Magazine France

Les copains d’abord

Publié le 24 février 2009 par Dornbusch

Je n’aime pas beaucoup sur ce blog passer du temps à ce qui est une facilité de la pensée, le commentaire de la politique de Nicolas Sarkozy, exercice doublement vain, d’une part parce que c’est ce qu’il cherche au fond et d’autre part parce que cela évite l’exercice autrement difficile de construire notre propre projet politique.

Pour autant le projet de nomination d’un de ses secrétaires généraux à l’Elysée à la tête de la banque nouvellement créée “Caisse d’Epargne+Banque Populaire” m’a quelque peu interpellé. Certes pas de romantisme, la nomination de ses copains et obligés à la tête des grandes entreprises, publiques, puis parapubliques puis privées, est depuis toujours un point de passage obligé du pouvoir français. Chaque camp peut se jeter des exemples à la figure, “que celui qui n’a jamais péché…” (ce n’est pas l’influence de Ségolène mais cette citation m’a toujours beaucoup plu)

Non j’avoue que ce qui me choque vraiment c’est le fait de lâcher la barre en pleine tempête. Le promu était en charge des questions économiques à l’Elysée et l’on sait que sous ce “mandat” (j’allais écrire sous ce “règne”), tout se passe à l’Elysée, les ministres ne sont que d’aimables pantins agissant aux ordres d’une douzaine de conseillers élyséens.

Est ce donc maintenant le bon moment pour que l’homme réellement en charge de la politique économique de la France doive choisir de lâcher la barre et d’aller remplir son porte monnaie. On parle de la plus grande crise depuis 1929 et pendant que le bateau coule, les plus favorisés s’emparent des chaloupes et s’enfuient ? Est cela que nous voulons ? Je croyais que le président Sarkozy avait parlé de réhabiliter la “responsabilité”. Qu’il applique cette règle à son conseiller. Celui ci partira quand nous aurons traversé la tempête, pas avant !

David Dornbusch

Secrétaire de la section socialiste de Fontenay sous Bois - Blog d’actualité politique de la 6° circonscription du Val de Marne (Fontenay sous Bois, Vincennes, Saint Mandé)

PS: tant que je suis dans l’économie générale, et alors que je viens de voir un débat sur LCP sur la proposition sarkozyenne de partager les profits en 3 Tiers, je reproduis quelques chiffres qui montrent qu’il aurait mieux fait de travailler avant de parler. Dans la comptabilité nationale, les profits des entreprises représentent environ 280 milliards d’euros. Ces 280 milliards se répartissent comme suit: environ 180 milliards sont réinvestis dans les entreprises, 80 milliards vont aux actionnaires et 20 milliards aux salariés. C’est à dire qu’en fait appliquer la règle des 3 Tiers reviendrait à prendre sur les investissements pour les donner aux salariés (et à ne pas toucher voir légèrement accroitre la part des actionnaires). No comment


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dornbusch 490 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte