Magazine Société

Qu'est ce que la dette publique de l'état ?

Publié le 20 septembre 2007 par Couscousbzh

J’ai vu deux reportages sur Arte qui m’ont vraiment plus. L’un était sur la crise que traversent les états unis en ce moment, et l’autre sur la dette de l’état. J’ai eu l’envi de creuser la question, qu’est ce que la dette de l’état. Plutôt que de l’expliquer (je sais pas faire ca, j’ai déjà du mal a comprendre…), j’ai préféré citer deux auteurs du net, nommé arbitrairement Bertrand et Serge car je n’ai pas trouvé leurs noms.

Réponse de Bertrand

D'abord l'Etat établit chaque année son budget : s'il dépense plus d'argent qu'il n'en récolte, il est en situation de déficit. Comme il doit tout de même payer les fonctionnaires, faire tourner tout etc. (et pas comme dans les pays du tiers monde dire "ya plus d'argent dans les caisses revenez l'année prochaine !") il est obligé d'emprunter de l'argent pour subvenir à ses frais : tous les ans, le déficit se rajoute à la dette.

Pour emprunter de l'argent, l'Etat émet ce que l'on appelle des "Emprunts d'Etat", sur le principe de l'obligation : une personne achète mettons 100€ de bons du trésor, et l'Etat lui promet de le rémunérer à x% (il en existe de plusieurs sortes, c'est du détail : x années de rémunération, taux variable etc...). Pour celui qui achète ces bons, il s'agit d'un investissement. En général, il s'agit de pays excédentaires ou qui s'endettent en rachetant la dette des autres (puisqu'en s'endettant de 100€ ils encaisseront 150 etc... -sans parler des taux de change et de l'inflation-), de particuliers+banques (au travers de SICAV notamment), voire de particuliers tout court.

Ensuite pourquoi l'Etat dépense plus que ce qu'il ne gagne, c'est une longue histoire. D'abord, il y a une dette disons "positive" qui ne vient pas du déficit mais de l'investissement de l'Etat dans l'économie (exemple : on injecte 1 milliard dans l'économie pour développer le secteur High Tech, construire une autoroute etc. : l'Etat emprunte directement). Ensuite, l'Etat (selon l'idée de l'Etat providence) essaye d'assumer les conséquences de la récession économique, en ne faisant pas reculer par exemple le service public en même temps que l'économie. Donc quand il y a récession, il y a chômage, baisse des salaires, et donc baisse des recettes des impôts et augmentation des recettes ! Dans la logique keynésienne, l'Etat n'hésite pas à rentrer en déficit, car une baisse de pouvoir d'achat trop grande (par exemple si l'Etat ne paye pas les chômeurs etc.) nuit au entreprises (qui n'ont plus de client) qui font faillite, licencient etc... : C’est le cercle vicieux!

Enfin ces deux points en rajoute : l'Etat finit par être obligé d'emprunter pour rembourser les intérêts de sa dette, ce qui gonfle sa dette, donc son déficit : c'est l'effet boule de neige.

Réponse de Serge

La réponse précédente n'est pas très loin de la vérité!
Les états on privatisés leurs banques centrales au cours du 20eme siècle, depuis cela les nations du monde empreintes leur argent aux banques d'affaire avec des taux d'intérêts souvent entre 20 et 35% (oui vs avez bien lus!!!)
Je pense que pour comprendre ce qui ce passe a l'échelle mondial tu devrais (vous deviez tous) lire "l'escroquerie monétaire mondiale". Le principe est simple, un lobby des plus grandes banques mondiales financent la campagne d'un futur président a grands frais, une fois au pouvoir celui ci et sa majorité font voter une lois de privatisation de la banque centrale de son pays, les banques en question s'emparent de la grande majorité des parts et donc contrôles la banque centrale et ensuite revendent la monnaie de la nation a ses gouvernements a des taux usuraires qui creusent la dette de l'état qui deviens en qlq décennies irremboursable!

De plus parallèlement ces "lobbys" influence les politiciens a leur solde a libéraliser au maximum, a déréguler les marchés et a décentraliser pour qu'au final l'état perde tout réel pouvoir ou capacité a diriger les nations.
Ce système est mis en place par des personnes qui y travaillent depuis un siècle, elles contrôlent le système économique mondial et font partie des plus grosses multinationales. Ce système il se nomme "mondialisation libérale".
Pour ce qui est de la dette des nations lisez ce liens qui résume bien la situation:
http://webduweb.free.fr/escroc.htm... et regardez ce documentaire sur la conspiration de l'ile de Jeckyll qui relate le montage politico-financier de la privatisation du dollar: http://www.dailymotion.com/video/xryjf_l...


LE JEU DE L'ARGENT - Archives oubliées
envoyé par al-fred

Comprenez bien que les nations n'ont AUCUNES raisons de privatiser leurs monnaies et que dans certains pays il s'agit là d'un crime anticonstitutionnel (les états unis par exemple) mais que malgré les actions en justice rien ne change et les citoyens sont tenus dans l'ignorance totale!
Aux états unis la constitution interdit la privatisation de la monnaie et chaque années des plaintes sont portés par des associations contre le conseil d'état et que depuis 1913 toutes ces plaintes ont été considérées comme "non recevables" alors qu'il s'agit d'un crime constitutionnels.

De plus pour ceux qui l'ignorent le dollar a remplacé les métaux précieux comme réserve de payement partout dans le monde et que le pétrole brut ne peut être payé que et uniquement en dollar, donc les personne qui contrôlent le dollar control l'inflation mondiale, le commerce du pétrole mondial ainsi que les autres banques centrale et leurs monnaie partout dans le monde!
Si vous désirez en savoir plus sur la face caché de la politique et l'économie mondiale lisez mes autres réponses vous allez découvrir des choses qui font passés le Da Vinci Code pour une gentille blague, sauf que ce que je dénonce là n'est pas une fable mais la vérité du système économique et politique mondial!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Couscousbzh 2 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine