Magazine Football

Eric Abidal retrouve Gerland

Publié le 19 septembre 2007 par Bernard Suzat

Le défenseur français du FC Barcelone Eric Abidal, qui avait quitté Lyon brouillé pour 15 millions d'euros, a reconnu qu'il affrontait mercredi son ancien club avec des «bonnes et des mauvaises pensées. Tout le monde attend le petit clash avec le président. C'est du passé». Sur la défensive dans ses réponses lors de la conférence de presse, l'ancien lyonnais s'est montré beaucoup plus avenant en coulisses. Plaisantant sur ses relations avec Jean-Michel Aulas, il a répondu : «Oui je lui ai serré la main. On a discuté, il n'y a pas plus de problème. Les gens de la presse, vous êtes en retard. Il m'a dit "Pourquoi tu réponds pas à mes SMS". C'est la preuve qu'il m'en envoie... La preuve que je ne lui pas répondu, aussi ! Non, il n'y a pas de problème.»
«Eric Abidal, vous affrontez l'OL, c'est spécial, non ?
Oui, j'affronte mon ancien club en Ligue des Champions. Notre équipe (le Barça) se prépare pour des matches. Lyon en fait partie. C'est un match à domicile. Il faut bien commencer en Ligue des Champions.
Vous sentez que Lyon est moins fort que les années précédentes ?
Il faut laisser le temps. (Quand j'étais à Lyon), on a toujours mieux démarrer que (le démarrage de Lyon) cette saison. Mais, on voit que la machine lyonnaise s'est mise en route. La chose la plus importante, c'est que le championnat et la Ligue des Champions sont deux choses différentes.
La Ligue des Champions est un de vos objectifs ?
Dans une carrière de joueur, c'est un trophée qu'on veut lever au moins une fois. Pour Barcelone, la Ligue des Champions est un objectif primordial comme le championnat. Le club se doit d'être au top dans cette coupe. Pour moi, c'est un objectif depuis pas mal d'années.


Vous allez être nez à nez avec Sidney Govou dans votre couloir gauche ?
Il n'y a pas de pensée particulière à part que je le connais très bien. J'ai passé trois saisons avec lui mais il faut s'imposer devant l'adversaire direct comme lors de tous les matches et si toute l'équipe fait de même à son poste....
Sentez-vous la pression après les mauvais résultats de début de saison ?
Je ne sais pas de quelle pression vous parlez. On a commencé le championnat plus tard que le votre (français). On n'a pas très bien commencé mais Ligue des Champions et championnat sont deux compétitions différentes. On a les cartes en mains. On verra. Les qualités, on les a. Les arguments aussi.
Quelle différence ressentez-vous entre Lyon et le Barça ?
La différence que je vois, c'est une différence de palmarès. Le nom des joueurs change. Dans chaque équipe, il y a de grands joueurs et ensuite il faut que les joueurs s'entendent sur le terrain pour faire des résultats.
Etes-vous surpris par les performances de Benzema ?
Non. (Quand j'étais) à Lyon, il avait déjà prouvé qu'il avait énormément de qualités. Il a la chance de pouvoir jouer avec la blessure de Fred. Pour son âge, il était plus que mature. Qu'il puisse continuer.
Vous êtes-vous bien adapté au Barça, à la vie, à la ville ?
Tout va bien. Je me suis adapté à la technique de travail qui est différente ici. Le jeu est aussi beaucoup plus technique. Le football est différent. On conserve plus le ballon qu'en France. Pour la vie, je ne sors pas de toute façon. Et, puis ici il y a du soleil plus souvent. Je prends des cours de catalan, c'est important de pouvoir parler les deux langues (Espagnol et Catalan). Maintenant, c'est à eux (Barça) de dire si je me suis bien adapté ou non.
Lyon c'est quand même spécial, non ?
C'est dans la tête. J'ai passé trois belles saisons à Lyon. Même si j'ai eu pas mal de blessures. C'est certainement beaucoup de bons souvenirs et des échecs qui reviennent. Peut être qu'il y aura de bonnes pensées et des mauvaises. Tout le monde attend le petit clash avec le président. C'est du passé.
Que pensez-vous des critiques contre Rijkaard ?
C'est sûr qu'on va le critiquer quand on n'a pas les résultats escomptés. L'entraîneur met l'équipe la plus compétitive sur le terrain et après on met la faute sur lui. Mais ce sont les joueurs qui sont responsables. On est tous dans le même bateau. Si ça ne marche pas bien pour nous, ça ne marche pas bien pour l'entraîneur. Et, si ça marche pour nous, ça marche pour lui... Il ne faut pas critiquer l'entraîneur et ses choix mais tout un groupe.»
AFP

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bernard Suzat 21 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines