Magazine Culture

Puisque rien ne dure de Laurence Tardieu

Par Mango
Puisque rien ne dure de Laurence Tardieu
Puisque rien ne dure de Laurence Tardieu

Les livres qui ont pour point de départ la mort ou la disparition d’un enfant sont très nombreux en ce moment !Qu’ils soient policiers ou non, ils se multiplient. Me viennent à l’esprit : D’autres vies que la mienne d’Emmanuel Carrère que je viens de terminer, Puisque rien ne dure de Laurence Tardieu que je me prépare à commenter, L’année brouillard de Michelle Richmond, présenté par de nombreux blogs, L’heure trouble de Johan Theorin, un policier suédois très réussi, et sûrement d’autres que j’oublie. Il est probable que ce soit une des peurs les plus partagées actuellement par les jeunes écrivains. « Ecrire sur ce qui me fait le plus peur au monde : la mort d’un enfant pour ses parents. » écrit E. Carrère.

C’est aussile sujet central du superbe roman de Laurence Tardieu: Puisque rien ne dure que je viens determiner et qui m’a bouleversée. Qui d’ailleurs, parmi les blogueurs, n’a pas encore exprimé son admiration pour ce récit, ou ne se prépare à le faire, malgré le sujet qui, a priori,peut sembler trop pénible ? Tous s’accordent pour louer la sobriété du traitement de ce thème douloureux. Pas de pathos mais beaucoup de dignité et de maîtrise chez la romancière. Une vraie réussite !

Un couple se reforme, momentanément, à l’occasion de la mort de Geneviève qui,à l’instant de l’agonie, appelle Vincent, son mari, dont elle est séparée depuis 15 ans, Leur couple s’est défait à la disparition restée inexpliquée de leur petite fille Clara. Ils se séparent en abandonnant tout de leur ancienne vie. Lui part en ville et elle s’enferme à la campagne

Vincent va accourir au chevet de sa femme. Pendant son trajet en voiture il repense à leur histoire qui remonte à l’année 1990 et ce sera la première partie du roman. La seconde évoque quant à elle,les souvenirs présents de la malade, en juin 2005,et la troisième et dernière partie les montre réunis « Ensemble », toujours en juin 2005, au moment de la mort elle-même et juste après.

Geneviève, seule dans sa grande maison vide veut parler de leur fille une dernière fois avec lui. Il vit jusqu’à la fin avec elle, lui donne à boire, parle sans cesse de leur fille,lui lit des livres choisis au hasard. Il se trouve qu’il s’agit d’un poème de « La bonne chanson » de Verlaine.

Ensuite, apaisé, il reviendra auprès dela femme qui vit avec lui et qui l’a laissé partir sans rien dire.

J’ai beaucoup aimé ce livre et le place parmi mes coups de cœur de l’année.

L’auteur : Elle est née à Marseille, en 1972 et vit en région parisienne. Ce livre est son 3ème roman,(avec l’aide du Centre national du livre)

Puisque rien ne dure de Laurence Tardieu


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mango 1361 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines