Magazine Cinéma

Comédie US: le royaume des perdants. (Chapitre 1 - Adam Sandler.)

Par Timotheegerardin
Ils sont tous losers à leur façon. Trois grandes envolées fantasques retombant comme des soufflés. Trois acteurs américains que l'on voit gesticuler sur les écrans, certains depuis longtemps - l'éternel et inexportable Adam Sandler, l'infatigable Ben Stiller - d'autres, un autre en fait, depuis quelques années seulement, sous les traits du génial patron de la série The Office - Steve Carell bien sûr.
Adam Sandler, c'est le pantouflard adolescent de bientôt quarante ans que la force des chose a érigé en héros d'une histoire. Il a beau n'ouvrir les yeux qu'à moitié et avoir la voix d'un étudiant tiré du lit, l'Amérique en a fait son représentant - au même titre que les Mr Smith ou Mr Deed de Capra. Quand le Mr Smith version James Stewart va défendre une loi au sénat (dans Mr Smith au Sénat, 1939), le Mr Smith version Adam Sandler ira résoudre le conflit du proche orient en se faisant coiffeur-gigolo à New-York (Rien que pour vos cheveux, 2008). D'un peu béta, ce Mr Smith est devenu complètement idiot. Et pourtant, la fonction est la même: Adam Sandler reste le vecteur de fables moralistes, idéalistes au fond, avec l'humour gras pour faire passer.
Une chose a changée cependant. Le spectateur actuel n'est plus un naïf qui ira s'émerveiller ou s'insurger devant les intrigues de la ville, puisqu'il est déjà saturé de fictions et d'images, il a lui aussi ce look de pas réveillé, les yeux rivés à ses écrans. Et sa projection - artificielle et purement virtuelle - dans les personnages d'Adam Sandler sera d'autant plus fantasmée, d'autant plus impossible (il faut le voir nager, faire le dj ou le coiffeur dans Rien que pour vos cheveux...).
C'est là d'ailleurs que s'arrête la comparaison avec les films de Capra: nous parlons d'un acteur, pas d'un cinéaste. Ce n'est plus l'action et sa portée qui nous intéressent, mais le personnage en lui-même, avec sa force d'inertie et l'univers qu'il crée autour de lui. Et ici l'acteur imprime sa marque comme l'aurait fait un réalisateur. La fable passe au prétexte à l'éternelle pérégrination du même personnage: Adam Sandler, c'est-à-dire tout-un-chacun. Peut-être est-il là l'échec. Un personnage éternellement personnage rate son incarnation réelle, reste éternellement dans la paralysie du virtuel. Ça tombe bien, c'est en loser qu'on l'aime Adam Sandler.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Ces albums que vous avez peut-être manqués (4) Deux gosses, du bleu et des bosses

    Quand vous lirez ces lignes, on vous aura peut-être déjà tout dit, comme au printemps dernier, de La Vie d’Adèle, le film d’Abdellatif Kechiche, à partir de... Lire la suite

    Le 19 août 2014 par   Casedepart
    BD, CULTURE, LIVRES
  • Rencontre Bretonne ?

    Lors de notre quinzaine bretonne, nous avons rencontré une Breizh Blogueuse dans une ville assez appropriée à ce rendez-vous avec sa petite famille. Vous ne... Lire la suite

    Le 19 août 2014 par   Oth67
    CULTURE, INSOLITE, SOCIÉTÉ, SPORT
  • It girl du mois de juillet

    La voici enfin notre it girl du mois! Elle s’appelle Camille et son blog c’est Camille habille les filles! On vous laisse découvrir… Son blog Alors... Lire la suite

    Le 18 août 2014 par   Sixthematique
    CONSO, CÔTÉ FEMMES, CULTURE
  • Magic Warriors

    genre: fantastique, heroic fantasyannée: 1998durée: 1h45 l'histoire: Ryan Jeffers, garçonnet chétif, rêve d'intégrer la bande de grands et l'équipe de football... Lire la suite

    Le 18 août 2014 par   Eelsoliver
    CINÉMA, CULTURE
  • Le Réveil de la Conscience

    Un couple cerné par les reflets, confiné dans cette chambre autarcique, assimilé à un effet d'optique, réduit à la vanité d'une existence sous verre... Lire la suite

    Le 18 août 2014 par   Albrecht
    BEAUX ARTS, CULTURE, EXPOS & MUSÉES
  • L' inventions de nos vies, Karine Tuil

    Samir, Samuel, Nina, un trio où se mêlent amitié, amour, séduction, jalousie, orgueil, méchanceté, mensonge, rapports de force. Samir est arabe, Samuel est juif... Lire la suite

    Le 18 août 2014 par   Laurielit
    CULTURE, LIVRES
  • Des lendemains qui chantent

    Dans la continuité de Le Nom des gens (2010) de Michel Leclerc où le personnage joué par Sara Forestier couche avec des hommes de Droite pour... Lire la suite

    Le 18 août 2014 par   Bullesdeculture
    CINÉMA, CULTURE

Ajouter un commentaire

A propos de l’auteur


Timotheegerardin 9 votes Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines