Magazine Cinéma

Comédie US: le royaume des perdants. (Chapitre 1 - Adam Sandler.)

Par Timotheegerardin
Ils sont tous losers à leur façon. Trois grandes envolées fantasques retombant comme des soufflés. Trois acteurs américains que l'on voit gesticuler sur les écrans, certains depuis longtemps - l'éternel et inexportable Adam Sandler, l'infatigable Ben Stiller - d'autres, un autre en fait, depuis quelques années seulement, sous les traits du génial patron de la série The Office - Steve Carell bien sûr.
Adam Sandler, c'est le pantouflard adolescent de bientôt quarante ans que la force des chose a érigé en héros d'une histoire. Il a beau n'ouvrir les yeux qu'à moitié et avoir la voix d'un étudiant tiré du lit, l'Amérique en a fait son représentant - au même titre que les Mr Smith ou Mr Deed de Capra. Quand le Mr Smith version James Stewart va défendre une loi au sénat (dans Mr Smith au Sénat, 1939), le Mr Smith version Adam Sandler ira résoudre le conflit du proche orient en se faisant coiffeur-gigolo à New-York (Rien que pour vos cheveux, 2008). D'un peu béta, ce Mr Smith est devenu complètement idiot. Et pourtant, la fonction est la même: Adam Sandler reste le vecteur de fables moralistes, idéalistes au fond, avec l'humour gras pour faire passer.
Une chose a changée cependant. Le spectateur actuel n'est plus un naïf qui ira s'émerveiller ou s'insurger devant les intrigues de la ville, puisqu'il est déjà saturé de fictions et d'images, il a lui aussi ce look de pas réveillé, les yeux rivés à ses écrans. Et sa projection - artificielle et purement virtuelle - dans les personnages d'Adam Sandler sera d'autant plus fantasmée, d'autant plus impossible (il faut le voir nager, faire le dj ou le coiffeur dans Rien que pour vos cheveux...).
C'est là d'ailleurs que s'arrête la comparaison avec les films de Capra: nous parlons d'un acteur, pas d'un cinéaste. Ce n'est plus l'action et sa portée qui nous intéressent, mais le personnage en lui-même, avec sa force d'inertie et l'univers qu'il crée autour de lui. Et ici l'acteur imprime sa marque comme l'aurait fait un réalisateur. La fable passe au prétexte à l'éternelle pérégrination du même personnage: Adam Sandler, c'est-à-dire tout-un-chacun. Peut-être est-il là l'échec. Un personnage éternellement personnage rate son incarnation réelle, reste éternellement dans la paralysie du virtuel. Ça tombe bien, c'est en loser qu'on l'aime Adam Sandler.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Au cinéma : «Foxcatcher»

    Après « Truman Capote » et « Le stratège », Bennett Miller nous livre son troisième long-métrage : « Foxcatcher ». E. Max Frye et Dan Futterman signent le... Lire la suite

    Le 24 janvier 2015 par   Masemainecinema
    CINÉMA, CULTURE
  • Swagg Man prouve qu'il n'est pas chauve !

    Publié par la rédaction le 24.1.15 Swagg Man dévoile sa coupe de cheveux ! Swagg Man aime faire parler de lui ! Et ce n'est pas sa dernière publication qui... Lire la suite

    Le 24 janvier 2015 par   Urbanfusions
    CULTURE, MUSIQUE, PEOPLE, RAP/R&B
  • Critique Ciné : Vice, total recall

    Vice // De Brian A. Miller. Avec Thomas Jane, Bruce Willis et Ambyr Childers. Depuis quelques années maintenant Bruce Willis est devenu le roi des DTV avec... Lire la suite

    Le 24 janvier 2015 par   Delromainzika
    CULTURE, MÉDIAS, SÉRIES, TÉLÉVISION
  • Non stop - 5/10

    Un film de Jaume Collet-Serra (2014 - USA, France) avec Liam Neeson, Julianne Moore, Scoot McNairy, Michelle Dockery, Nate Parker, Corey Stall, Omar Metwally,... Lire la suite

    Le 24 janvier 2015 par   Aelezig
    CINÉMA, CULTURE
  • Connexion 6.0 – Aaron Stanford & Steve Carell

    L'article Connexion 6.0 – Aaron Stanford & Steve Carell a été publié sur L'info tout court. Tous les deux au cœur de l’actualité ciné/télé cette... Lire la suite

    Le 24 janvier 2015 par   Linfotoutcourt
    CULTURE
  • Into the Woods, Promenons-nous dans les bois - Critique

    Il était une fois... de trop !Troisième comédie musicale pour le réalisateur Rob Marshall, qui adapte ici la célèbre pièce de Broadway Into the Woods. Lire la suite

    Le 24 janvier 2015 par   Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE, DVD, SÉRIES
  • Foxcatcher: lutte de pouvoir

    Quand la critique est dithyrambique au sujet d'un film, des Cahiers du cinéma à Télé 7 Jours, du Monde à Gala, a-t-on le droit de dire qu'il est méga-chiant ? E... Lire la suite

    Le 23 janvier 2015 par   Marla
    CINÉMA, CULTURE

Ajouter un commentaire

A propos de l’auteur


Timotheegerardin 78 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines