Magazine Société

Là-Haut, il y a le ciel

Publié le 02 août 2009 par Beniouioui

Là-Haut, il y a le ciel Attention chef d'oeuvre.

Toutes les critiques de presse en ont déjà beurré des centaines de tartines, mais nous ne pouvions pas ne pas le confirmer : le couple Disney/Pixar a poussé l'excellence jusqu'à son paroxysme avec son dernier opus Là-Haut.

Drôle, magique, émouvant, Là-Haut est plus qu'un dessin animé. C'est une véritable œuvre de salut public.

Alors que nos médias préférés nous ont concocté la même potion empoisonnée que les années précédentes (Secret Story sur TF1, un spécial Sexe dans Elle, un numéro sur Sade dans le Point, une analyse de la minceur dans l'Express, etc.), Là-Haut nous offre un enivrant retour aux basiques.

Un couple anticonformiste qui s'est aimé du mariage jusqu'à la mort; un boy-scout un peu gauche qui recherche l'affection que lui offre difficilement sa famille éclatée; une nature pleine de grâce qui ne demande qu'à être contemplée; une amitié entre deux générations faite de respect et de transmission; un orgueilleux qui se laisse dévorer par son cœur fermé; un amour entier qui continue son œuvre éternellement; un rêve égoïste supplanté par une charité gratuite.

Avec ses couleurs merveilleuses, ses drôles de bouilles, son humour mignon, sa justesse touchante et ses ballons d'air pur, Là-Haut, nous montre combien le bonheur est accessible. Combien nous sommes dans l'erreur chaque fois que nous le cherchons dans un individualisme forcené, un relativisme dangereux, un orgueil déplacé.

Walt Disney aurait dit un jour : " pour réaliser une chose vraiment extraordinaire, commencez par la rêver. Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve sans jamais vous décourager."

Aujourd'hui, le monde de la culture, les médias et autres "influenceurs" ont une chose vraiment extraordinaire à réaliser que nous rêvons pour eux : retrouver l'essentiel. Qu'ils lâchent parfois le désir pour plonger dans l'amour; qu'ils renoncent quelquefois à la tentation populiste pour peindre les vertus populaires.

Souvent, les adultes qui ne veulent pas changer leurs défauts se moquent du monde enchanté de Walt Disney. Ils ne devraient pas. Là-Haut, il y a le ciel.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Beniouioui 281 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine