Magazine Société

Retour sur les elections europeennes

Publié le 04 août 2009 par Zelast

SUR L'EN DEHORS

"Dans une dictature, il faut 90 % des voix. Dans une démocratie 10 % suffisent". Les dernières élections européennes, viennent de s'achever. Vingt-sept pays ont participé à ce petit jeu électoral. Le nombre d'électeurs inscrits dans ces 27 pays est de 375 millions, celui des européens de plus de 18 ans de 410 millions. Une majorité écrasante a choisi de s'abstenir : 213,4 millions des électeurs ne se sont pas rendus aux urnes, soit 59,35%. Il y a donc eu au premier (et seul tour) une majorité absolue et écrasante d'abstentionnistes. Les votants n'ont été que 161,6 millions. Encore, faut-il prendre en compte que ce chiffre est artificiellement gonflé car, dans certain pays comme la Belgique, le vote est obligatoire : il n'y a
même pas la liberté "démocratique" minimale, celle de s'abstenir. Malgré cela, dans les pays à obligation de vote, le taux d'abstentionniste a été loin d'être nul (10 % des Belges ont violé la loi en cette circonstance pour avoir le plaisir de s'abstenir). A tous ces chiffres sur l'abstention il faut ajouter les 40 millions de personnes qui ont tout simplement choisi de ne pas être inscrites sur les listes électorales.

En France, dimanche 7 juin, sur 44,3 millions d'électeurs inscrits, 26,3
millions se sont abstenus. Ceux qui sont aller voter sont une minorité
(17,2 millions) et, encore, parmi eux, 781 480 y sont allés purement pour
la forme en votant blanc ou nul (soit 1,76 %). Tout cela, soit dit en
passant, réduit singulièrement le score réellement exprimé de tous ceux
qui pavoisaient le soir de ce dimanche d'élection. Il suffit de rapporter
les "scores" à l'ensemble de la population française de plus de 18 ans.
Les chiffres parlent alors d'eux-mêmes : l'UMP ne recueille les votes que
9,7% des "citoyens", le PS de 5,76 %, Europe Écologie n'en reçoit que 5,69
%, le
FN et le Front de gauche dépassent à peine 2 % (respectivement 2,2
et 2.1 %). Même si on ne rapporte ces taux qu'aux inscrits, les résultats
restent plus que modestes : UMP : 10,8 %, PS : 6,41 %, Europe Écologie :
6,33 %, MoDem : 3,29 %, FN : 2,47 %, Front de Gauche : 2,35 %, NPA : 1,9
%.

Une majorité absolue d'abstentionnistes, cela devrait invalider totalement
une élection. Bien sûr il n'en est rien. Pas plus que d'avoir voter (pour
une majorité de participants) "non" au référendum européen : le "non"
l'avait emporté ? Qu'à cela ne tienne, il est contourné et le texte rejeté
est appliqué pratiquement tel quel. C'est ça, la démocratie électorale.

C'est ça qui permet à des politicards représentant (ayant reçu un chèque
en blanc serait l'expression exacte) seulement 30 % de la population
française de plus de dix huit ans de siéger au parlement européen en
prétendant y représenter tout le monde.

Tout ça en nous expliquant que, dans une "démocratie" dite représentative,
où le peuple est dit souverain, l'Etat tire sa légitimité de la délégation
via les élections de cette souveraineté par une majorité des citoyens. Si
dans le cas présent les nouveaux députés ont bien été choisis par la
majorité des votants, on peut dire que leur candidature a été rejetée par
une très forte majorité de la population.

Le paradoxe électoral, c'est que, dans les républiques dites bananières,
les dictateurs sont "élus" par des 90 % des électeurs, dans les
"démocraties à la française", les dirigeants peuvent très bien ne l'être
que par 10% de la population en âge de voter ; mais dans les deux cas, les
heureux élus n'en font qu'à leur tête et se considèrent légitimes !

Calculix


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Zelast 50 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine