Magazine Santé

Les verrues

Publié le 30 juillet 2009 par Marieclaude

Les verrues sont de petites bosses rugueuses, bien délimitées, qui se forment dans l'épiderme, la couche externe de la peau. Elles peuvent atteindre jusqu'à un centimètre de diamètre. Elles résultent d'une infection causée par un virus de la famille des papillomavirus humains (VPH), et peuvent être contagieuses.

Le virus s'introduit sous la peau. Une petite coupure ou une blessure, parfois si petite qu'elle peut être invisible à l'oeil nu, entraîne l'infection. Si le virus n'est pas neutralisé par le système immunitaire, il déclenche une multiplication des cellules à un endroit bien précis. L'exposition au virus ne fait pas apparaître automatiquement des verrues, car le système immunitaire de chacun réagit différemment et peut être plus ou moins efficace pour combattre ce virus.

Les verrues se retrouvent le plus souvent sur les doigts ou les pieds, mais on peut aussi en trouver sur le visage, le dos ou d'autres parties du corps. Elles apparaissent isolément ou en mosaïque, c'est-à-dire sous forme de plusieurs petites verrues regroupées.

Les enfants et les adolescents sont les plus susceptibles d'être touchés. De 5 % à 10 % d'entre eux contractent des verrues.

En moyenne, il s'écoule de deux à six mois entre l'exposition au virus et l'apparition des verrues. C'est ce qu'on appelle la période d'incubation. Cependant, certaines verrues peuvent rester « dormantes » durant des années.

Types

Il existe plusieurs sortes de verrues. Leur aspect varie selon l'endroit où elles se situent. Les deux premières sont les plus courantes.

  • La verrue vulgaire : cette verrue prend l'aspect d'un dôme dur de couleur chair. En général, elle apparaît seule. Elle peut se former notamment sur les genoux, les coudes et les pieds, mais plus souvent sur les mains. Rarement douloureuse (sauf lorsqu'elle est située près des ongles), elle peut être gênante.
  • La verrue plantaire : comme son nom l'indique, la verrue plantaire se situe sur la plante du pied. Elle peut passer inaperçue pendant un moment. En y regardant de près, on peut néanmoins observer un nodule rugueux. La verrue plantaire peut être douloureuse en raison de la pression exercée par le poids du corps. On peut avoir l'impression qu'elle est profonde, mais elle demeure toujours dans l'épiderme, la couche externe de la peau.
  • Les autres types : il s'agit des verrues filiformes (situées sur les paupières et autour de la bouche, chez les enfants), des verrues planes (habituellement sur le visage, le dos des mains et les poignets), des verrues en mosaïque (sous les pieds) et des verrues digitées (souvent sur le cuir chevelu). Les verrues digitées résultent de l'empilement de plusieurs verrues, ce qui forme une sorte de minuscule chou-fleur.

Note. Les verrues génitales ou condylomes sont un cas particulier. Elles se traitent différemment et peuvent poser des risques pour la santé (par exemple, chez les femmes, les condylomes augmentent le risque de cancer du col de l'utérus). Il n'en sera pas question dans cette fiche.

Contagion

La contagion peut se faire directement (peau à peau) ou indirectement (par des objets ayant été en contact avec la peau infectée). Les sols humides des piscines, des douches publiques, des plages et des centres d'activités sportives sont particulièrement propices à la transmission de la verrue plantaire.

Les verrues peuvent aussi se propager d'une partie à l'autre du corps, sur une même personne.

Évolution

La plupart des verrues disparaissent sans traitement au bout de quelques mois. Selon une étude, les deux tiers des verrues chez les enfants disparaissent sans traitement en moins de deux ans1. Cependant, chez certaines personnes, elles peuvent revêtir un caractère chronique.

Complications

Malgré leur allure peu engageante, les verrues sont généralement sans gravité. Même lorsqu'on les gratte, il est rare qu'elles s'infectent, mais il est recommandé de ne pas le faire. De plus, à moins qu'il ne s'agisse d'une verrue plantaire ou qu'elle soit située près d'un ongle, elles sont habituellement indolores.

Cela dit, quelques complications sont tout de même possibles. L'apparition d'un ou de plusieurs des symptômes qui suivent devrait inciter à consulter un médecin.

Quand consulter?

- Une verrue qui persiste, se multiplie ou réapparaît, malgré les traitements maison.
- Une verrue douloureuse.
- Un ongle qui se déforme.
- Des saignements.
- Une apparence suspecte (dans certains cas, mais assez rarement, une verrue peut s'avérer maligne).
- Des signes d'infection, comme une rougeur autour de la verrue.
- La propagation à d'autres parties du corps.
- Des maux de dos ou de jambes causés par une verrue plantaire douloureuse (boitement ou mauvais positionnement des pieds en marchant).
- Une gêne liée à l'emplacement de la verrue.

Diagnostic

Pour s'assurer qu'il s'agit bien d'une verrue, le médecin inspecte d'abord la lésion. Parfois, il utilise un scalpel pour la gratter : si elle saigne ou si des points noirs sont présents, cela indique la présence d'une verrue. L'examen au microscope d'un échantillon de peau peut être nécessaire pour confirmer le diagnostic.

Symptômes

  • Une ou plusieurs petites excroissances de peau, rugueuses et bien définies, qui apparaissent habituellement sur les mains, la plante des pieds, le visage ou le dos.
  • Des petits points noirs dans l'excroissance. Ces points noirs ne sont pas les « racines » de la verrue, mais plutôt des petits vaisseaux sanguins qui se sont formés en raison de la croissance rapide de la verrue.
  • Parfois, des démangeaisons.
  • Parfois, de la douleur (surtout en cas de verrue plantaire).

Remarque. Les verrues plantaires peuvent être confondues avec des cors. Toutefois, ces derniers sont exempts de points noirs. De plus, les cors sont habituellement situés sur des zones de peau qui subissent une pression ou un frottement. Le médecin ou le dermatologue pourra poser le bon diagnostic.

Personnes à risque

  • Les enfants et les adolescents.
  • Les personnes dont la peau a tendance à s'assécher et à fendiller, de même que celles qui souffrent d'eczéma.
  • Les personnes ayant une faiblesse du système immunitaire. Celle-ci peut notamment être causée par une maladie ou par des médicaments. En outre, chez ces personnes, les verrues sont souvent plus difficiles à traiter.

Facteurs de risque

  • Être fatigué ou subir un stress intense. Le stress et la fatigue prolongés rendent l'organisme plus vulnérable aux infections. On a remarqué que les verrues sont plus fréquentes après et pendant des périodes d'épuisement.
  • Pour les verrues plantaires uniquement : le fait de marcher pieds nus dans des lieux publics (piscines, vestiaires, douches publiques, plages, centres sportifs, etc.).

Mesures de base pour prévenir les verrues

  • Pour prévenir les verrues plantaires, éviter de marcher pieds nus dans les endroits publics, en particulier dans les gymnases et les douches, de même qu’aux abords des piscines.

Pour éviter la contagion

  • Couvrir les verrues durant le traitement.
  • Se laver les mains après avoir touché à la verrue ou aux petites peaux qui s’en dégagent.
  • Éviter d’utiliser les serviettes et les gants de toilette d'une personne ayant une verrue.
  • Attention de ne pas réutiliser une lime ou une pierre ponce qui a servi à frotter une verrue.

Traitements médicaux

Avis important. Les femmes enceintes et les personnes atteintes du diabète ou de tout autre problème de santé qui affecte la circulation sanguine doivent éviter de traiter par elles-mêmes leurs verrues à l’aide de produits disponibles en pharmacie. Elles doivent plutôt consulter un médecin.

Traiter ou ne pas traiter?

Les verrues vulgaires, surtout chez les enfants, disparaissent parfois spontanément en quelques jours. Chez les adultes, la guérison est souvent beaucoup plus longue. Doit-on les traiter? Différentes raisons peuvent justifier la décision d'entreprendre un traitement pour faire disparaître une verrue vulgaire ou plantaire : l'aspect esthétique de la peau, la douleur, leur multiplication, les risques de contagion ou de complications, l'inconfort qu'elles créent, etc.

Peu importe le traitement employé, celui-ci n’élimine pas complètement le virus. Une fois la verrue guérie, le virus demeure dans l’épiderme et peut se réactiver. C’est le système immunitaire qui le tient sous contrôle.

On ne doit jamais tenter d'enlever une verrue avec un instrument coupant, comme une lame de rasoir ou un couteau : la verrue risque alors de s'infecter, de saigner et de s’étendre, en plus de laisser une cicatrice.

Les traitements

Le traitement dépendra de l'âge du patient, du type de verrue et de son emplacement. La plupart des traitements exigent plusieurs séances (notamment pour la verrue plantaire, plus résistante aux traitements). Aucun n'offre de garantie totale.

Il est possible de devoir essayer plusieurs traitements avant de venir à bout du problème. Les récidives sont fréquentes.

Produits à base d’acide salicylique. Plusieurs produits à base d'acide salicylique (certains contiennent aussi de l’acide lactique) sont vendus sans ordonnance et peuvent donner de bons résultats, surtout pour les verrues vulgaires (par exemple, Duoplant®, Duofilm®, Compound W® et Off-Ezy®). L’effet de l’acide salicylique est comparable à celui d’une brûlure, et permet de retirer jour après jour de fines couches de peau infectée. Suivre les indications du fabricant pour la marche à suivre. Ces traitements sont suivis habituellement de trois à quatre semaines.

La concentration en acide salicylique varie d’un produit à l’autre, entre 10 % et 40 %. La concentration choisie dépendra de l’endroit où se situe la verrue. Certains produits se présentent sous forme de liquide, d’autres de gel ou de pansements à poser sur la verrue. Il est déconseillé de les utiliser sur le visage ou sur d'autres zones sensibles.
N.B.
Plus les applications sont commencées rapidement, plus les risques de propagation du virus diminuent.

Pour les verrues plantaires et les verrues plus résistantes, des traitements plus puissants sont suggérés

  • Une solution d'acide salicylique plus concentrée (40 %) peut être nécessaire. On en trouve en vente libre dans les pharmacies.
  • Le médecin peut aussi supprimer la verrue à l'aide d'azote liquide qu'il dépose directement sur la verrue. On appelle ce traitement cryothérapie, puisqu’il provoque le décollement de la verrue par le froid (-196 °C). On laisse l’azote agir durant 30 à 60 secondes. Le produit détruit à la fois la verrue et le virus, mais une cloque apparaît ensuite, et l’intervention est douloureuse. Habituellement, plusieurs séances (à deux ou trois semaines d’intervalle) sont nécessaires pour faire disparaître la verrue définitivement. Il est possible de rendre ce traitement moins douloureux en appliquant un anesthésique local une heure avant l'intervention. Mentionnons également que ce traitement peut dépigmenter la peau.
  • Un autre procédé consiste à détruire la verrue au laser. Cette technique ne provoque aucun saignement, mais la guérison est parfois longue et elle laisse souvent une cicatrice. Il s'agit donc d'une solution de dernier recours.
  • Après avoir pratiqué une anesthésie locale, le médecin peut inciser et extraire la verrue ou la détruire par électrocoagulation. Ces deux interventions mineures doivent être pratiquées avec soin pour éviter la formation d'une cicatrice.
  • Enfin, encore dans les cas rebelles ou chez les personnes dont l’immunité est fragile, il est possible d’injecter des interférons dans la verrue. Les interférons sont des substances qui luttent contre les infections virales.
  • Dans les cas les plus graves, on procède parfois à l'injection de bléomycine, une substance qui empêche les cellules de se multiplier. Ce procédé convient à tous les types de verrues, mais il reste peu populaire en raison de la douleur intense qu'il provoque.
  • D’autres produits sont parfois employés : l’imiquimod, la cantharidine, l’acide trichloroacétique et le 5-fluoro-uracile (5-FU).

Parue en 2006, une méta-analyse a compilé les résultats de 60 essais cliniques portant sur le traitement des verrues (excluant les verrues génitales). D’après ses auteurs, les solutions à base d’acide salicylique constituent le traitement qui détient le plus de preuves d’efficacité. Leur usage mène à la guérison dans 73 % des cas. Quant au traitement par le froid à l’azote liquide (un liquide à -196 °C), son efficacité n’est pas supérieure à celle de l’acide salicylique, contrairement à ce que l’on a longtemps cru. Mentionnons enfin que l’effet placebo est assez puissant dans le traitement des verrues. En effet, l’application de solutions placebo affiche des taux de guérison variant de 0 % à plus de 70 % (avec une moyenne de 27 %).

L’opinion de notre médecin

Bien que les verrues disparaissent souvent spontanément, la plupart des gens souhaitent avoir un traitement, car les verrues sont disgracieuses et elles peuvent saigner ou causer de la douleur. Mais, certaines personnes ont de la difficulté à les combattre. Parfois, elles se répandent plutôt que de s’en aller!

Comment les traitements agissent-ils? On a longtemps cru qu’il fallait détruire les cellules de l’épiderme infectées par le virus. On pense maintenant22 que les traitements couramment utilisés, comme l’acide salicylique ou même le « duct tape », agissent plutôt en créant une inflammation locale. Le système immunitaire est alors alerté de la présence d’un virus étranger, ce qui le pousse à s’activer pour s’en débarrasser. L’hypnose pourrait aussi agir de la même façon.

Dre Luce Pélissier-Simard, M.D.

Bonne journée,

Marie claude

ref: Passeport.sante.net


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Vaccin Gardasil contre le Virus du Papillome Humain (VPH): victime,...

    Le 15 mai 2008, nous avions publié une mise en garde sur la campagne de vaccination au Gardasil pour protéger contre le Virus du Papillome humain (VPH). Lire la suite

    Par  Raymond Viger
    SCIENCE, SCIENCE & VIE, SOCIÉTÉ
  • Si J'étais Chanteuse...

    J'étais Chanteuse...

    Taggué par Mademoiselle V, je vous présente en exclusivité mondiale la Pochette de mon Premier Album ! Vu que j'adore la musique, j'ai hâte de découvrir les... Lire la suite

    Par  Chtitelilly
    HUMEUR
  • Et si c’était vrai…

    c’était vrai…

    AUTEUR : Marc Levy TITRE : Et si c’était vrai… RÉSUMÉ : “Que penser d’une femme qui choisit le placard de votre salle de bains pour y passer ses journées? Qui... Lire la suite

    Par  Madame Charlotte
    CULTURE, LIVRES, ROMAN
  • Et si c'était vrai ...

    Quand je désespère, je me souviens qu'à travers toute l'histoire, les chemins de la vérité et de l'amour ont toujours triomphé. Lire la suite

    Par  Littleghost
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • L'eau, si précieuse!

    Aujourd'hui je vous montre une illustration réalisée autour du thème "Protect the Earth", l'écologie, terme malheureusement galvaudé , me tenant profondément à... Lire la suite

    Par  Sabbio
    BD & DESSINS, TALENTS
  • Si l'Europe était...

    l'Europe était...

    Je réponds au tag de Daydreamer...Si l'Europe était un animal : Un vieux lion endormi... Je vous accorde qu'il doit y avoir un peu de Churchill derrière cette... Lire la suite

    Par  Papote
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Et si?

    Salut! "Une série de treize tableaux peints par Adolf Hitler dans sa jeunesse ont été vendus aux enchères jeudi pour 95.589 livres (107.645 euros), a annoncé... Lire la suite

    Par  Tb509
    TALENTS

A propos de l’auteur


Marieclaude 499 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines