Magazine Golf

Par Philippe Chouraqui

Lorsque l’on fait référence aux sombres heures d’Auschwitz, les photos des personnes exterminées hantent tous nos esprits.

Le New York Times nous propose une autre vision de cette période et de ce camp de la mort, celle de la vie, sociale, joyeuse, insouciante, des SS de ce même camp, pendant cette même période. Cliquez ici pour accéder au diaporama du NYTimes.

Ces gens que vous voyez à gauche ont certainement envoyé des centaines de personnes dans un four crématoire quelques heures avant cette joyeuse petite chanson. Je suis de ceux qui pensent que toutes ces personnes ne pouvaient pas être aussi mauvaises, que le contexte historique, l’embrigadement, sont les raisons essentielles de cette folie qui les a totalement déconnecté de toute notion de bien ou de mal, de toute sensibilité humaine, de tout raisonnement. Un aveuglement absolu qui leur permettait de massacrer des gens par milliers, et de faire la fête dans la foulée. Que l’on se comprenne bien, si le contexte historique peut expliquer, il ne peut en aucun cas pardonner. Ces photos sont presque aussi terrifiantes que celles des victimes.

Lorsqu’Amen, le film de Costa Gavras est sorti en 2002, je fus invité à un dîner avec un rescapé d’Auschwitz afin d’en discuter avec une personne qui l’a vécu dans sa chair. Il se trouve qu’en plus cette personne est brillante, au destin incroyable. Comme vous pouvez l’imaginer, je lui ai dit que je n’étais aucunement intéressé par les détails sordides de la vie du camp, mais nettement plus par ce qu’il a pu retirer de cette tragédie, dont il a eu la chance de réchapper.

Faisant parti d’une famille parisienne aisée, il a été élevé par une gouvernante allemande, une langue qu’il maîtrisait et qui lui permettait de comprendre les ordres des SS, tant de personnes furent excécutés sur le champ simplement par incompréhension de la langue. Il s’en est sorti par un concours de circonstance incroyable : alors que les allemands s’inquiétaient de la baisse de la durée de vie des juifs dans les usines, ils ont recruté des dessinateurs industriels à Auschwitz pour établir les plans d’une climatisation. Non pour le confort des prisonniers, mais pour les faire vivre un peu plus longtemps, pour qu’ils puissent travailler plus longtemps. Artiste peintre, cet homme s’est porté volontaire. Très rapidement, les allemands se sont aperçus de son manque de talent dans le dessin industriel, mais il proposa alors au SS de lui faire un tableau pour son bureau. D’abord de Venise, puis le SS lui demanda un nu. Il le réalisa, ce tableau plu à tous les SS, et il devint ainsi le peintre des SS du camp, ce qui lui valu leur clémence.

Lorsqu’il fut libéré et qu’il revint à Paris après avoir perdu son frère et sa mère dans les camps, il me raconta qu’il fut invité dans les dîners parisiens comme un animal de foire. Il devait raconter son vécu à des gens qui jugeaient ses propos distrayants, et dont ils pensaient qu’ils étaient romancés. C’est fou d’imaginer que même les français à l’époque ne pouvaient croire aux horreurs perpétrées dans ces camps. Ce n’est que plus tard que l’on en réalisa l’étendue.

Cette situation était intenable pour lui. Il partit alors en Indonésie pour le compte de Suez, dont il finit par monter et diriger la filiale de toute la région asiatique. Lorsqu’on lui proposa de devenir directeur général de Paribas, il refusa. Il m’expliqua que deux principes ont régi sa vie depuis cette époque : quitte à vivre, autant ne donner d’importance qu’aux plaisirs de la vie, et un furieux désir de liberté, plus personne ne lui dira ce qu’il doit faire. Lorsqu’on lui proposa la direction de Paribas, il avait envie de devenir écrivain. Peu importe l’argent, le pouvoir de la fonction proposée, il a choisi la liberté de faire ce qu’il voulait, écrire. Et de me raconter qu’en fait, il s’aperçut que tous les 10 ans, il avait changé radicalement de voie, toujours en se dédiant à l’envie du moment. Il est vrai que c’est plus facile à faire lorsque l’on a son intelligence. Comment ne pas comprendre ce désir irrépressible de liberté, de ne pas se laisser enfermer dans un carcan social, hiérarchique, après l’interdiction de toute liberté durant plusieurs années ?

Il ne m’a jamais fait mention de ce sentiment d’injustice de s’en être sorti alors que tant d’autres y sont morts arbitrairement, et qui a conduit nombre de rescapés au suicide. Manifestement, chez lui, le désir de vivre une belle vie, d’homme libre de ses choix, fut le plus forte.

L’homme était chaleureux, posé, pour une rencontre qui m’a fortement marqué, conscient de la puissance de ce témoignage historique, par le formidable message d’optimisme et ce désir de vivre une belle vie qui en émanait.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Manhunt 2 dans le New York Times

    Vous saviez, vous, que la voix de la défunte qui narre les aventures des Desperate Housewives dans la version française est celle de la doubleuse de Lara Croft ... Lire la suite

    Par  Livegen
    HIGH TECH, JEUX VIDÉO
  • New York : Stonehenge moderne

    Deux fois par année, le soleil à son coucher est parfaitement aligné avec les rues de Manhattan qui s’allongent d’est en... Lire la suite

    Par  Samuel Bouchard
    AMÉRIQUE DU NORD, ENVIRONNEMENT, HIGH TECH, RÉGIONS DU MONDE, SCIENCE, SCIENCE & VIE, VOYAGES
  • Superbe vue de New-York !

    Voici une superbe photographie panoramique de New-York (4900*1100 pixels) prise du haut du gratte-ciel de GE (General Electric).Cliquez (plusieurs fois) sur la... Lire la suite

    Par  Moua
    A CLASSER
  • Le site du New York Times maintenant gratuit

    « Le New York Times a annoncé hier qu'il renonçait à faire payer l'accès à ses éditoriaux et à ses articles de fond, la publicité en ligne compensant largement... Lire la suite

    Par  Lorenzo Soccavo
    CULTURE, LIVRES, MÉDIAS
  • Après le New York Times le Financial Times

    « Après le New York Times il y a deux semaines, le Financial Times a annoncé hier qu'il allait accroître le contenu en accès libre sur son site internet. [...]... Lire la suite

    Par  Lorenzo Soccavo
    CULTURE, INTERNET, LIVRES, MÉDIAS, PRESSE ÉCRITE
  • Partez à New York avec Samsung !!

    Vous voulez partir à New York ?? et bien avec Samsung c’est possible !! En effet, Samsung vient de lancer une campagne de marketing très prometteuse. Lire la suite

    Par  Xavier Gottar
    CONSO, HIGH TECH, MOBILES
  • Bravia pyramide, le contrebuzz de Bravia New york

    Sony qui a déjà réalisé deux superbes pubs pour ses écrans Bravia a su tenir en haleine les internautes pour leur troisième spot avec des lapins à New York. Lire la suite

    Par  Sendtofriend
    EMARKETING, INTERNET, MARKETING & PUBLICITÉ