Magazine

Un peu de "rencentrage"

Publié le 30 juillet 2009 par Gsand1804

Il est grand temps que je recentre un peu ce petit blog ! Depuis une remarque très judicieuse de Frannso, il me semble, en effet, que George s'est fait la malle ! Ici, depuis quelques temps il est essentiellement question de Moi et George dans tout ça ?

Quand j'ai créé ce blog et lui ai donné son titre, il allait de soi que la première partie du titre renvoyait à mon étude de l'oeuvre de Sand mais aussi à mes lectures, et que la deuxième partie donnait une part à ma vie... or depuis plusieurs mois j'ai l'impression d'avoir négligé ma part sandienne.

La vie nous fait parfois prendre des routes de traverse au détour desquelles un nouveau pays surgit ! Celle que j'ai empruntée en mai m'a doucement emportée vers un pays jusqu'alors inaccessible, un eldorado que je pensais inaccessible ... et puis finalement ce pays m'est apparu dans le creu d'une vallée, et depuis je m'y suis installée !

Pourtant, même si l'on déménage, si l'on s'exile, le pays des origines est toujours en nous, et nous tient par une certaine nostalgie. On n'abandonne jamais vraiment le pays qui nous a vu grandir !

Il est alors grand temps de rendre à Sand ce qui appartient à Sand !

et comme, paraît-il, j'ai endossé le rôle de la littéraire dans ce vaste monde de la blogosphère généraliste, et que les visiteurs de ce blog ne vont pas forcément consulter mon blog littéraire (vous savez l'autre... celui où vous ne laissez jamais de commentaire... à part quelques unes....), il est temps que j'opère un "recentrage"... donc oui, chers visiteurs, je vous promets, dorénavant, de vous assomer encore de mes avis de lecture, de vous conseiller, de vous faire la leçon... et ainsi de me réconcilier avec Sand !

Et pour preuve, voici, dès aujourd'hui un conseil de lecture....

***


Katherine Mosby est américaine, elle enseigne à l’université de Columbia et collabore au New Yorker. D’après mes recherches, ce roman serait le seul, voire le premier de Mosby ! Lectrice de Fitzgerald et Capote, Katherine Mosby place ses personnages dans l’Amérique des années 50.

Gabriel, 17 ans, renvoyé de son pensionnat, est recueilli par son frère, Spencer, qui vit à Manhattan. Spencer, après avoir refusé une situation de diplomate, se consacre à l’écriture et même une vie de bohême. Les deux frères côtoient des amis fortunés, des femmes belles, riches et désoeuvrées, jusqu’au jour où Gabriel s’intéresse à la mystérieuse Lillian Dawes…

Ce roman d’éducation, de formation, est un livre à part où se mêle l’ambiance des romans de Fitzgerald, ceux de la jeunesse dorée, mais aussi sans doute celle des films américains des années 50 : je pense notamment à Diamands sur canapé et en de nombreux points Lillian a quelque chose d’Audrey !

Ecrit à la première personne du singulier, ce roman est un plaisir, pour les réflexions de Gabriel tentant de comprendre les codes de la séduction, pour ce lien entre frères, pour la tante Lavinia et son chien M. Phipps… et bien évidemment pour Lilian qui apparaît comme une étoile filante et lumineuse dans l’univers des deux frères !

Si le début est un peu long, le week-end chez Clayton lance réellement le roman.

A découvrir donc !

bon point vert

Note : 8 / 10


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gsand1804 29 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog