Magazine Culture

Le préfet de Police Gustave Macé et le cabaret du "Père Lunettes"

Par Bernard Vassor
Par Bernard Vassor Au mois d'octobre va s'ouvrir au musée de la Police une exposition pour le centenaire de la création de ce lieu.. C'est  le préfet Gustave Macé, qui est à l'origine des collections présentées, bien que son nom n'y figure pas.....
medium_pere_lunettes_cabaret_rue_des_anglais_09_sepia.jpg On aperçoit à droite sur la photo les hottes de chiffonniers déposés avant l'entrée du "mannezinc" du numéro 4 de la rue des Anglais.

Un logis de nuit « à la corde ».

Malgré l'épaisse fumée, on pouvait distinguer plusieurs tableaux et fresques humoristiques dont certains ne manquaient pas de qualité.

Comme au Château Rouge, il faut payer ses consommations à l’avance, et comme chez celui-ci, il fut fermé par décision préfectorale en juillet 1886. Cet établissement avait été fondé à la révolution par un certain Lefèvre. Il avait une énorme paire de lunettes cerclées de cuivre qu’il portait sur le front. C’est en raison de cette manie qu’il avait été surnommé le Père Lunette, fort de ce sobriquet, il a fait peindre sur sa boutique une énorme paire de bésicles, puis, il en avait fait faire une enseigne.  En 1856, c'est le père Martin qui en prit la succession.

La complainte du Père Lunette était traditionnelement chantée en coeur :

"A gauche en entrant est un banc

Où le beau sexe en titubant

Souvent s'allonge

Car le beau sexe en cet endroit

Adore la chopine et boit

Comme une éponge.

La salle est au fond. Sur les murs

Attendant les salons...futurs

Plus d'une esquisse

Plus d'un tableau riche en couleurs

Se détache plein de chaleur

Et de malice.

Les pieds posés sur  ce dos vert

Une Vénus de la Maubert

Mise en sauvage

Reçoit des mains d'un maquereau

Une cuvette pleine d'eau

Pour son usage" L’ancien Préfet de police Gustave Macé, dans ses souvenirs décrit l’assommoir de l’ancienne rue des Anglaise, aujourd’hui rue des Anglais. Cette voie devait son nom à l’établissement de Bénédictines anglaises qui s’étaient installées là en 1677 dans la maison dont le numéro conventuel était le 28. Charles Virmaitre en fait la description suivante : « En pénétrant à l’intérieur il, failli se trouver indisposé, ses poumons se remplissant de l’atmosphère viciée et chaude qui régnait à l’intérieur de l’établissement. Un comptoir en zinc derrière lequel trônent le débitant et sa femme, occupe, presque dans toute sa longueur le côté droit de la pièce d’entrée. Dans l’étroit couloir, séparant ce comptoir du mur lui faisant face se presse une foule avinée, buvant debout, criant gesticulant. Derrière, on voit, sur un banc scellé dans le mur au dessous d’une rangée de cinq barils, cinq ou six vieilles femmes en haillons, sales, dépoitraillées, les unes assises, branlant la tête avec la cadence automatique particulière aux ivrognes, les autres couchées ivres mortes, presque toutes ronflant à l’unisson » La salle du fond était on ne sait trop pourquoi baptisée « le Sénat ».. C’était la salle où avait lieu le spectacle pour mériter le nom de cabaret. Les murs étaient ornés de gravures obscènes ou politiques. Un violoniste accompagnait un chanteur dont le répertoire débutait toujours par La chanson du Père Lunette :

« Oui quelques joyeux garnements

battent la dèche par moment

Chose bien faite !

J’ai dans mes jours de pauvreté, J’ai dit-on, beaucoup fréquenté Père Lunette »

On ne servait que très peu de vin, à peine six ou sept barriques par mois. La consommation principale, était une méchante eau-de-vie « maison » qui méritait bien le surnom de tord boyau à 3 pétards le verre (15 centimes).

Au début du siècle, on venait écouter les tours de chant de Dédé l'Oiseau, Gaston trois pattes, Armand le Geulard et Joseph le maigriot. La salle de bal était au fond, et rien ne la séparait de la salle de consommation à l'entrée, avec un comptoir en zinc, de longues tables, et des bancs....Vers  1930, c'était devenu "le bal des Anglais", dans un décor de coupe-gorge, des couples dansaient la chaloupée devant des fournées de touristes américains.

Sources : La rue ne figure pas dans  l'abbé Lebeuf : Histoire du diocèse….. Un des articles du statut des religieuses, ordonnait de prier pour le rétablissement de la religion catholique en Angleterre, la propriété ayant une superficie de 1790 mètres carrés fut vendue au profit de l’Etat en l’an VII.

*Les mêmes que pour « le Château Rouge »


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Mon père

    AUTEUR : Eliette Abécassis TITRE : Mon père RÉSUMÉ : Depuis la mort de son père, Helena vit recluse dans le souvenir de cet homme à qui elle avait voué son... Lire la suite

    Par  Madame Charlotte
    CULTURE, LIVRES
  • Gustave Eiffel, le magicien du fer

    Gustave Eiffel, magicien

    Du 6 mai jusqu’au 31 août 2009, l’Hôtel de Ville consacrera une exposition à Gustave Eiffel. L’exposition Gustave Eiffel, le magicien du fer, retracera... Lire la suite

    Par  Charlotte@areabox.fr
    BEAUX ARTS, CULTURE, EXPOS & MUSÉES, SORTIR
  • Macé - Melville - Lê Quan à domicile - 11 avril 09

    Macé Melville Quan domicile avril

    Concert à domicile le 11 avril à 20h30 Après Joëlle Léandre et Sébastien Llado, c'est à la batterie de François Merville et au sax soprano de Vincent Lê Quang... Lire la suite

    Par  Dolphy00
    CULTURE, JAZZ, MUSIQUE
  • Orhan Pamuk, Istanbul et Gustave Flaubert

    Orhan Pamuk, Istanbul Gustave Flaubert

    L’œuvre d’un écrivain est inévitablement marquée par les années où il s’est construit, où il s’est découvert les aspirations qui sont les siennes. Lire la suite

    Par  Pmalgachie
    CULTURE, LIVRES
  • Walter Thomson - Tristan Macé : SoundPainting - Regard du Cygne 23 mai

    Walter Thomson Tristan Macé SoundPainting Regard Cygne

    Walter Thomson Bandonéoniste, pianiste, improvisateur, compositeur, soundpainter, actuel président de l’Union des Musiciens de Jazz… Tristan Macé accueille le... Lire la suite

    Par  Dolphy00
    CONCERTS & FESTIVALS, CULTURE, JAZZ, MUSIQUE, SORTIR
  • Aaltra de Benoît Delépine et Gustave Kervern

    Aaltra Benoît Delépine Gustave Kervern

    Résumé: Parce qu’ils ne se supportaient pas, deux voisins se sont battus et se sont retrouves paraplégiques lorsque la remorque du tracteur de l’un d’entre eux... Lire la suite

    Par  Geouf
    CINÉMA, CULTURE
  • La police à l'école !

    police l'école

    Voilà une bonne décision qui marquera notre temps politique !Le ministre de l'Education nationale vient de renvoyer tous les policiers de France à... l'ECOLE... Lire la suite

    Par  Laporteplume
    BD & DESSINS, CULTURE, LIVRES, NOUVELLES, TALENTS

A propos de l’auteur


Bernard Vassor 2258 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines