Magazine France

La France se met à l’éolien politique

Publié le 22 septembre 2007 par Frednetick

Dans une société toute entière tournée vers la consommation de masse personnalisés, erzats de fordisme version tuning, l’on pourrait légitimement attendre, espérer des institutions qu’elles jouent le rôle du rôcher prit dans le flot. Point d’accroche indécrochable qui tempère la furie bouillonnante par une bienveillante et rassurance immuabilité.

Il n’en est rien. Non seulement Nicolas Sarkozy ne joue t-il pas se rôle mais tente t-il encore de nager plus vite que le torrent. Les socialistes, eux, barbottent au fond, lestés de lourdeur idéologiques comme le mafieux de ciment à prise rapide.

D’une personne intelligente et raisonnée, l’on attend, espère une modération et la capacité à s’extraire du gloubiboulga intellectuel dont JP Pernaut est un thuriféraire. Ce bon vient sens commun qui tient lieu de ptit rouge aux pilier du bar de la pensée unique. Pourtant, encore une fois, telle n’est pas la voie empruntée par le premier édile de France. J’ai un ami, qui durant ses folles années de jeunesse conduisait sa Fiat Panda comme un branquignolle. L’accélarateur ne connaissait que deux position, relaché ou au taquet. Nicolas Sarkozy doit aussi avoir connu cette jeunesse tumultueuse pour aujourd’hui ne connaître que deux position: plus ou moins.

Le terme mieux par exemple est quasiment absent de son vocabulaire. L’utilisatio par ailleurs peu commune du terme productivité en est la plus flagrante illustration. Les français, tout le monde le sait monsieur d’Arvor, doivent travailler plus pour gagner plus. Soit. Mais faire de cette augmentation un facteur de productivité est par nature erronnée. La théorie économique postule en effet que les redements d’activité sont généralement décroissants. Ce qui veut dire que vous produisez moins d’unité de valeur entre la 8ème et 9ème heure par exemple qu’entre la 3ème et 4ème de votre labeur quotidien. Si le volume produit au total sera supérieur du fait de l’ajout d’une heure supplémentaire, la productivité horaire elle sera en baisse.

Imaginons que vous produisiez 100 unités en 8 heures, votre productivité horaire est donc de 12.5 unité/heure mais que vous ne produisiez que 11 unité lors de la 9ème heure. Votre productivité horaire tombe à 110/9 soit 12.2 unités. Imaginons que la productivité minimale qui soit rentable pour votre patron se situe à 12.5, il ne vous demandera pas de faire cette 9ème heure puisqu’elle n’est pas rentable pour lui. Travailler plus ne vous permettra pas de gagner plus, CQFD.

A la lumière de l’histoire économique, ce phénomène n’est pourtant pas difficile à comprendre. Tandis que le PIB/Hab n’a cessé de croitre (multiplié par 7 entre 1913 et 1998) le nombre d’heures travaillées n’a cessé de décroitre (divisées par 2 entre 1913 et 1998). Autrement dit, les gens produisent plus de richesse en travaillant moins. Pourquoi? Parcequ’ils travaillent MIEUX.

Hubert Védrine publiait en janvier 2007 un livre intitulé “Continuer l’Histoire”, Nicolas Sarkozy, lui la remonte. Travailler mieux implique de pouvoir former les gens tout au long de leur vie, surtout ceux qui en ont le plus besoin, ceux dont le capital humain de départ est le moins important. Pourtant le système de formation professionnel en France fait le contraire. Il donne plus à ceux qui en ont le moins besoin.
Une note de veille du conseil d’analyse stratégique (la n°62) rapporte ainsi que le taux d’accès à la formation professionnelle des ouvriers non qualifiés s’établit à 15% contre 48% pour les ingénieurs et cadres.

En oubliant d’évoquer les moyens de résoudre ce état de fait problématique (qui pèse 25 milliards par an) Nicolas est bien gentil mais il brasse du vent. Tellement de vent que la puissance éolienne française pourrait facilement être doublée…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Frednetick 24 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines