Magazine France

Le roi de la Taxe...

Publié le 31 juillet 2009 par Dominique Lemoine @lemoinedo

Michel Rocard n'en est pas à son premier coup d'essai: à chaque fois qu'un problème se pose, il a la solution : une nouvelle taxe...CSG, RDS, voici maintenant la Taxe Carbone !Il faut absolument réduire nos émissions de gaz à effet de serre, c'est incontestable et c'est un impératif sinon le réchauffement climatique risque de devenir incontrôlable.Les émissions sont trop élevées dans tous les pays développés et les émissions commencent également à exploser dans les pays en voie de développement.Si rien n'est fait, ce sera la "cata" pour nos enfants (ceux qui sont actuellement à l'école primaire) et nous serons les responsables.Mais, dans une économie globalisée, la réponse doit être mondiale et nous avons vu que les pays en voie de développement ont résisté aux pays développés dans le dernier G20 qui s'est déroulé à Aquila !Aquila fut donc un échec de ce point de vue, c'est incontestable.La France semble avoir une idée géniale,méfions-nous des fausses bonnes idées.Le Président de la République prend l'option, réunit une commission ad hoc qui s'empresse d'applaudir des deux mains !Moi qui pensais que l'écologie ne pouvait pas se développer dans le cadre de la pensée unique, je suis servi.Car la Taxe carbone ne peut être efficace qu'en présence d'alternatives. Je m'explique par un exemple.Si vous avez d'un côté un parc d'automobiles qui "brûlent" des hydrocarbures et de l'autre un parc de voitures électriques (pouvant remplir les même fonctions) qui n'émet pas de gaz à effet de serre ni pour rouler, ni pour produire l'électricité.Alors l'intérêt de la taxe est évident : vous augmentez le prix de l'essence par une taxe et les consommateurs vont reporter leur achat automobile vers la voiture électrique pour ne pas payer une taxe qui grève leur budget. Dans ce cas, nous percevons bien l'intérêt de la taxe carbone et son effet est bien réel et bénéfique pour l'environnement.Mais, l'alternative automobile électrique n'existe pas (ce qui est bien le cas aujourd'hui), alors vous êtes soumis à une taxe supplémentaire !Et cette démonstration peut s'appliquer dans tous les domaines...Donc, en absence de solution de substitution, la taxe carbone est bien une taxe et non une incitation au changement. Ce sont bien les propos de Michel Rocard lorsqu'il dit que 4 des 8 milliards d'euros de la taxe carbone seront payés par les ménages.OUI, nous avons besoin de changer de comportement, mais ce n'est pas cette taxe qui le permet.Pour celui qui roule en 4X4, qui paie déjà 50 centimes d'euros en TIPP, 7 centimes d'euros de plus n'a pas d'importance.Pour celui qui ne peut même pas se loger décemment et nourrir sa famille correctement malgré un travail, cette taxe sera un fardeau supplémentaire qui va encore l'appauvrir.Alors, pour faire passer la pilule, on parle de redistribution. Mais comment une taxe peut être incitative si 1 euro pris dans la poche droite est reversé dans la poche gauche ?Reprenons le secteur de la voiture : une vraie réflexion stratégique sur la diminution des émissions de CO2 aurait plutôt dû être d'imposée aux fabricants de voitures de mettre sur le marché et à un prix concurrentiel, pour 2012 ou 2015 par exemple, x% de voitures zéro émission (ce qui est en application dans certains états des Etats-Unis).Dans ce cas, les fabricants seraient obligés de déveloper des technologies no CO2, de les vendre à des prix compétitifs. Rien n'empêche alors l'Etat, de décider de soutenir le financement de ces grands chantiers si les voitures de technologies françaises sont fabriquées en France (analogie avec le chantier de JL Borloo sur le solaire où il accepte de subventionner une technologie française frabriquée en France).Des analyses similaires auraient dû être conduites dans le transports du frêt, l'étalement des villes, et le bâtiment.Au lieu de mettre en place des outils de changement de comportement, la réflexion s'arrrête à taxer !Cela montre bien le manque d'idées et aussi de courage de changer de société des politiques français qui veulent appliquer de vieilles recettes sur une crise à venir qu'ils ne semblent ni comprendre, ni véritablement anticiper.Dominique Lemoine

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dominique Lemoine 164 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte