Magazine Cinéma

Anne HATHAWAY embarque pour Les Passagers

Par Tom

Les Passagers

82273178227317822732182273218227321

En pleine nuit, Claire Summers (Anne Hathaway) est appelée par son boss, Perry (Andre Braugher), pour interroger et évaluer l’état mental d’une poignée d’hommes et de femmes qui ont miraculeusement survécu à un accident d’avion… Peu expérimentée pour ce genre de boulot, Claire trouve progressivement ses marques et se pose, de plus en plus, de questions concernant les causes exactes du crash. Selon la compagnie aérienne et son représentant, dénommé Arkin (David Morse), l’avion s’est écrasé à cause d’une erreur de pilotage mais… Progressivement, les survivants de cette catastrophe retrouvent leurs souvenirs et affirment que l’appareil a bien été victime d’une explosion en plein ciel ! La compagnie tenterait-elle de cacher quelques choses sur les causes de l’accident ? Alors qu’elle s’oriente, de plus en plus, vers une relation amoureuse avec l’un de ses patients, prénommé Eric (Patrick Wilson), Claire est persuadée qu’Arkin lui cache la vérité & intimide, de plus, les rescapés pour que les causes réels de l’accident ne soient jamais dévoilées…

Patrick Wilson & Anne Hathaway

"A l’apéritif", on en aurait presque eu l’eau à la bouche ; "au désert", finalement, on conserve un goût de trop peu ! Présenté comme un thriller surnaturel sur fond de crash aérien, "Les Passagers" ("Passengers") - sorti le 11 Mars en France et ce mercredi 29 juillet en Belgique -, se révèle bien vite être un film pompeusement intimiste… En mêlant passion, trop platonique pour "chauffer" la salle, et enquête psycho-frigide, fluette au possible, ce long-métrage ne gagne pas vraiment à être connu & devrait, en fait, rester dans les limbes des petites productions américaines gâchées car voulant s’éparpiller et surfer entre des genres nettement trop bigarrés : la romance, le polar, le drame psychologique, le thriller et le fantastique !

Patrick Wilson

Le seul intérêt de ce "Passengers" demeure le tandem (boiteux !) formé par les pourtant talentueux Anne Hathaway et Patrick Wilson, les révélations respectives du "Diable s’habille en Prada" et de "Watchmen". Metteur en scène foncièrement orienté vers la série ("Les Soprano", "Six pieds sous terre", "La Caravane de l’étrange",…), le réalisateur Rodrigo Garcia remplit honnêtement son contrat en jonglant entre quelques plans aguicheurs et une lecture nettement plus classique et majoritaire dans un film qui s’inspire en fait allégrement de deux longs-métrages : "Etat second" ("Fearless") et "Stay", principalement pour son coup de théâtre final malheureusement prévisible !

David Morse

Dans le "Fearless" de 1993, Jeff Bridges incarnait un homme ordinaire, sorti miraculeusement d’un crash aérien ; malheureusement pour lui, des troubles du comportement assez virulents avaient émergé des suites de ce terrible traumatisme… En gros, durant la première partie des "Passagers", Garcia ré-exploite les bases scénaristiques d’"Etat second" avec, pourtant, nettement moins de talent que le cinéaste Peter Weir ! Saupoudrée d’un voile psychologique assez quelconque, cette thématique du crash aérien est donc progressivement associée, à mesure que l’intrigue progresse, à une couche de conspiration qui parvient juste à sortir le spectateur d’un ennui assez profond. Le résultat est ainsi sans surprise : décevant !

Patrick Wilson & Anne Hathaway

La seule solution, sans doute, pour ne pas être trop déçu par ce melting-pot de genres contradictoires, est d’envisager ce long-métrage comme étant avant tout une romance psychologique et mièvrement transcendantal plutôt que comme un copieux thriller paranormal… Mais même dans ce registre, on a déjà franchement vu mieux ! Une chose est sûre : N’est pas Peter Weir (ou Marc Foster) qui veut !

La bande-annonce…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tom 248 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines