Magazine Beaux Arts

Jean capart - 5. art et histoire

Publié le 01 août 2009 par Rl1948


     Pour ce cinquième billet de la série d'articles reprenant des écrits de l'égyptologue belge Jean Capart, que j'ai voulue, en guise d'hommage à sa personnalité, vous donner à lire pendant mes absences estivales, série pré-programmée donc, et initiée, souvenez-vous, le mois dernier, j'ai pensé aujourd'hui, ami lecteur, vous livrer quelques réflexions en introduction à un chapitre qu'il a intitulé "Problèmes d'esthétique égyptienne" publié dans un ouvrage de 1931, qui constituait en fait la retranscription de conférences qu'il avait prononcées aux Etats-Unis durant l'hiver 1924-1925. 
     Dès qu'on se met à l'étude attentive de l'art égyptien, on découvre un certain nombre de problèmes qui se posent impérieusement et dont la solution est indispensable pour apprécier les oeuvres pharaoniques. En effet, il faut bien se garder de croire que la production des vieux artistes de la Vallée du Nil peut être considérée avec nos idées esthétiques modernes.
     Il nous est relativement facile de déterminer quelles sont les oeuvres qui nous plaisent le plus, celles qui répondent le plus aisément à notre sentiment du beau. De là, à vouloir déterminer l'état d'âme de leurs créateurs et raisonner leurs productions comme on le ferait pour un artiste contemporain, il semble qu'il n'y ait qu'un pas. C'est une profonde erreur et, dès qu'on l'a reconnue, on ne peut s'empêcher de sourire à la lecture de certains commentaires publiés sur les oeuvres capitales de l'art égyptien.
(...)

     Commençons par constater ceci : suivant toute apparence, nous ne possédons aucune oeuvre qui appartienne, à proprement parler, à la période  de formation de l'art égyptien. Plusieurs fois, au cours de l'histoire, nous pouvons suivre la décadence de cet art. A chaque période où l'empire égyptien a été secoué jusqu'en ses fondements par des invasions étrangères, les traditions sont ébranlées. Dès que la restauration est assurée, les rois veulent rendre à l'art toute sa splendeur. Ils ne recréent pas un art nouveau; ils vont chercher leurs modèles aux plus anciennes périodes de la civilisation pharaonique.
     Je ne voudrais pas que vous puissiez croire, d'après cela, que l'art égyptien, à toutes ces grandes époques, soit resté immuable. Sur un fond commun de principes invariables, reprenant toujours les mêmes thèmes, les artistes ont cependant réussi à donner à leurs oeuvres un accent qui permet de les classer généralement sans trop de difficultés. Mais ce qu'il importe de bien comprendre c'est que, jusqu'à présent, on n'a guère découvert de monument qui appartienne à cette période de recherche, probablement très longue, pendant laquelle les Egyptiens se livraient aux expériences nécessaires avant d'établir les principes fondamentaux auxquels toutes leurs créations artistiques, pendant des milliers d'années, allaient être exceptionnellement fidèles. 
     Notre ignorance des origines de l'art va de pair avec notre ignorance des premiers temps de la royauté d'Egypte.  Pour nous, le rideau se lève au moment où Ménès réunit sous son sceptre les royaumes de Haute et Basse-Egypte, ce qui, aux yeux des Egyptiens lui méritera d'être mis au premier rang des innombrables pharaons qu'ils avaient classés en trente dynasties.

(Capart : 1931, 51-4)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Jean capart - 4. le tombeau de toutankhamon (ii)

    Pour la deuxième semaine consécutive, je vous propose aujourd'hui encore, ami lecteur, de nous retrouver dans le tombeau de Toutankhamon en compagnie de Jean... Lire la suite

    Par  Rl1948
    BEAUX ARTS, CULTURE, EXPOS & MUSÉES
  • Jean capart - 6. le tombeau de petosiris

    Avec ce deuxième rendez-vous pré-programmé pour le mois d'août, je voudrais vous proposer, ami lecteur, un article de l'égyptologue belge Jean Capart, dont... Lire la suite

    Par  Rl1948
    BEAUX ARTS, CULTURE, EXPOS & MUSÉES
  • Jean capart - 7. le papyrus léopold ii

    Il existe, un peu partout dans le monde, des lieux extrêmement attractifs pour tous les amateurs de lecture que l'on regroupe sous l'appellation "Villages du... Lire la suite

    Par  Rl1948
    BEAUX ARTS, CULTURE, EXPOS & MUSÉES
  • Jean capart - 8. el kab

    Nous voici arrivés au terme de cette série d'écrits de Jean Capart qu'il m'a paru intéressant de vous faire connaître, ami lecteur, en guise de respectueux... Lire la suite

    Par  Rl1948
    BEAUX ARTS, CULTURE, EXPOS & MUSÉES
  • Jean capart - 9. " merci " ...

    La semaine dernière, souvenez-vous, ami lecteur, je vous avais proposé l'introduction que Jean Capart avait rédigée pour la passionnante publication, en 1946,... Lire la suite

    Par  Rl1948
    BEAUX ARTS, CULTURE, EXPOS & MUSÉES
  • Art légal

    légal

    Face à l'implantation de panneaux d'affichage illégaux, il y a deux, non trois approches possibles.Un, la méthode radicale, à la brésilienne: on supprime tous... Lire la suite

    Par  Alex Gaudin
    BEAUX ARTS, CULTURE, SOCIÉTÉ
  • Art ::

    2009, Fondation Cartier, Paris"Né dans la rue - Graffiti" - Fondation CartierA la Fondation Cartier vient de s'ouvrir l'exposition intitulée "Né dans la rue –... Lire la suite

    Par  Adelap
    BEAUX ARTS, CULTURE

A propos de l’auteur


Rl1948 2931 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte