Magazine Humeur

Suisse – Antisionisme et antisémitisme

Publié le 24 février 2009 par Drzz

Michel Garroté – Mardi 24 février 2009

-

http://monde-info.blogspot.com

-

Après la France et la Belgique, est-ce la Suisse qui désormais ferme les yeux sur l’antisionisme, sur l’antisémitisme et sur les inévitables dérives haineuses que ces deux idéologies ne manquent pas de charrier avec elles partout où elles passent ? Il semblerait que oui. La Suisse a capitulé face aux comportements outranciers de certains Libyens sur son sol. La Suisse a fermé les yeux et jeté un voile pudique sur le foulard islamique de sa ministre des Affaires étrangères lors du rendez-vous de celle-ci avec le président génocidaire et négationniste iranien Mahmoud Ahmadinejad, médaille olympique du secret non pas bancaire mais nucléaire.

-

La Suisse refuse de reconnaître la recrudescence d’actes antisémites sur son territoire (cf. 1er article ci-dessous). La Suisse s’apprête à tolérer sur son sol la présence du néonazi négationniste Vincent Reynouard (cf. 2e article ci-dessous). La Suisse est devenu un pays où il est permis de soutenir les groupes terroristes du Hamas et du Hezbollah, mais où il est devenu difficile de soutenir les Israéliens victimes de roquettes, d’obus et de missiles ; et un pays où il est devenu difficile de soutenir des Israéliens qui défendent leur pays contre le terrorisme, je veux parler de l’Armée de Défense d’Israël (cf. 3e article ci-dessous).

-

Pour aggraver son cas, la Suisse s’apprête à accueillir à Genève, en dépit de sa neutralité, la Conférence dite Durban II, c’est à dire une sinistre mascarade téléguidée par le monde islamique contre les Juifs en général et contre les Israéliens en particulier. Cerise sur le gâteau, les Suisses vont bientôt voter pour ou contre les minarets en Suisse, ce qui en soi est un signe de démocratie ; mais les médias s’apprêtent à lancer une vaste campagne d’auto-culpabilisation afin d’infléchir le vote des Suisses en faveur des minarets, ce qui en soi est un signe de déchéance. Welcome to Switzerland….

-

La Coordination Intercommunautaire Contre l’Antisémitisme et la Diffamation informe dans un article (Début de l’article de la CICAD) que « interviewé par une chaîne de télévision suisse, Johanne Gurfinkiel, secrétaire général de la Coordination Intercommunautaire Contre l’Antisémitisme et la Diffamation, CICAD (ndmg : dont le siège est à Genève), déplore le manque de réaction des autorités par rapport à la recrudescence d’actes antisémites en Suisse (extrait) : « Depuis janvier 2009, nous avons découvert des dizaines et des dizaines de graffitis antisémites. […] Nous collectons des informations relatives à ces graffitis, ainsi qu’à d’autres actes antisémites afin, en premier lieu, de prendre connaissance de la situation sur le terrain et de déterminer si, effectivement, nous sommes confrontés à une problématique antisémite.

-

Nous publions chaque année un rapport sur la situation de l’antisémitisme, dans lequel nous reprenons systématiquement l’ensemble des informations concernant l’année concernée. […] Pour l’année 2008, ainsi que pour le début de 2009, il se trouve que les chiffres ont sont en nette augmentation, en raison notamment d’évènements extérieurs, liés à la politique internationale, mais qui ont encouragé certains à déployer de nombreux efforts afin d’exprimer leur hostilité à l’égard des Juifs. Pour l’instant, nous constatons une très grande discrétion des autorités par rapport au phénomène antisémite. Des dispositions ont-elles été prises ? Nous n’en avons pas connaissance. Ce que nous attendons, c’est d’être assurés et que l’ensemble des citoyens juifs de ce pays soient également rassurés par rapport à ce problème antisémite ». (Fin de l’article de la CICAD).

-

La Coordination Intercommunautaire Contre l’Antisémitisme et la Diffamation, CICAD, la Tribune de Genève et 24 Heures informent par ailleurs que le néonazi négationniste Vincent Reynouard (Début des l’articles de la CICAD, de la Tribune de Genève et de 24 Heures du samedi 21 février 2009) « a été condamné à un an de prison ferme et à 25 000 euros d’amende par le Tribunal correctionnel de Bruxelles en juin 2008 pour avoir diffusé des tracts niant l’existence de la Shoah. Il était poursuivi aux côtés de Siegfried Verbeke, le «pape» belge du révisionnisme. Le juge avait demandé d’écrouer Vincent Reynouard le jour du verdict. Mais l’accusé était absent et avait fait appel de la décision, avant de disparaître dans la nature. Il est censé être rejugé en septembre prochain en appel. Vincent Reynouard est apprécié dans le milieu néonazi pour ses idées.

-

Autrefois militant du Parti nationaliste français et européen (PNFE), il a toujours revendiqué sa filiation nazie et son attachement à Adolf Hitler, auquel il a consacré un ouvrage. Professeur de mathématiques en France, il a été révoqué de sa chaire par l’Education nationale française après avoir proposé des exercices de statistiques fondés sur la mortalité des juifs dans le camp d’Auschwitz. Réfugié en Belgique depuis de nombreuses années, il sévit à travers la mouvance flamande nostalgique du IIIe Reich nommée Blood and Honour Vlaanderen (VHO), dont il a fondé la branche francophone. De Bruxelles, il anime aussi le Mouvement de combat Saint-Michel, ouvertement nazi. Incognito, il se cachait à son domicile à Ixelles, une commune de l’agglomération bruxelloise, à quelques kilomètres du tribunal qui l’a fait condamner pour propos négationnistes.

-

Vincent Reynouard, chef de file du négationnisme franco-belge, se prépare à rejoindre Berne. «J’ai certains contacts avec des sympathisants qui veulent garder l’anonymat et qui ne souhaitent pas être ennuyés. Quelqu’un m’accueillera en toute discrétion», raconte-t-il, interrogé par courrier électronique, alors qu’il est une nouvelle fois en cavale. Cet ingénieur chimiste de 39 ans indique avoir quitté la Belgique mais refuse de dévoiler où il se cache en ce moment. Sous le coup d’une «ordonnance de capture» en Belgique, il est aussi recherché en France pour le même type de délits. Que compte-il faire à Berne ? «Tout cela dépendra des événements. J’ai déjà donné une conférence privée en Suisse en 2007», se contente-t-il de dire.

-

Il y a quelques semaines, Vincent Reynouard parlait déjà de rejoindre la Suisse dans un entretien accordé à l’édition belge de Paris-Match. Deux journalistes l’avaient retrouvé à Bruxelles, réfugié dans un obscur Sanctuaire de Notre-Dame des Sept Douleurs, tenu par un catholique. Tentait-il de brouiller les pistes pour mieux cacher sa fuite ? Son refuge se situait à l’avenue Louise, une des grandes artères animées de Bruxelles : l’endroit avait déjà servi de cachette à Olivier Mathieu, un autre négationniste français. Personne n’y a vu le fugitif, même pas sa femme, avec qui il est en instance de divorce. «La police est venue plusieurs fois ici, sans le trouver. Je ne sais pas où il est», explique-t-elle, dépitée. Elle vit ici avec les sept enfants nés de leur union. Ils sont inscrits à la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X, le courant catholique fondamentaliste qui défraie la chronique depuis les propos négationnistes de l’évêque intégriste britannique Richard Williamson.

-

Vincent Reynouard a toujours nié des liens avec cette fraternité implantée en Belgique mais aussi en Suisse, notamment à Ecône (VS). Par contre, il sait que certains évêques lisent ses écrits. L’an dernier, un comité de soutien s’est formé autour de lui. Il a son blog sur Internet et une case postale à Montreux, inconnue des autorités et des habitants. C’est par ce biais que Vincent Reynouard fait circuler ses écrits en Belgique. «Je peux vous assurer qu’il se réfugiera à Berne. Nous serons là pour le soutenir financièrement», déclare un membre du comité, sous le couvert de l’anonymat. Cette information est appuyée par une autre source proche du milieu. La police suisse compte-t-elle l’arrêter ? «Quelqu’un qui commet un délit à l’étranger ne peut pas être arrêté.

-

Il faut qu’un mandat d’arrêt soit lancé par un autre pays ou que la personne soit frappée d’une interdiction de séjour sur le territoire», note Guido Balmer, porte-parole de l’Office fédéral de police (fedpol). Le fugitif n’est concerné par aucun de ces cas de figure. Du côté belge, on est sceptique. «Pour une peine aussi courte (ndlr: un an de prison), lancer un mandat d’arrêt est peu probable. Ce genre de fuite est fréquent», explique t-on au Parquet général de Bruxelles. Le fuyard serait donc tranquille à Berne. Tous les indices semblent par ailleurs confirmer cette destination. Vincent Reynouard est-il conscient des faibles risques qu’il encourt en Suisse ou continue-t-il sciemment de brouiller les pistes ? ‘Où que je sois, il y a toujours possibilité de me faire arrêter’, conclut-il, pragmatique ». (Fin des l’articles de la CICAD, de la Tribune de Genève et de 24 Heures du samedi 21 février 2009).

-

Dans un article intitulé « Suisse : une polémique autour d’une soirée de gala en faveur de l’armée israélienne », article publié par Mediarabe.info le lundi 23 février 2009, on peut lire (Début de l’article de Mediarabe.info) : « Prévue le 2 mars prochain, cette soirée animée par l’humoriste Anne Roumanoff suscite une polémique entre un collectif pro-palestinien, et les organisateurs. Le « Collectif Urgence Palestine - Genève » multiplie les manifestations et les sit-in en Suisse, pour soutenir les Palestiniens à Gaza, et prévoit une manifestation devant le Théâtre du Léman (anciennement Grand Casino) pour empêcher la tenue de la soirée en faveur de l’armée israélienne.

-

Sur son site internet, le Collectif invite les autorités fédérales suisses à ‘suspendre la collaboration militaire et à résilier l’accord de libre échange économique entre la Suisse et Israël pour obtenir d’Israël le respect des obligations qui lient un pays occupant envers la population occupée avec l’application du droit humanitaire international et en particulier de la quatrième Convention de Genève dans les Territoires Occupés’. Le Collectif appelle également à créer une base de données des entreprises qui, à travers leurs investissements, soutiennent l’occupation, et appelle à les boycotter... Claude Proz, le directeur du théâtre du Léman, n’a pas tardé à réagir aux nombreux courriers adressés par le Collectif aux internautes et aux médias.

-

Il affirme avoir ‘pris connaissance de ces divers mails et messages de doléances’, avant d’ajouter : ‘Je tiens tout de même à vous informer qu’en m’attaquant sur ce terrain d’une part vous vous tromper de cible, je dirige un théâtre entièrement privé qui peut se vanter d’accueillir toutes sortes de spectacles et ceci de toutes les tendances politiques et religieuses, pour autant qu’il ne s’agisse pas de meeting de propagande. Dans ce cas particulier, non seulement pour votre information les options avaient été prises par cette organisation bien avant mon arrivée à la direction de ce théâtre et donc bien avant les malheureux événements des derniers mois, mais en plus c’est pour accueillir uniquement un spectacle de Anne Roumanoff, artiste de grand talent, seul critère réel pour comptant pour accepter une location du théâtre’.

-

Dans sa réponse, Claude Proz précise : ‘De plus, ce gala est une soirée entièrement privée et je n’ai pas, en tant que simple directeur et loueur de salle, à connaître pour qui vont les bénéfices des soirées caritatives et privées. Également pour votre information je suis Suisse né à Genève, Catholique et n’appartiens à aucun parti politique, et en tant que directeur du théâtre je n’ai pas à prendre position pour telle ou telle cause aussi louable soit elle. Dites vous bien que si pour une raison qui m’échappe j’aurais du annuler cette date on m’aurait immédiatement taxé d’antisémite, alors que faire... subir des pressions à chaque spectacle, il est organisé bientôt une nuit des musiques Arabes, une artiste Pakistanaise, des danse Chinoises, des ballets Turcs, etc., etc. Il faut que vous compreniez que ce n’est pas moi, petit travailleur de l’ombre, qui vais m’ériger en senseur ou juge de quoi que se soit’.

-

Et de conclure, le directeur du Théâtre du Léman rappelle : ‘Je prône régulièrement la liberté et j’essaye tant faire ce peut de l’appliquer tous les jours. Mais en est il vraiment de même avec ceux qui veulent donner des leçons et imposer leurs vouloir ? je me pose la question’. La polémique ne fait de débuter, et les détracteurs de la soirée s’adressent directement à Anne Roumanoff. Dans une lettre intitulée ‘On ne vous dit pas tout !’, les signataires de la pétition contre la soirée de gala écrivent : ‘Madame, Vous nous avez habitués, grâce à votre talent et votre impertinence, à repérer entre les lignes ce que l’on cherche à nous cacher ou tout au moins à passer sous silence. Ainsi de votre venue prochaine, le 2 mars 2009 au Grand Casino de Genève.

-

A ce propos, faut-il le croire, on ne vous dit pas tout ! Car comment supposer que vous auriez honoré de votre présence un gala de soutien au profit des soldats de Tsahal et des victimes des attentats ? Non certainement, on ne vous dit pas tout car vous n’auriez jamais accepté de figurer sur une publicité, au-dessous de l’emblème de l’armée israélienne. On ne vous dit pas non plus que vous vous produiriez devant un parterre de supporters de cette même armée – 4e puissance militaire – qui, durant 3 semaines a bombardé, assassiné, affamé une population sans défense. On ne vous dit pas, mais vous le saviez déjà, qu’à Genève – comme dans le reste du monde, des milliers de manifestants, horrifiés par cette barbarie, ont réclamé que les crimes de guerre de l’armée israélienne soient punis, qu’un tribunal international juge et condamne de tels actes.

-

On ne vous dit pas, mais vous l’auriez pressenti, que votre prestation à cet évènement serait interprétée comme une offense aux victimes et à ceux et celles qui considèrent que la justice ne peut être dévoyée au profit d’aspects mercantiles. Et puisqu’on vous le dit, n’y allez pas !’. Cet appel est déjà signé par : Groupe Suisse sans Armée, Droit pour Tous, Femmes en Noir-Genève, Générations Palestine, Association Parrainages d’enfants de Palestine, Collectif Urgence Palestine/Vaud, Collectif Urgence Palestine/Nyon-La Côte, Centrale Sanitaire Suisse, CETIM, SolidaritéS, Association Meyrin-Palestine, Association Droit au Retour (ndmg : ce qui nous permet de découvrir l’ampleur que prennent en Suisse les groupes d’extrême-gauche antisionistes et israélophobes). Le conflit israélo-palestinien touche ainsi la Suisse, après avoir fait escale en France et en Belgique, entre autres pays européens ». (Fin de l’article de Mediarabe.info)

-

Or donc, la Suisse s’apprête à accueillir à Genève, en dépit de sa neutralité, la Conférence dite Durban II, c’est à dire une sinistre mascarade téléguidée par le monde islamique contre les Juifs en général et contre les Israéliens en particulier. Et les Suisses vont bientôt voter pour ou contre les minarets en Helvétie. Ne restez pas indifférents. Faites savoir aux élus suisses que vous refusez Durban II. Et faites savoir aux élus suisses que les Suisses doivent demeurer entièrement libres de voter pour ou contre les minarets.

-

-

© 2009 Michel Garroté http://monde-info.blogspot.com

-

-


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Kadhafi souhaite "démanteler la Suisse"

    Kadhafi souhaite "démanteler Suisse"

    www.bivouac-id.com Le leader libyen veut proposer à l’Assemblée générale de l’ONU de couper la Suisse en trois et d’en distribuer les morceaux à ses voisins... Lire la suite

    Par  Drzz
    HUMEUR, SOCIÉTÉ
  • La Poste Suisse et titraille

    Loin de moi l’idée d’entrer en concurrence avec l’excellent Dani rédacteur du blogue Piques et répliques, un blogue spécialisé dans la critique de... Lire la suite

    Par  Alain Hubler
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Suisse : meurtre d’une prostituée

    Thurgovie | La prostituée thaïlandaise disparue il y a près d’un mois dans le canton de Thurgovie est morte. Le corps de la jeune femme de 30 ans a été... Lire la suite

    Par  Chictype
    SOCIÉTÉ
  • Association suisse des produits structurés

    Il y a quelques indécrottables équilibristes optimistes ou rêveurs qui ne manquent ni d’air ni d’ambition : ce sont les membres de l’Association suisse des... Lire la suite

    Par  Kalvin Whiteoak
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Suisse : les filles passent au salon

    Depuis quelques années, la prostitution valaisanne s’est déplacée des cabarets vers les salons de massage. Cette situation complique la tâche des associations d... Lire la suite

    Par  Chictype
    SOCIÉTÉ
  • Suisse : pas que du chocolat.....

    Nos voisins suisses votent........(Le Courrier / Suisse) Chanvre dépénalisé: le modèle néerlandais est-il exportable? Paru le Samedi 22 Novembre 2008 RODERIC... Lire la suite

    Par  Zelast
    SOCIÉTÉ
  • L'avis suisse, on court...

    Pendant que Maman allaite,Anna tête,Papa guette.Ainsi, ce vendredi, le soleil brille sur le vent froid normand,notre chat d'extérieur monte la garde à la... Lire la suite

    Par  Skalpa
    HUMEUR

A propos de l’auteur


Drzz 204079 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines