle si sexy, si sulfureuse, si....différente de Julia, finalement. Il lutte aussi parce que bon, son meilleur ami a quand même une moralité douteuse (cf. l'affaire Kimber) mais il a besoin de soutien. On sent une évolution du personnage bien laborieuse, mais bon, qui mieux qu'une femme peut faire changer un homme ?
Et puis, comme toujours, il y a le patient, espèce de prétexte à toutes sortes de choses dans chaque épisode. Ici, c'est un pauvre jeune homme complètement déformé par méchant virus (ça existe vraiment ce truc !?), plein d'espoir d'avoir une vie meilleure grâce à notre duo de choc (un peu le leitmotiv de la série). Malheureusement pour lui, Nip/Tuck n'est pas non plus complètement un compte de fées. Et comme toujours, il va servir à faire comprendre quelque chose à quelqu'un de l'équipe, et c'est aujourd'hui notre cher Christian qui profitera de cette belle leçon de vie (so clichée).
Au final, ne vous méprenez pas, j'ai bien profité de cet épisode, pour le moins divertissant à défaut d'être intellectuel. Malgré les, disons, virages scénaristiques de plus en plus bancals, cet épisode possède cette touche esthétique et ce goût dans la mise en scène propre à (presque) tous les épisodes de cette série. Du beau, du trash, du cul, et un peu d'humanité, les scénaristes de cette semaine on suivit à la lettre la recette Nip/Tuck.
(8/10) (JB qui a un peu laissé parler son cœur dans cette review plus complète que le Coran)

nip tuck 5x20.jpg

______________________________________

Mercredi 18.02

Damages (2.06 A Pretty Girl in a Leotard) Katie, ex-belle-soeur d'Ellen is back, on est un peu content parce que Katie, loin des clichés, est une personnalité haute en couleurs dans un Damages marqué par des personnages volontairement et cyniquement ternes. La réintroduction de ce specimen rare en terre hostile permet un retour vers les éléments scénaristiques de première saison, et notamment l'identification de l'agresseur présumé de Katie. Patty Hewes et Claire Maddow ouvrent enfin le bal, ces deux femmes de pouvoir se vouent une lutte psychologique et judiciaire sans merci, leur affrontement promet d'être aussi intense que le postulat de la série, une réjouissance de plus à compter, un probable atout majeur de la série.
Avec cet épisode, la série est à mi-parcours de saison, idéal pour distiller encore plus les amorces de révélations, ce qui n'est pas le point fort de la série finalement. Les révélations ne sont qu'un prétexte, un point mineur, la série se démarque davantage par sa capacité à captiver avec des scènes frappantes et son ambiance électrisante.
(8.5/10) (Adam)


Old Christine (4.16 Honey, I Ran Over the Kid)
Old Christine fait partie de ce genre de sitcoms qui séduisent sur le long terme, à force d'interprétations fortes de personnages marginaux. A l'image de Julia-Louis Dreyfus qui enchaîne les répliques corrosives et bien senties avec tact. Avec un épisode aussi excellent que les précédents, dans lequel Barb, Christine et Matthew sont au top de leur forme et procurent à la série cette touche d'intelligence et de dynamisme, Old Christine peut se vanter d'avoir une quatrième saison constante de qualité, à rendre ridicule toutes les autres saisons actuelles des comédies du paysage US.
(9/10) (Adam qui n'exagère pas tant que ça, parce qu'Old Christine est drôle)


Lost (5.06 316)

- Après le chaotique mais génial This Place Is Death, Lost se permet un deuxième grand épisode consécutif, un peu comme avec The Brig et The Man Behind the Curtain en saison 3. Pourtant on n'a quasiment jamais aussi peu vu l'action sur l'île : c'est - en flash-back - l'histoire du vol Ajira 316, celui du retour des Oceanic 6, et c'est le luxe pour les scénaristes de réécrire le pilote de la série en format large, et en plus intimiste. Inattendu, lent et finalement captivant (et réalisé par Stephen Williams le Grand), 316 est l'un des épisodes qui auront le mieux transmis la mélancolie post-815 des Oceanic 6. En plus de ça, c'est un Jack-centric intéressant, comme ils le sont devenus depuis Through the Looking-Glass. Après avoir été relégué au second plan, manipulé par Ben, il reprend de l'ampleur, et entreprend enfin son voyage initiatique : suivre John Locke, la voix de la foi.
Les autres personnages ne sont pas tous aussi conciliants, ce qui permet de préserver en général  de préserver leur crédibilité : Hurley et sa conscience, Sayid et sa méfiance... seule l'attitude floue de Kate semble surtout arranger les scénaristes. Et puis si cet épisode amène (saison 5 oblige) son lot de réponses, les nouvelles questions prennent place dans un puzzle de plus en plus passionnant et complexe.
(8.5/10) (Zurabinho qui sait de quoi il parle)

- Cette semaine Lost a dépassé tout ce qu'on pouvait imaginer. On s'impatientait la semaine dernière de voir les oceanic 6 enfin repartir sur l'île, mais alors le faire aussi vite et dans une telle incompréhension, on en demandait pas tant ! Nan c'est vrai quoi, on sait pas trop comment Sayid a fini là, pourquoi Hurley est sorti de prison et surtout où est Aaron. Des questions sans réponses qui en trouveront, je l'espère, dans les épisodes à venir. Alors on accorde à la série le bénéfice du doute.
Pour ce qui est de l'épisode en lui-même je crois qu'on peut compter et calculer à la fin on en reviendra au même résultat : pas une seule scène sans Jack dans l'épisode. Le pire c'est que ça marche, oui le personnage n'est absolument pas figé dans une caricature de lui-même ou dans un héroïsme à deux balles qui nous avait plombé une saison 2. Matthew Fox est absolument génial dans son jeu et c'est tant mieux pour tout le monde et surtout moi (oui il faut avouer qu'il a de jolie profil le Matthew).
On est plongé dans l'univers de la série et quand bien même on est très peu sur l'île on sent qu'on est bien dans une partie de Lost et que cet épisode est plus important que tous les autres. Ce segment entraine avec lui sa part de mystère et c'est bien la recette miracle de la série depuis 5 saisons pour maintenir l'intérêt de ses telespectateurs, et puisque it works, then ... why not ?

(9/10) (M., le lostien par référence, le Greysien par intermittence)

large_lost_316.jpg

______________________________________

Jeudi 19.02

Grey's Anatomy (5.16 An Honest Mistake) Miranda est allé chez le coiffeur. Ou dans de ces magasins afro, qui font des perruques avec du crin de cheval. Et c'était plutôt le moment hilarant de l'épisode, ex-aequo avec la bagarre entre Derek et Mark, out of the blue.
La patiente enceinte avec la voix drôle est un peu la patiente la plus incruste de toute l'histoire de Grey's Anatomy, et c'était chouette, la série a su gérer cette histoire avec plus de tact qu'à l'accoutumée (elle meurt, donc forcément). La maladie d'Izzie est de plus en plus manifeste : la storyline traîne en longueur mais le personnage d'Izzie regagne un peu d'intérêt. Tout comme le duo Addison/Derek qui s'est conclu sur un affrontement de taille, scalpel à la main, celui qui cut de la peau en premier a gagné. Intense.
(6.5/10) (Adam)


Kath & Kim (1.14 Competition)
Comment disserter sur le néant ? Tel est le problème philosophique auquel doit se confronter tout critique de Kath & Kim (saluons au passage la constance d'Adam à relever chaque semaine ce défi kafkaïen). Même si on peut unanimement reconnaître que Kath & Kim ne sont pas les héritières de Twin Peaks, on bouderait moins ce guilty-pleasure de série avec un peu plus de rigueur dans l'écriture, histoire de remédier à de nombreuses failles narratives.
Le fil conducteur, once and again consacré à Phil, paraissait prometteur (comment se dépêtrer du cauchemar absurde de l'administration), mais c'était sans compter d'une part sur l'over-chiantitude du personnage, campant son éternel rôle de Mr Loyalty, aussi exaltant et subversif que la perspective d'une verveine-camomille un mardi soir devant Arlette Chabot, et d'autre part sur la propension de la série à user et abuser de sempiternels clichés, ici sur l'insurmontable formalisme du monde administratif. Soit, passe encore. Mais ce qu'il y a d'intolérablement révoltant, surtout, c'est cet empiètement sur le temps de présence de nos funky et chamarrées héroïnes, se partageant un misérable lambeau d'intrigue, qui s'annonçait pourtant délicieusement absurde : les retrouvailles du géniteur de Kim sur fond de compét' de roller derby. On assiste donc, avec impuissance, au sabotage d'un épisode recélant un potentiel de pouffiasserie jouissif, où Kim, notre pétasse lymphatique préférée, n'est vouée qu'à être la caution bitchy, à coup de renfrognements et de caprices immatures.
Du coup, l'épisode laisse aussi en friche quelques pistes qui auraient mérité d'être exploitées : ce que ressent Kim à l'égard de son père, l'hostilité de Kath envers son ex-mari. Mais plutôt que de céder à quelque approfondissement psychologique, à tenter de faire évoluer ses personnages, la série préfère s'acharner, laborieusement, sur la recherche du bon mot, à coup d' « ipso fatso », de « Justine Timberskate », et de « we're not taking a vote Craig, this is a democracy », qui peinent à faire sourire.
Bref, humour poussif et facilités narratives donnent à cet épisode un caractère guignolesque, qui déçoit nos attentes en terme d'insolence bitchy, ce à quoi la série semblait pourtant promise. Ne reste que le jeu toujours survolté et jubilatoire de Molly Shannon, Miss Kath Day, alias Destruction Day, pour tenter de sauver la mise.
(3/10) (L'Emperruqué qui a relevé les bonnes répliques de l'épisode)


Burn Notice (2.15 Truth and Reconciliation)
Pour suivre le fil rouge de Burn Notice, il suffirait de regarder les cinq premières et dernières minutes de chaque épisode. Et même si Burn Notice, c'est le formula show le moins repoussant, il va falloir un moment ou un autre nous donner de quoi revenir. Pour le reste, rien de plus fatiguant de se rendre compte que les vingt minutes de laborieux complotages contre Jean Pierre se sont résolut en un bête kidnapping. Quelques certitudes : Fiona ne pourra jamais se faire passer pour une française, Michael est vraiment très très cool, et Burn Notice n'est jamais ennuyant.
(7/10) (Charlie qui est un peu le seul au monde à regarder Burn Notice et qui devrait recevoir un prix pour cette cause)

burn notice.jpg


Private Practice (2.16 Ex-Life)
Dans cet épisode, on retrouve l'hopital de Seattle mais sans Meredith, Izzie, Alex et Christina, l'épisode vient conclure l'opération du frère d'Addison, qui s'en sort. On comprend aussi pourquoi Sam fait des crises d'allergies et c'est pas la faute de Noami. Pour le reste, on retrouve les habitués d'Oceanside avec une histoire très intéressante. Une jeune femme récemment mère qui ne dort plus, Violet lui vient en aide. Pete se demande s'il n'est pas le père du bébé de Violet, on reste sur notre faim. Un très bon épisode.
(8/10) (Doug qui aime Private Practice et qui l'assume plutôt bien)


Skins (3.05 Freddie)
- Episode centré sur Freddie. Et que dire si ce n'est... Pauvre Freddie. Affublé d'une famille engouffrée dans l'univers de la télé réalité (univers bien trop caricatural à mon goût ). Trahi par son « meilleur ami », L'Imblairable Cook qui devient pour le coup le gros méchant de la série avec le sourire machiavélique qui va avec. Mais également envoûté par la vénéneuse (ou Sal**e ça dépend du point de vue :p ) Effy, avec qui il alterne des moment tendres (et aquatiques ) et cruels... Très bon épisode mine de rien, où l'on rit... pas. On se sent très vite attaché à ce petit skater. Dommage qu'on ne parle que d'Effy/Cook/Freddie, Emily me manque et j'aurai bien aimé voir la suite de la relation Pandora/Thomas . Mais il permet ENFIN d'avancer le schmilblick et de créer de véritable tensions, les même tensions que j'attendais de voir au 3x02...
(8/10) (Keepo, mon copain skinsien qui aime autant Emily que moi)

- C'est sûrement l'épisode qui ressemble le plus au Skins de la première saison.  Le Skins que j'aime, vraiment. Mais il manquait quelque chose pour le rendre vraiment bon, du moins aussi bon que le quatrième. Un développement un peu plus nuancé du personnage de Freddie ? Peut-être. Un Cook un peu moins caricatural et donc plus appréciable ? Peut-être. Ou alors tout simplement Sid et Cassie se baladant dans Bristol en arrière-plan ? Sûrement.
(6,5/10) (Red qui a entièrement raison)

______________________________________

Vendredi 20.02

Dollhouse (1.02 The Target) Commençant avec une alarme digne du System Failure de Lost, The Target avance dans la mythologie, et en dévoile un peu sur le grand méchant du début de la série (donc de l'ensemble : avec à peine 4 millions de téléspectateurs, ça n'ira pas très loin comme prévu). Dollhouse en garde quand même pas mal sous le pied, et cet épisode est plus rythmé que le précédent, même si certains trucs scénaristiques sentent le déjà-vu. Le thème qui semble ressortir le plus de la série en tout cas est celui de la perfection et de l'humanité, ce qui se confirme ici : la femme (Caroline ?) qu'était Echo avant semble être au coeur des intrigues d'Alpha et de l'agent Ballard. La poupée révélant petit à petit une personne semble être le fil rouge un peu prévisible, en espérant que l'univers assez original de la série nous réserve encore beaucoup de surprises, autant que dans cet épisode. Tout en restant mystérieux.
(7/10) (Zurabinho qui me semble plutôt conciliant avec la dernière « œuvre » de Whedon)

dollhouse.jpg

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blabla-Series 8 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte