Magazine France

FILLON : Vas y François prouve que tu existes…

Publié le 20 septembre 2007 par Bruno Mouilloud

Si on t’organise une vie bien dirigée
Où tu t’oublieras vite
Si on te fait danser sur une musique sans âme
Comme un amour qu’on quitte
Si tu réalises que la vie n’est pas là
Que le matin tu te lèves
Sans savoir où tu vas

Résiste
Prouve que tu existes
Cherche ton bonheur partout, va,
Refuse ce monde égoïste
Résiste
Suis ton cœur qui insiste
Ce monde n’est pas le tien, viens,
Bats-toi, signe et persiste
Résiste…

Plus sérieusement… Plus que jamais confronté à l”hyper-présidence” de Nicolas Sarkozy, François Fillon cherche à marquer son territoire de Premier ministre, saisissant l’occasion de la rentrée parlementaire et d’un entretien à Paris-Match pour délimiter son rôle.

Il s’affirme toujours plus en garant des réformes promises aux Français, cherchant ainsi à tenir sa place malgré les vexations que lui distille désormais le chef de l’Etat.

Les parlementaires de la majorité semblent juger son ambition légitime.

“Le Premier ministre est le chef de la majorité, de surcroît, François Fillon est très apprécié des députés”, a déclaré mercredi le président UMP de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, ajoutant que “le rôle du Premier ministre, quoi qu’on en dise, est central”.

Le message a visiblement été concerté. Dans la cour de Matignon, où ils étaient conviés pour un discours de rentrée parlementaire, les ténors de l’UMP ont salué tour à tour un Premier ministre qui “fait le job” et s’en sort bien.

Plusieurs poids lourds du gouvernement étaient présents, notamment Xavier Bertrand (Travail) et Christine Lagarde (Economie), reçus ensuite à propos des réformes sociales.

François Fillon “n’a jamais quitté la première ligne”, a aussi déclaré le porte-parole du gouvernement Laurent Wauquiez, tentant de réparer l’oubli, la veille, de François Fillon dans le discours du président sur sa stratégie sociale.

L’été avait été rude pour l’ego de l’hôte de Matignon. Désigné publiquement par M. Sarkozy comme un “collaborateur” du président, il avait vu sa rentrée médiatique parasitée par l’invitation sur RTL de Claude Guéant, le secrétaire général de l’Elysée.

Le tournant a été pris le 9 septembre. Ce jour-là sur Canal +, un François Fillon résolu a dit que la réforme des régimes spéciaux était prête et n’attendait plus que le “signal” de M. Sarkozy. Une façon de prendre les devants, une première dans ce quinquennat, qui lui permettait de rappeler qu’il est un rouage essentiel à l’application du programme Sarkozy.

M. Fillon rappelle en toutes occasions qu’il n’ambitionne pas d’être plus que ce rouage. Mais il ne veut pas être moins: s’il revendique d’être le loyal second de Nicolas Sarkozy, il refuse de passer après ses conseillers présidentiels, en particulier Claude Guéant. Et surtout, répète-t-il, il n’est pas un “collaborateur” du président.

Son argument principal est de mettre en avant sa responsabilité devant le Parlement. “C’est au gouvernement que seront posées les questions d’actualité”, soulignait-il récemment en petit comité.

Nicolas Sarkozy l’a taclé publiquement deux jours après sa sortie sur Canal+, en lançant: “un peu de méthode ne nuit pas”. La jeune secrétaire d’Etat Rama Yade, tancée à Matignon pour avoir pris fait et cause pour des expulsés en banlieue, a elle aussi montré le peu de cas qu’elle faisait du Premier ministre, déclarant la semaine dernière que tant qu’elle bénéficiera de la confiance du président Nicolas Sarkozy, “tout ira bien”.

C’en était sans doute trop pour le calme François Fillon, qui confesse cette semaine dans Paris-Match avoir été “agacé, un peu” par ces sorties.

Il affirme dans le même entretien avoir “l’obsession des réformes”, et dit avoir “la hantise du temps qui se consumerait sans que les réformes nécessaires soient conduites”.

Il se pose ainsi plus que jamais en garant des promesses et aiguillon en chef de la majorité, place traditionnelle du Premier ministre.

Allez pour conclure :

Tant de libertés pour si peu de bonheur
Est-ce que ça vaut la peine
Si on veut t’amener à renier tes erreurs
C’est pas pour ça qu’on t’aime
Si tu réalises que l’amour n’est pas là
Que le soir tu te couches
Sans aucun rêve en toi

Résiste
Prouve que tu existes
Cherche ton bonheur partout, va,
Refuse ce monde égoïste
Résiste
Suis ton cœur qui insiste
Ce monde n’est pas le tien, viens,
Bats-toi, signe et persiste
Résiste

Avec Marianne


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bruno Mouilloud 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte