Magazine Livres

« Le Passé devant soi », de Gilbert Gatore

Par Encres Noires

« Le Passé devant soi », de Gilbert GatoreSur le génocide rwandais, j’avais déjà lu la trilogie des récits recueillis par Jean Hatzfeld (Dans le nu de la vie, Une saison de machettes et La Stratégie des antilopes, 2000 à 2007), ou encore l’essai de Patrick de Saint-Exupéry sur le rôle de la France dans cette tragédie (Complices de l’inavouable, 2009). Il y a un peu plus d’un an, lors d’un passage au quotidien en ligne Afrik.com, j’avais aussi lu La Méprise humanitaire (2007), une fiction écrite par le médecin Laurent Bucchini, que j’avais alors interviewé.
Le Passé devant soi (2008), de l’écrivain rwandais Gilbert Gatore, est d’une tout autre nature. Ce livre, écrit cette fois-ci non pas par un observateur extérieur mais par un réfugié du génocide, est moins de l’ordre du témoignage que du ressenti. Il dit – et le titre le signifie bien – la difficulté de vivre avec sur les épaules le poids de ce drame, avec ce passé dont on ne peut faire abstraction quand il s’agit d’envisager l’avenir – et ceci que l’on soit du côté des tueurs ou des rescapés, même si cela ne peut se manifester de la même façon chez les uns et chez les autres.
Le tueur. On découvre Niko à l’entrée d’une grotte dans laquelle il compte fuir son passé. Niko est muet, complètement muet, depuis le jour où il est sorti du ventre de sa mère. A l’intérieur, son esprit est un labyrinthe, son imagination un champ fertile. A l’extérieur, son corps est parfaitement sculpté, son visage l’est trop : comme un masque, dur et figé ; et son sourire fait froid dans le dos. Ce mutisme, ce masque, sont-ils ceux de la culpabilité ? Peut-être. Dans sa grotte, Niko sera bientôt l’otage de ses démons, venus à lui sous l’apparence de singes. A l’entrée pend la dépouille d’un des leurs… comme flotterait le fantôme du père abattu par son fils ? Difficile d’interpréter les symboles présents dans cette caverne où Platon ne retrouverait pas forcément ses petits… On devine des ombres ; tenter de les percer à jour est une autre affaire. Et à multiplier les hypothèses et les fausses pistes, on risquerait d’en dévoiler trop…
La rescapée. Isaro était encore une petite enfant au moment du génocide, dont elle a été sauvée par des expatriés français qui l’ont emmenée avec eux en France et l’ont adoptée. Devenue une belle étudiante parisienne, elle se rend compte de la vacuité de l’existence qu’elle mène un matin où, montant le volume de sa radio, elle entend une information sur la surpopulation carcérale au Rwanda ; quand elle en parle à ses camarades, elle ne trouve qu’indifférence et résignation. Isaro décide de retourner au Rwanda pour recueillir les témoignages des témoins, victimes et acteurs du génocide, afin que cette somme constitue une mémoire commune des Rwandais d’aujourd’hui.
Une mémoire commune ; un passé, sinon indifférencié, du moins partagé. A aucun moment dans le roman, j’y pense seulement maintenant, Gilbert Gatore ne mentionne les noms des ethnies à jamais associés au génocide – ni le nom du pays, d’ailleurs. Il y a simplement les « tueurs » et les « barbares ». Et parmi ces tueurs, Niko le muet, Niko le simple d’esprit, est la figure même de l’innocence… et pourtant il est indéniablement coupable, une culpabilité qui n’appelle aucun pardon.
Mais l’écrivain ne cherche pas à régler les comptes de son pays. La quête du roman est plus profonde : la difficulté de vivre avec « le passé devant soi », disais-je ; une difficulté qui confine à l’impossible. Car, finalement pessimiste, Gilbert Gatore ne semble voir aucune issue à ce malaise sans fond.
Le Passé devant soi
de Gilbert Gatore
Phébus, 2008
216 p., 18,50 euros

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Gilbert Gatore

    Gilbert Gatore

    est né en 1981 à Ruhengeri, au Rwanda. Dès l’âge de 8 ans, au gré des mouvements de la guerre civile qui pousse sa famille à déménager à plusieurs reprises, il... Lire la suite

    Par  Encres Noires
    LIVRES
  • Sexe et passé

    Description de la nudité d'Albertine, par Marcel Proust: «  Ses deux petits seins haut remontés étaient si ronds qu'ils avaient moins l'air de faire partie... Lire la suite

    Par  Alain Bagnoud
    CULTURE, LIVRES
  • Les brumes du passé

    brumes passé

    AUTEUR : Leonardo Padura TITRE : Les Brumes du passé ÉDITEUR : Éditions Métailié (Bibliothèque hispano-américaine) RÉSUMÉ : Mario Conde a quitté la police. Lire la suite

    Par  Madame Charlotte
    CULTURE, LIVRES
  • Gilbert Pingeon, Bête que je suis

    Gilbert Pingeon, Bête suis

    « Plus je connais les hommes, plus j'aime les bêtes. » Gilbert Pingeon pourrait retourner le dicton: « plus j'aime les bêtes, et plus je connais les hommes. Lire la suite

    Par  Alain Bagnoud
    CULTURE, LIVRES
  • Les normaux (David Gilbert)

    Une seule solution, fuir. Ce livre ne m'a pas passionné pour des raisons plus philosophiques que littéraires. Cette satire de la société contemporaine américain... Lire la suite

    Par  Alexandra
    CONSO, CULTURE, LIVRES
  • Erevan de Gilbert Sinoué

    Erevan Gilbert Sinoué

    L'Histoire du génocide arménien.... EDITIONS FLAMMARION, 2009 Gilbert Sinoué est l'un des grands spécialistes français du roman historique ; on lui doit... Lire la suite

    Par  Sylvie
    CULTURE, LIVRES, ROMAN
  • Gilbert Gallerne lauréat du Prix du quai des Orfèvres 2010

    Gilbert Gallerne lauréat Prix quai Orfèvres 2010

    Aujourd'hui été remis le prix Quai des Orfèvres pour l'édition 2010 - non, non, pas d'erreur - et le jury a cédidé de récompenser l'ouvrage de Gilbert... Lire la suite

    Par  Actualitté
    CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Encres Noires 49 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine