Magazine Cinéma

Retour sur la leçon de cinéma de Michael Mann à la Cinémathèque

Par Jango

Warner Bros.http://www.crucq.fr/bj&mat/michaelmann/11.jpg
Après la projection en ouverture du Festival Paris Cinema de son nouveau film, Public Enemies, en présence de Johnny Depp et Marion Cotillard, Michael Mann était présent début juillet à la Cinémathèque Française dans le cadre de la rétrospective qui lui était consacrée tout au long du mois.
Une après-midi entière en sa présence puisqu'à 14h, le chef d'oeuvre Heat, était projeté et servait de tremplin à une Master Class de ce maître du cinéma contemporain.
Notez que l'intégralité de cette Master Class est disponible en vidéo sur l'excellent site de la Cinémathèque Française.
Pour rappel, voici le synopsis de Heat :
La bande de Neil McCauley à laquelle est venu se greffer Waingro, une nouvelle recrue, attaque un fourgon blindé pour s'emparer d'une somme importante en obligations. Cependant, ce dernier tue froidement l'un des convoyeurs et Chris Shiherlis se retrouve obligé de "terminer le travail". Neil tente d'éliminer Waingro, mais celui-ci parvient à s'échapper. Parallèlement, le lieutenant Vincent Hanna mène l'enquête...
C'est non sans douleur (en raison d'une très forte chaleur) que les deux heures de Master Class se sont déroulées. Deux heures animées par M. Serge Toubiana et Bernard Benoliel qui ont été principalement axées sur deux films : Heat et Collateral.
Si les genres sont différents, ces deux films marquent des points très importants dans la carrière du réalisateur. Heat en 1996 permettait à Mann d'obtenir la consécration mondiale en proposant LE film policier de référence. Une rencontre de légende entre Robert de Niro et Al Pacino, un casting de second rôles prestigieux et une maîtrise des images et du rythme ont permis à Heat de s'imposer comme l'une des plus grandes réalisations des 20 dernières années, tous styles confondus.
http://www.crucq.fr/bj&mat/michaelmann/10.jpg
http://www.crucq.fr/bj&mat/michaelmann/1.jpg http://www.crucq.fr/bj&mat/michaelmann/2.jpg
Quelques années plus tard, Tom Cruise était utilisé à contre-emploi dans le non moins réussi Collateral, long métrage sublimant la nuit à Los Angeles et qui marquait le départ du cinéma numérique dont Mann est devenu un grand évangeliste.
La première moitié de cette leçon de cinéma de deux heures fut quasi exclusivement consacrée à Heat, et plus particulièrement à la magistrale scène de fusillade. Devenue la référence dans le domaine, Michael développa longuement la préparation à cette scène, à la fois sur le plan technique que physique pour les différents acteurs. La répétition d'une telle est extrêmement complexe et les acteurs ne doivent plus jouer mais littéralement investir leurs personnages.
Robert de Niro s'était bien plié à l'exercice tandis qu'Al Pacino répétait moins. "I'm an actor, tell me what to do and I'll do it" disait-il à Michael Mann.
Au total, l'entraînement des acteurs dura plusieurs mois ce qui laissa le temps à Mann et son équipe de planifier les moindres déplacements, les moindres plans de caméra de cette scène clé.
Contrairement à d'autres réalisateurs, Mann utilise très peu de story-board au sens où on l'entend d'ordinaire. Il travaille directement à base de photos réelles pour voir quels plans il filmera ou pas. Les répétions lui servent à ce titre de base pour la prise réelle. Nous avons d'ailleurs eu le droit à plusieurs commentaires du réalisateur sur les photographies de ces entraînements, ce qui a permis de balayer un grand nombre d'aspects de la préparation.
http://www.crucq.fr/bj&mat/michaelmann/7.jpg
http://www.crucq.fr/bj&mat/michaelmann/3.jpg http://www.crucq.fr/bj&mat/michaelmann/4.jpg
Si l'ensemble des aspects techniques propres à la préparation de cette scène n'ont pu être évoqués, la question de l'habillage sonore fut levée.
En effet, le bruit des balles est extrêmement réaliste dans cette séquence; réaliste voire étouffante dans le sens où le spectateur se sent presque pris au piège de cette fusillade.
Après avoir expliqué que les ingénieurs son passèrent plusieurs semaines à créer différents bruitages, Mann déclara que les bruits des tirs et des impacts retenus furent finalement ceux captés par les micros pendant le tournage, car beaucoup plus impactants.
Après cette importante partie consacrée à Heat, la Master Class s'orienta vers le second film marquant de sa carrière, Collateral.
A partir de ce film, Mann s'est essayé à la caméra numérique pour ne plus la quitter. Les raisons étaient simples : filmer la nuit ! Aucune caméra à l'époque n'aurait été capable de retranscrire autant de nuances de noirs ni autant de détails en basse et très basse lumière et, si l'on en croit le réalisateur, celui-ci n'aurait pas accepté de faire le film si la technologie numérique n'avait pas été aussi performante.
Contrairement à Heat, le passage sur Collateral fut beaucoup plus axé sur la technique, les images, la manière de filmer Los Angeles que sur la relation avec les acteurs, qui ne fut presque pas évoquée.
http://www.crucq.fr/bj&mat/michaelmann/8.jpg
http://www.crucq.fr/bj&mat/michaelmann/5.jpg http://www.crucq.fr/bj&mat/michaelmann/6.jpg
La session de questions-réponses a permis de soulever une question intéressante qu'était la place de la musique dans les films de Mann. A quel moment du processus et surtout par quel moyen la musique arrive-t-elle à supporter les images ? Le réalisateur expliqua que la musique était avant tout un moyen pour renforcer les images, mais que le film n'était jamais basé sur elle. La musique pouvait cependant éventuellement donner un rythme utile à connaître durant le montage pour que, par exemple, les séquences d'émotion concordent parfaitement.
Visiblement moins à l'aise dans l'exercice qu'un John Landis que j'avais également pu voir en Master Class à la cinémathèque, moins fan également des bains de foules et séances de dédicaces, Micheal Mann s'en est allé après plus de deux heures à détailler techniquement son cinéma.
Si l'interaction avec le public fut minime, l'émotion était quand même belle et bien là, car assister à une conférence d'un réalisateur comme Michael Mann pendant toute une après-midi reste un moment dont je me souviendrai très longtemps !
Merci aux équipes de la Cinémathèque d'organiser ces rencontres si exceptionnelles !
http://www.crucq.fr/bj&mat/michaelmann/11.jpg
http://www.crucq.fr/bj&mat/michaelmann/13.jpg
Toute les photos de la master class sont disponibles sur l'album du blog
 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jango 693 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines