Magazine

SGI : Notre savoir faire permet d’obtenir un PUE faible et constant

Publié le 30 juillet 2009 par Frédéric Bordage @greenit
SGI - Eng Lim Goh

Eng Lim Goh, Chief Technology Officer chez SGI

Eng Lim Goh est le Chief Technology officer de la société SGI, un spécialiste des serveurs de calcul qui se positionne activement sur le marché de l’informatique durable. Nous vous avions récemment présenté son offre gratuite d’audit énergétique.

Nous l’avons interviewé à l’occasion de sa venue à Paris le 2 juillet dernier.

Quelle est votre approche du Green IT chez SGI ?

Le principal problème des Datacenter est leur consommation croissante d’électricité. Sur cette problématique, Nous avons une approche globale.

Pouvez-vous la détailler ?

Au niveau du matériel, nous agissons à différentes échelles.

- Au niveau des composants : La totalité de nos alimentations sont certifiés 80plus et la plupart d’entre elles dépassent les critères du 80plus gold. Nous optimisons aussi le refroidissement des composants. Le fond de panier de nos serveurs est par exemple percé de multiples trous pour laisser plus facilement passer l’air.

- Au niveau de la baie : notre solution "CloudRack" permet d’alimenter une baie entière de serveurs avec une seule alimentation. Cette mutualisation améliore le rendement. Coté refroidissement, nous proposons sur certaines baies un système de refroidissement à eau intégré à la porte.

- Au niveau des allées, nous proposons notre solution Ice Cube Datacenter qui consiste à enfermer / isoler une allée (2 rangs de baies) froide dans un container.

- Enfin, au niveau du Datacenter, nous proposons une solution de refroidissement par eau. Au lieu d’amener l’air froid au pied des baies de serveur, nous amenons de l’eau réfrigérée au niveau du flux d’air sortant de la baie pour absorber jusqu’à 95% de la chaleur, réduisant ainsi les besoins en climatisation du Datacenter.

La durée de vie du matériel est-elle pour vous un paramètre important de l’impact environnemental ?

Oui. Depuis toujours, nous mettons un point d’honneur à fabriquer du matériel le plus fiable possible. Cela commence par un choix méticuleux des composants. Je peux vous donner un exemple avec le boîtier de conversion 12V vers 48V. Alors que chez la concurrence, il possède un MTBF (Mean Time Between Failure) de l’ordre de 100.000 heures, celui que l’on intègre sur nos serveurs atteint 2.000.000 d’heures. Nos clients conservent ainsi plus longtemps le même matériel actif : de 7 à 14 ans !

Comment gérez-vous la fin de vie du matériel ?

Conformément à la directive DEEE, la collecte est assurée par SGI. Nous favorisons au maximum la réutilisation des pièces encore fonctionnelles qui servent à alimenter notre activité de vente de produit SGI re-manufacturés, les pièces non récupérables sont quant à elles envoyées à un organisme de traitement, en France, nous avons choisi Sepur.
C’est une activité que nous avions bien avant la mise en place de la directive DEEE. Elle représente selon les années entre 11 et 15% de notre chiffre d’affaire alors que la moyenne du marché se situe plutôt autour de 7%.
90% des clients qui achètent des produits SGI re-manufacturés étaient déjà client SGI auparavant. Les produits re-manufacturés sont vendus avec exactement les même garanties qu’un produit neuf et il est possible de souscrire aux même contrats de maintenance.

Au-delà du matériel, est ce que SGI s’intéresse à l’aspect logiciel ?

Oui, et c’est un point sur lequel nous nous différencions de nos concurrents. Rien ne sert d’avoir le système le plus efficace du monde s’il n’est pas adapté à l’application du client. Notre équipe dédiée aide les clients à tirer le maximum de la puissance de leur système, par exemple en les aidant à concevoir une architecture système adaptée à leur application afin d’obtenir des performances équilibrées. A quoi bon posséder 1000 cœurs s’ils ne sont pas exploité à 100% parce que les interfaces réseaux ou disques forment un goulot d’étranglement ?
Cette spécificité nous permet de nous démarquer par rapport à la concurrence. Par exemple sur la dernière liste du TOP 500 publiée à l’occasion de la conférence ISC09 de fin juin dernier, la machine SGI ayant le meilleur rapport performances réelles sur performances théoriques n’arrive qu’en 55ième position dans le classement en performances brutes. Et quand il s’agit de classer les supercalculateurs en fonction de ce rapport, on retrouve 13 systèmes SGI sur les 20 premiers. En termes de performance/Watt, les machines SGI ont une moyenne de 222GFlops/KWatt, ce qui est le meilleur ratio pour des clusters X86.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Frédéric Bordage 2605 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte