Magazine

Le Pentagone inquiet de l'intégration lente des sunnites en Irak

Publié le 31 juillet 2009 par Theatrum Belli @TheatrumBelli

La lenteur du processus d'intégration de milliers d'anciens insurgés sunnites au sein des forces de sécurité ou de la société civile irakiennes menace les progrès enregistrés sur le terrain, estime le Pentagone.

Dans un rapport présenté vendredi au Congrès, le département américain de la Défense juge que les objectifs fixés par le gouvernement du Premier ministre chiite Nouri al Maliki ne seront probablement pas atteints si ce rythme ne s'accélère pas.

"La lenteur de l'intégration porte le risque d'ébranler la confiance des sunnites dans le gouvernement et pourrait entraver les progrès en matière de sécurité si elle n'est pas corrigée", déclare le Pentagone dans son rapport de 71 pages.


Ces anciens insurgés, baptisés "fils d'Irak" par les responsables américains, sont essentiellement les 88.000 miliciens des conseils de l'éveil (Majlis al Sahoua).

Beaucoup ont combattu les forces américaines et irakiennes après l'invasion de 2003 mais ont basculé ensuite dans l'autre camp et se sont alliés aux troupes américaines contre Al Qaïda.

Ce changement d'alliance a grandement contribué à réduire les violences interreligieuses qui menaçaient de plonger l'Irak dans une guerre civile entre sunnites et chiites en 2006.

D'abord parrainés par l'armée américaine, les conseils de l'éveil sont progressivement passés sous le contrôle du gouvernement irakien.

Mais les relations avec Bagdad se sont tendues en raison de problèmes de versement de salaires et d'arrestations de plusieurs dirigeants des conseils, soupçonnés de poursuivre des activités d'insurrection, note le Pentagone.

Le gouvernement Maliki s'est fixé pour but d'intégrer 20% des 88.383 membres recensés des Sahouas dans les forces de sécurité et de reclasser les autres comme fonctionnaires ou salariés du privé.

Mais à la date du 30 mai, seulement 6.300 (7%) d'entre eux avaient quitté les groupes sunnites et parmi eux, 1.700 avaient des emplois non liés à la sécurité, souligne le rapport.

Le Pentagone en conclut qu'à ce rythme, les objectifs du gouvernement de Bagdad ne seront pas atteints d'ici août 2010, date à laquelle les troupes de combat américaines doivent quitter l'Irak, ne laissant derrière elles qu'une force de 35.000 à 55.000 hommes.

Il y a actuellement 131.000 soldats américains en Irak.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Theatrum Belli 20892 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte