Magazine Voyages

Comment écoeurer de la religion en dix leçons

Publié le 23 février 2009 par Cafatica
Il est des gens d'Eglise qui visiblement font vraiment tout pour décourager leurs brebis et les éloigner définitivement de la religion. C'est le cas de ce curé bien à cheval sur ses petits principes, qui par son discours, va faire comprendre à plus d'une personne que religion rime avec ... prison.
Ce qui s'est passé :
Delphine Chedorge, 37 ans, se dit « bouleversée » : « En tant que maman, j'ai très mal. » Le curé de sa paroisse, Saint-Jean-de-Boiseau en Loire-Atlantique, a refusé de baptiser son nouveau-né. Raison invoquée ? Sa fille aînée n'est pas inscrite au catéchisme. Catholique, mariée à l'église, Delphine Chedorge a longuement discuté avec Gérard Urvoy, le curé de la paroisse.
« Le baptême est très important pour moi. Je fais beaucoup de bénévolat, ma belle-mère a travaillé chez les frères... mais le curé a fermé complètement sa porte. » Sa fille de neuf ans est scolarisée à l'école privée, mais sa mère ne veut pas lui imposer une éducation chrétienne. « Pour lui, il fallait que nous fassions un petit pas pour qu'il en fasse un grand. Mais je n'ai pas voulu céder et imposer quelque chose à ma fille. »
Delphine Chedorge s'est alors adressée aux prêtres des paroisses voisines, qui ont jugé sa demande recevable. Mais sans l'aval de Gérard Urvoy, seul curé de Saint-Jean-de-Boiseau, cela leur est impossible de baptiser le nouveau-né. « C'est de l'abus de pouvoir », juge-t-elle.
« C'est douloureux pour tout le monde, a reconnu le curé, mais s'ils refusent de forcer leur fille aînée, c'est leur problème. Baptiser, c'est prendre l'engagement de donner une éducation chrétienne. ».
Qu'en est-il des autres prêtres, qui ont approuvé la demande de Delphine Chedorge ? « Les autres se donnent le droit de faire tout et n'importe quoi, ils le font pour faire plaisir aux parents », estime Gérard Urvoy.
Pour le curé, les parents, seuls, ne peuvent transmettre à leurs enfants les préceptes de l'Église. « Mme Chedorge est croyante si elle le dit... Moi, j'ai besoin d'être sûr que l'enfant entrera en relation avec d'autres chrétiens. »
Officiellement, un prêtre peut refuser de donner un sacrement, qu'il s'agisse du baptême ou du mariage à l'église. Pour René Pennetier, vicaire épiscopal, « le baptême n'est pas un droit. Je comprends la souffrance de Mme Chedorge. Mais puisqu'elle privilégie avant tout la liberté de sa fille, qu'elle laisse son enfant s'engager dans la foi quand il le décidera. »
Le vicaire épiscopal estime même que Gérard Urvoy a été très souple, en posant des conditions au baptême du nouveau-né. « Ce sacrement n'est pas là pour répondre à une demande des parents, mais pour éveiller à la foi. » Selon lui, il est impossible de laisser un enfant décider lui-même. « Il faut imposer une éducation chrétienne à un enfant baptisé. Quand on adhère à une institution, il faut en respecter les règles. Le sacrement du baptême n'est pas en self-service. »
Après huit mois de discussions et une lettre à l'évêché, Delphine Chedorge se tournera finalement vers un baptême civil.

Des cathos donneurs de leçons, j'en connais un paquet ; mais à ces gens qui reprochent aux autres religions (notamment l'islam) d'être rétrogrades, j'ai de plus en plus envie de leur dire : mais vous vous êtes regardés ? L'exemple de ce curé, c'est vraiment pas ce que j'appelle l'Eglise moderne. La messe du dimanche, pour moi, ça fait un moment que c'est terminé, mais tout ce que je vois ces derniers temps ne me donne vraiment pas envie d'y retourner, au contraire : ça me fait fuir, et je suis loin d'être la seule, en tout cas parmi les moins de 60 ans voire 70 ans (moyenne d'âge des assemblées de fidèles le dimanche matin).
Enfin, au moins, cette mère choisit d'enseigner d'abord la liberté à ses enfants, et c'est tout à son honneur ; mais l'attitude de ce curé est franchement dégueulasse à l'égard du bébé car le premier rôle du baptême, théoriquement, c'est de laver le bébé du péché commis par ses parents, le prêtre lui refuse, alors que lui, le bébé, n'y est pour rien.
Il y a une certaine hypocrisie aussi... il faut appliquer à la lettre des dogmes vieux de plusieurs siècles qui n'ont plus rien à voir avec la réalité d'aujourd'hui, mais quand il s'agit de faire preuve au quotidien de compassion, de générosité, de secours, d'amour, etc. envers son prochain, là il n'y a plus personne, alors que ce genre de qualités sont à la base de la foi catholique. Bref on prend ce qui nous arrange, surtout les prêtres.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par zoé
posté le 26 février à 19:27
Signaler un abus

ça existe encore ce genre de comportement? un curé qui refuse de baptiser etc...Après des années d'internat religieux dans ma jeunesse,je suis bien revenue de tout cela!cette dame a bien fait de ne pas contraindre sa fille,on sait les degats que cela peut faire!!!

A propos de l’auteur


Cafatica 402 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine