Magazine Culture

Les vampires aiment aussi ce qui brille

Par Chatperlipopette
Les vampires aiment aussi ce qui brille
Pigalle, Paris, une moto ne s'arrête qu'un instant, le temps de plomber un journaliste, Frédéric Carloni, auteur d'un brûlot politique et détenteur d'un manuscrit des plus explosifs. Pays cathare, Sud-Ouest de la France, au pied du nid d'aigle Peypertuse, un couple d'amoureux va bientôt entamer la montée vers la citadelle, accompagné d'un petit singe; le temps d'un soupir, ils sont envoyés ad patres par quelques sbires armés jusqu'aux dents. Paris, 36 quai des Orfèvres, le bureau du commissaire Lajoie où atterri la patate chaude: comment cacher, le temps d'y voir un peu clair, la mort d'un journaliste en vue à ses confrères? Et que lui voulaient ces voyous à moto?
Au fil de l'enquête, la trame des questions conduit les équipes du commissaire à entrer dans l'univers des médias, de la grande distribution, de la finance internationale et de la politique. Autant de mondes qui s'entrecroisent pour mieux se mêler et s'imbriquer dans d'étonnantes combinaisons par le biais de personnages secondaires. Les enquêteurs emmènent le lecteur dans une partie de cache-cache des plus prenantes au cours de laquelle il croisera moults vampires plus dangereux les uns que les autres ainsi que du menu fretin et des proches qui réserveront bien des surprises...finalement le danger ne vient pas forcément d'où l'on pense!
Je ne peux trop m'étendre sur l'intrigue, menée avec patience et pertinence par Lajoie et son équipe, pour ne pas déflorer le coeur du roman: comme tout bon polar la toile tissée tant par les suspects que par les enquêteurs est tellement riche et dense que trop en dire ruinerait le plaisir de la découverte....quelle pirouette facile pour ne pas s'enliser dans les révélations mal venues!
"L'éclat du diamant" est vraiment un excellent polar français qui tient en haleine de bout en bout et ce malgré les passages explicatifs sur le fonctionnement de l'appareil policier, celui des méandres médiatiques et publicitaires, celui de la grande distribution ou encore l'univers plus que complexe de la finance internationale. Ces passages peuvent apparaître comme inutiles voire superfétatoires et donc rendant pénible la lecture du roman, or ils sont souvent essentiels pour saisir la subtilité des rouages de la narration....et puis c'est tellement délicieux de se perdre en conjectures pour mieux s'étonner du tour inattendu des déductions.
Il est évident que l'auteur s'est extrêmement bien documenté tant sur les arcanes de la fonction policière (les petites rivalités entre "armes" sont bien vues et soulignées avec beaucoup d'humour sans sombrer dans l'extrême de "la guerre des polices") que celles du monde de la publicité, de la finance et de l'économie. Quant à la politique, elle est en filigrane dans l'intrigue: une critique à peine voilée des hommes et femmes politiques prêts à bien des compromis (voire compromissions) pour obtenir quelques mannes industrielles (pour le bien de leurs administrés, bien entendu). L'auteur s'est-il documenté seul ou avait-il à ses côtés une armada d'aides? Toujours est-il que tout sonne juste, tout est empaqueté sans laisser-aller pour la plus grande joie du lecteur. Le risque d'un tel étalage de didactique est d'écoeurer le lecteur néophyte et peu versé dans ces univers où le marketing et les cabinets de consultants sont les rois de la danse: à mesure que les rouages sont décodés, on découvre une vision du monde des moins alléchantes et des plus flippantes. On tremble de se dire que l'avenir des états, l'avenir des groupes agro-alimentaires ou industriels dépendent du bon vouloir des vampires de notre ère économique, c'est à dire les propriétaires de médias, les grandes enseignes d'hypermarchés qui sucent jusqu'à la moëlle ceux qui ont besoin d'eux pour vivre et exister. J'ai beaucoup apprécié l'image des vampires car lorsqu'on lit l'actualité qui mène notre monde, lorsque l'on regarde d'un oeil plus critique ce que l'air du temps offre aux yeux, oreilles, bouches et cerveaux des citoyens, on ne peut s'empêcher de penser au vampirisme: avec un cynisme des plus éhontés, des plus odieux, les vampires des temps nouveaux extirpent la moindre goutte de sang sans donner quoi que ce soit en échange. Le nouveau capitalisme à la sauce financière internationale ne joue plus sur le mode d'échange mutuel mais sur celui, beaucoup plus mortifère, de l'aspiration de l'autre....et ces vampires ne sont jamais repus et en veulent toujours plus...aspirer plus pour gagner plus et aspirer derechef plus, telle pourrait être leur devise.
J'ai trouvé fort astucieux de perdre le lecteur dans un dédale, où l'emberlificotement des fils est monstrueux, de pistes et de fourvoiements pour opérer un retournement des plus surprenant...qui cependant voit sa justification dans le labyrinthe de l'enquête et des digressions.
Un défaut, cependant, vient assombrir la chose: l'objet-livre qui a la désagréable particularité de véhiculer de la publicité derrière la couverture et la quatrième de couverture; en effet, il y a parasitage même si la première réclame est en faveur d'une ONG et la seconde pour accompagner les lycéens de Terminale dans leur bachotage. Sans compter les références aux bonus que l'on peut lire en se connectant sur le site du roman ou les allusions à la sortie prochaine du deuxième roman. Le livre est-il un objet marketing comme un autre? Je m'étais déjà posée la question, dans un autre cadre, suite au mode promotionnel du roman d'Olivier Descosse, et je m'aperçois que la petite maison d'édition L'Autre Editions s'est engagée dans un chemin qui interpelle.
Ce bémol n'a pas amoindri le plaisir que j'ai eu à suivre les questionnements et les découvertes de l'équipe du commissaire Lajoie et la joyeuse équipe m'a donné envie de suivre leur prochaine aventure! Je n'ai absolument pas regretté de m'être embarquée au 36, Quai des Orfèvres et je remercie L'Autre Editions pour cette belle découverte!

Les vampires aiment aussi ce qui brille
Le site du roman ICI
Les avis de cuné (qui n'a pas vraiment aimé) zonelivre guilhemroux anne-sophie culturofil
Les vampires aiment aussi ce qui brille

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Une prison brésilienne

    Lire la suite

    Par  Mega
    INSOLITE, PHOTOS INSOLITES
  • Photos déchirées

    Que se cache-t-il sous les photos ? Lire la suite

    Par  Mega
    INSOLITE, PHOTOS INSOLITES
  • La cérémonie des Oscars 2009

    La 81e cérémonie des Oscars.Les acteurs du film "Slumdog Millionnaire" avec le réalisateur Danny BoyleLe film de Danny Boyle a obtenu huit statuettesLes... Lire la suite

    Par  Mega
    INSOLITE, PHOTOS INSOLITES
  • Théières

    Une sélection de théières kitsch mais originales. Lire la suite

    Par  Mega
    INSOLITE, PHOTOS INSOLITES
  • Vidéos

    Un policier américain frappe une adolescente Incroyable saut en tricycleBatterie phénoménaleUn chien qui court pendant son sommeilPublicité pour des préservatifs Lire la suite

    Par  Mega
    INSOLITE, PHOTOS INSOLITES
  • 124- Sud - Paris: 15° Maghreb du livre

    J'ai pris le train hier matin jeudi. Arrivé à Gare de Lyon à 11h30. Aussitôt je dépose la valise aux consignes et me dirige vers la bibliothèque F. Mitterand.... Lire la suite

    Par  Ahmed Hanifi
    HUMEUR, SOCIÉTÉ
  • Légumes mutants

    Légumes mutants

    Le photographe berlinois Uli Westphal collectionne les fruits et les légumes aux formes bizarres, achetés sur les marchés de la capitale allemande. Lire la suite

    Par  Mega
    INSOLITE, PHOTOS INSOLITES

A propos de l’auteur


Chatperlipopette 38 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines