Magazine Conso

Complainte de la shortlist

Par François Monti

Qui pensait qu’être sur la shortlist du Booker Prize faisait exploser les ventes ? Le Daily Telegraph publiait il y a quelques jours des chiffres de vente assez consternant. A l’exception du rachitique « On chesil beach » de Ian McEwan (99600 exemplaires), un seul livre dépasse les mille exemplaires (1519 pour être précis). Nicola Barker, auteur tout de même d’une certaine réputation, n’a écoulé que 499 copies de « Darkmans », livre qui a pourtant l’air intéressant et qui me regarde, la larme à l’œil, depuis ma pile non lue. J’ai aussi une pensée émue pour Lloyd Jones, écrivain néo-zélandais, parmi les meilleurs d’Océanie, dit-on, ayant publié huit livres dont seul le dernier est disponible ailleurs que chez lui. On imagine quelorsque une maison anglaise a pris la décision de faire paraître « Mr Pip » en Albion, Jones a bondit de joie. De même lorsqu’il a apprit être en piste pour le Booker. Las, 880 copies vendues au Royaume-Uni, la mienne comprise. Je finirai par me dire que la poignée de centaines de livres de Kathy Acker vendu en France est finalement un bon résultat pour l’éditeur…

Quelques mots sur « Mister Pip » : c’est un roman classique, ultra-classique dont le véritable héros est le pouvoir rédempteur de la littérature. Dans une petite île perdue du Pacifique, une rébellion fait la guerre à une armée importée, laissant la population locale bloquée sur place dans la crainte d’attaques et d’exactions. Le seul blanc à être resté – il est marié à une locale- est un personnage étrange et mystérieux pour les enfants de l’île auxquels il décide de donner classe en lisant « Great Expectations ». On ne fera pas le détail des péripéties du roman, disons juste qu’entre l’amour des mots et celui de Dickens, il y a des moments de très grande brutalité venant rappeler que si la littérature peut parfois beaucoup, ce n’est pas en elle qu’on parviendra à survivre à de telles conditions. Il y a quelques beaux moments dans le livre de Lloyd Jones – le prof blanc contant sa vie aux rebelles, mélangeant passages authentiques, extraits de « Great Expectations » et anecdotes du village dans une sorte de salmigondis littéraire assez intelligent, par exemple- mais disons qu’à la fin de la lecture, on a toujours faim.

Lloyd Jones, Mr Pip, John Murray, £12.99

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


François Monti 10 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte