Magazine Santé

Pharmacies, le danger permanent

Publié le 25 septembre 2007 par Kalvin Whiteoak

pharmacie.jpgOn avait déjà critiqué sur ce blog l’imposition d’une taxe sur les contre-indications prélevée avec application par les pharmaciens pour payer leur loyer et autres vacances, mais en tous les cas pas pour rendre un réel service. Ce billet n’avait pas soulevé d’unanimité mais plutôt quelques critiques, qui se résumaient surtout à l’incompétence pharmacologique des médecins….

On apprend ce matin à la suite d’une enquête de la FRC sérieuse et documentée que sur 20 pharmacies testées en Suisse romande, une seule a réussi son examen de passage. 95 % des pharmacies font donc n’importe quoi, mais n’oublient surtout pas de facturer les fameuses taxes rondelettes. Cette façon de pratiquer une profession libérale comme un chef de rayon de supermarché uniquement intéressé par le rendement de sa tête de gondole inquiète. Il ne s’agit pas de vendre des bonbons en promotion mais de préserver la santé des patients qui est plus que jamais entre les mains de seuls intérêts marchands déguisés derrière des blouses blanches de pacotille.

Une bonne technique consiste à prendre langue avec le pharmacien et à lui dire que vous ne payerez pas la fameuse taxe. A lui donc de choisir s’il vous fournit quand même le médicament. Dans la plupart des cas ça marche, le pharmacien y renonce de lui-même. L’autre technique consiste à ne pas payer votre part d’assurance sur ce point, en contestant que le contrôle ait eu lieu. Car il est tellement évident que ledit contrôle ne fonctionne pas et n’est effectué valablement que dans 1 cas sur 20 qu’exiger le paiement de cette taxe n’est qu’une énorme escroquerie.

Et ce ne sont malheureusement pas les paroles de Marcel Mesnil, secrétaire général de PharmaSuisse qui rassurent. Ce dernier déclare en effet, en réponse à cette enquête de la FRC : "Cela confirme mon sentiment que l’obsession du prix et des économies dans notre pays, qui ne dispose d’aucune loi sur les pharmacies, nous dirige vers un Far West du commerce des médicaments".

Consommateurs patients, réveillez-vous et sortez vos colts, puisque selon les pharmaciens eux-mêmes c’est le Far West.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Kalvin Whiteoak 365 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine