Magazine Beauté

Kenny est drôle

Publié le 19 septembre 2007 par Ellie Page
Kenny lève le doigt. Il attend la parole. C'est déjà un progrès. D'habitude, il parle très fort sans y être invité. Cette fois Kenny lève le doigt. La maîtresse, méfiante, lui donne néanmoins la parole :    - Maîtresse, est-ce qu'on faire des cris de singe ?   Les petits camarades éclatent de rire. Il va falloir 5 minutes pour avoir à nouveau la sensation de se trouver dans une salle de classe.     Kenny est resté à l'école maternelle le plus longtemps possible, mais un jour il est devenu trop grand. Une commission s'est réunie et l'a placé dans une classe spéciale, une classe d'intégration. Cette classe à effectif réduit est destinée aux enfants qui ne peuvent suivre normalement une classe d'élémentaire. Comme Kenny ne tenait même pas sur une chaise, comme Kenny n'était pas propre (et je ne parle pas que de pipi culotte) il a semblé pertinent de le réserver un peu avant de mettre en instabilité une classe de 25 élèves.   Kenny est resté 4 ans en classe d'intégration, il y a connu 3 maîtres différents (les maîtres ne font pas long feu dans ce genre de classe, pour lesquels il faut en principe une formation spéciale, mais où on affecte plutôt les jeunes enseignants qui n'ont pas encore les moyens de refuser). Petit à petit, Kenny a été intégré dans d'autres classes d'enfants de son âge : une heure par semaine en CM1 pour le sport, 1 autre pour les arts plastiques, puis en mathématiques deux fois par semaine.   Pour Kenny, l'intégration a fonctionné, et c'est assez rare pour être noté. La plupart du temps, les élèves de classe d'intégration continuent leur parcours dans un circuit à part, et ne rattrapent jamais le niveau scolaire normal.   Kenny, lui, a eu de la chance. Lors de sa troisième année en CLIS, il a rencontré la lecture au travers de mangas, et il  a finalement arrêté de se salir. Fini les douches en urgence pour nettoyer l'infâme odeur d'excréments. L'année suivante, sa maîtresse et toute l'équipe pédagogique ont fait le forcing dans l'espoir de le réintégrer à temps plein.   Et puis en plus, on a appris que la classe d'intégration allait être fermée à la rentrée. On en ferme de plus en plus : on privilégie l'inscription des cas inermédiaires de handicap dans les classes "normales", au nom de l'égalité de traitement.  (est-ce un progrès ? voir l'histoire de Dylan ...)
  Les autres élèves ont donc changé d'école et Kenny, lui, a pu rester : il a été inscrit en CE2, il est un peu grand par rapport aux autres mais pas tant que ça. Cette orientation avait été bien préparé l'année précédente, la maîtresse de CE2 aussi. Et puis il y avait monsieur Paul. Monsieur Paul est un éducateur envoyé par le service de soins. Monsieur Paul vient voir Kenny chez lui régulièrement, il regarde ses devoirs, il le félicite pour ses réussites, les gronde un peu quand il n'est pas sage. Mais Kenny est sage, il veut faire plaisir à ses parents monsieur Paul.   A la fin du CE2, une réunion entre la maîtresse, le psycholgue scolaire et monsieur Paul a eu lieu. Tout le monde a dit sa satisfaction du travail de Kenny. La réussite de l'année était patente. Kenny passait au CM1.   Cette année, monsieur Paul ne vient plus voir Kenny. Il doit passer à d'autres enfants qui ont plus besoin de lui.   Cette année, Kenny refuse de travailler. Il fait rire ses petits camarades. Le soir il monte sur le toit du collège en construction, avec ses petits camarades. Ca lui donne l'impression d'exister.   (à suivre)   

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ellie Page 311 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte