Magazine Cinéma

Comédie US: le royaume des perdants. (Chapitre 1 - Adam Sandler.)

Par Timotheegerardin
Ils sont tous losers à leur façon. Trois grandes envolées fantasques retombant comme des soufflés. Trois acteurs américains que l'on voit gesticuler sur les écrans, certains depuis longtemps - l'éternel et inexportable Adam Sandler, l'infatigable Ben Stiller - d'autres, un autre en fait, depuis quelques années seulement, sous les traits du génial patron de la série The Office - Steve Carell bien sûr.
Adam Sandler, c'est le pantouflard adolescent de bientôt quarante ans que la force des chose a érigé en héros d'une histoire. Il a beau n'ouvrir les yeux qu'à moitié et avoir la voix d'un étudiant tiré du lit, l'Amérique en a fait son représentant - au même titre que les Mr Smith ou Mr Deed de Capra. Quand le Mr Smith version James Stewart va défendre une loi au sénat (dans Mr Smith au Sénat, 1939), le Mr Smith version Adam Sandler ira résoudre le conflit du proche orient en se faisant coiffeur-gigolo à New-York (Rien que pour vos cheveux, 2008). D'un peu béta, ce Mr Smith est devenu complètement idiot. Et pourtant, la fonction est la même: Adam Sandler reste le vecteur de fables moralistes, idéalistes au fond, avec l'humour gras pour faire passer.
Une chose a changée cependant. Le spectateur actuel n'est plus un naïf qui ira s'émerveiller ou s'insurger devant les intrigues de la ville, puisqu'il est déjà saturé de fictions et d'images, il a lui aussi ce look de pas réveillé, les yeux rivés à ses écrans. Et sa projection - artificielle et purement virtuelle - dans les personnages d'Adam Sandler sera d'autant plus fantasmée, d'autant plus impossible (il faut le voir nager, faire le dj ou le coiffeur dans Rien que pour vos cheveux...).
C'est là d'ailleurs que s'arrête la comparaison avec les films de Capra: nous parlons d'un acteur, pas d'un cinéaste. Ce n'est plus l'action et sa portée qui nous intéressent, mais le personnage en lui-même, avec sa force d'inertie et l'univers qu'il crée autour de lui. Et ici l'acteur imprime sa marque comme l'aurait fait un réalisateur. La fable passe au prétexte à l'éternelle pérégrination du même personnage: Adam Sandler, c'est-à-dire tout-un-chacun. Peut-être est-il là l'échec. Un personnage éternellement personnage rate son incarnation réelle, reste éternellement dans la paralysie du virtuel. Ça tombe bien, c'est en loser qu'on l'aime Adam Sandler.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Flux créateurs et étranges créatures, selon David Altmejd

    Detail de « The Flux and The Puddle », 2014, Photograph by James Ewing © David Altmejd, Image courtesy of Andrea Rosen Gallery, New York Sortie de... Lire la suite

    Le 20 décembre 2014 par   Jebeurrematartine
    CULTURE
  • [Rétrospective 2014] — Sur quelques films de mai

    P’tit Quinquin de Bruno Dumont © ArteMaigre moisson de films en ce joli temps de mai pour cause d’invasion cannoise de la capitale, que ce soit au Gaumont... Lire la suite

    Le 20 décembre 2014 par   Fredmjg
    CINÉMA, CULTURE
  • Viser Kim, Tuer Guy

    Ce qu'ils peuvent être bêtes ces ricains. Je peux comprendre qu'ils n'aient pas voulu tenir les responsables de salles de cinéma responsables, justement, de... Lire la suite

    Le 20 décembre 2014 par   Hunterjones
    CULTURE, HUMEUR, MUSIQUE
  • L'Iliade II

    Chant IX assemblée et conseil nocturne chez les Achéens. Tandis que les Troyens sont ainsi sur leurs gardes, le monstrueux Pâris, dont la fuite glacée accompagn... Lire la suite

    Le 20 décembre 2014 par   Hiram33
    CULTURE, HUMEUR, LIVRES
  • Interview / Aloÿse M

    Comme promis, après avoir publié notre menu de fête, voici l’interview d’Aloÿse M et son rapport à l’illustration ! Pour nous c’est un peu étrange de lui poser... Lire la suite

    Le 19 décembre 2014 par   Atelierdecuriosite
    CONSO, CÔTÉ FEMMES, CULTURE, MODE
  • Le Papa de Simon, de Guy de Maupassant, ill. de François Roca & adapt. de...

    Simon, sept ans, souffre à l'école d'être la risée de ses camarades, car le garçon n'a « pas de papa ». Il s'en défend et se bagarre avec les malotrus. Lire la suite

    Le 19 décembre 2014 par   Clarabel
    CULTURE, LIVRES
  • Anna Karénine [Léon Tolstoi]

    Hello,Vous avez pu remarquer que depuis deux semaines la publication des chroniques se fait moins fréquemment sur le blog. Mais j'avais une bonne raison... Lire la suite

    Le 19 décembre 2014 par   Charlotte
    CULTURE

Ajouter un commentaire

A propos de l’auteur


Timotheegerardin 77 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines