Magazine France

De la mort du PS

Publié le 31 juillet 2009 par Cajj

Le PS est-il mort ? Répondre à cette question, c'est faire de la politique fiction ; les êtres peuvent donner un nouveau cours aux choses, ils le donneront peut-être au PS.
En posant le postulat toutes choses égales par ailleurs —comme aiment à dire les économistes—, je crois que le PS est mort mais aussi qu'il connaîtra encore quelques victoires et que ses victoires l'empêcheront de se transformer vraiment.
Soyons moins abscons.
Comme, je l'ai déjà écrit :
1) Le PS n'a, en fait, pas la culture du vrai débat sans tabou ; sans un leader ultra-charismatique (un nouveau Mitterrand), il reste incapable de proposer au monde une nouvelle vision qui regarde vers l'avenir et non vers le XIX° siècle.
2) Le PS ne sait pas faire la synthèse —ou l'incarner— entre la social-démocratie —profondément capitaliste dans ses racines— et le "réformisme" marxiste des Mélenchon, PC et autre NPA. Ce n'est pas que le PS soit incompétent, c'est que cette synthèse est infaisable.
Aussi, pour ces deux raisons, le PS est condamné à vivoter et perdre les prochaines élections présidentielles sauf si..... sauf si Bayrou se suicide politiquement, que Sarkozy devienne désastreux, que les Verts appellent à voter PS dès le premier tour, ...

rose_22507af76c_m

Néanmoins le PS peut connaître encore de belles victoires. Les réserves UMP sont aujourd'hui très limitées. Dans un tel contexte, je crois très possible que le PS et les Verts gagnent une quinzaine de régions ne laissant que des (grosses) miettes à l'UMP.
Si cette alliance de circonstances —vert-rose-rouge-orange— est concevable localement (Mairies, Conseils généraux, Conseils Régionaux), elle est exclue nationalement au sens où jamais les électorats PS-PC-NPA-MoDem-Verts ne se reporteront massivement en un deuxième tour. Rappelons que dans le cas de Régionales, la liste du deuxième tour sera multicolore ; dans le cas des présidentielles, l'homme du deuxième tour sera d'une seule couleur (rose ?).
Alors, les victoires locales empêcheront le PS de se réformer.
Un jour, il basculera dans la modernité celle d'une social-démocratie qui revendique un système productif assis sur le développement durable. Il perdra les élections jusqu'à l'effondrement des forces d'extrêmes gauches. Puis, à nouveau, il gagnera en ayant perdu sa réactionnaire appellation de Socialiste.
Mon analyse condamne le PS pour les années à venir. La défaite des Européennes est extraordinairement cuisante. Seules des circonstances exceptionnelles pourront lui permettre de s'en sortir à court terme.
Peut-être qu'en 2022, il sera là.
L'alternative est que Bayrou fédère la gauche et l'antisarkosysme. Il y a quelques choses de Mitterrandien à imaginer, à nouveau, un élu fondamentalement de droite à construire l'avenir du PS. Je ne crois pas en cette hypothèse.
L'autre alternative est que de la droite recomposée-décomposée orange bleu émerge les républicains et les démocrates à l'instar des USA, celles des Bush et Obama.
cajj

NB : la mort est quelque chose de relatif. La question de la mort est en fait celle de quelle opposition demain ? Quelle filiation avec le PS d'aujourd'hui


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cajj 12 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte