Magazine Conso

Amandine de Marie de Palet

Par Grandlivredumois

Jean est-il tombé au champ d'honneur à Verdun, comme le pense Amandine son épouse ? Voilà des années qu'il a été porté disparu, et tout espoir de le revoir vivant s'est évanoui. Seule avec son fils Bernard, âgé de trois ans, sans ressources, la jeune femme se résigne à demander asile à sa belle-mère qui la déteste.

La vie dans cette petite ferme, avec cette vieille femme acariâtre et un beau-frère ivrogne marqué à jamais par l'horreur des tranchées, n'a pas de quoi retenir Amandine. Aussi attend-elle avec impatience la pension de veuve qui lui permettra de retrouver son indépendance. Mais les années passent, Bernard s'attache à sa grand-mère et surtout, Amandine reçoit une première lettre anonyme qui prétend que Jean est vivant...

L'interview

Est-ce la réalité qui vous a inspiré l'extraordinaire histoire d'Amandine ?
Marie de Palet :
Un peu, ou. Pas très loin de chez nous, quelqu'un que l'on croyait mort à la guerre est revenu des années après ! Mais dans mon roman, Jean, le mari d'Amandine, disparaît volontairement, abandonnant femme et enfant. Ce personnage n'est pas le centre du livre, mais il nous permet de prendre conscience de l'absurdité de la guerre qui brise les individus et les familles ; de comprendre le climat qui régnait à cette époque dans un village, sous un même toit. Comme il n'est pas prouvé que son mari est mort, Amandine ne peut toucher sa pension de veuve. Pour survivre, elle n'a d'autre choix que de demander asile à Marie, sa belle-mère, tout en se disant qu'elle s'en ira dès que possible. Surtout que celle-ci n'est pas vraiment ravie de la voir.

Ainsi votre dernier roman est, comme les autres, une histoire de femmes ?
Marie de Palet :
J'aime me plonger dans ces histoires d'autrefois et les raconter. A cette époque, les femmes n'avait de statut que si elles étaient mariées. Et encore, la dot qu'il fallait verser représentait parfois un obstacle au mariage ! Alors, elles passaient leur vie comme des servantes. En ce temps-là, tout n'était pas idyllique, ni matériellement ni moralement, mais aujourd'hui les choses changent tellement vite qu'il est bon d'avoir quelques repères.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Grandlivredumois 78 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog