Magazine Culture

Au pays de Tahar Ben Jalloun

Publié le 04 août 2009 par Babs


Au pays de Tahar Ben Jalloun
Mohammed a 60 ans et approche à grand pas de la retraite. Un moment angoissant qui le projette dans un monologue intérieur sur sa vie passée, sa famille, son exil et sur son futur qu'il rêve "au pays", entouré de ses proches, dans une grande maison qu'il construirait pour les accueillir tous. Fatigué de ses années de travail à la chaine dans une usine en région parisienne, le vieux bonhomme rêve avec ardeur de ce retour au bled, dans la chaleur poussièreuse de cette terre ocre qui est  la sienne et celle de ses ancêtres.
Un retour au pays, un retour à ses racines, à l'authenticité des échanges, à l'hospitalité légendaire de son peuple, un retour au plus près de son Islam aussi. Mais voilà, le vieux bonhomme s'enracine dans la solitude d'un constat effrayant : ses enfants lui échappent...La France les lui a pris et lui, que lui reste-il? Qu'est-ce que la France lui a apporté? Peut-il encore espérer? Oui, bien sûr... jusqu'à s'abandonner doucement dans une folie douce lorsqu'il découvrira que la plupart de ses enfants ne viendra pas le voir..."La-bàs".
En se mettant dans la peau et les pensées de Mohammed, Tahar Ben Jalloun livre un portrait plein de tendresse et d'empathie d'un vieil immigré marocain. Il décrit avec une simplicité déroutante dans la langue de Mohammed, avec une économie de mots; le désarroi, le mal-être d'un vieux à bout de souffle dont la vie s'est déroulée mécaniquement, comme un rouleau compresseur gris et froid qui l'a laissé à terre.
Mais cette confession intense de rêves et de désillusions est aussi désarmante de justesse pour décrire avant tout le désarroi de "l'étranger" quel qu'il soit.
On lit le livre comme si on était aveuglé par le sirocco et le soleil qui nous frappait fort sur la tête et on accompagne Mohammed dans sa chute progressive pour le laisser finalement reposer en paix.
Un livre dur mais magnifique qui me fait penser également au film de Abdellatif Kechiche : La Graine et le mulet qui avait reçu il y a deux ans, le César du meilleur film. A rédécouvrir en parallèle de cette belle lecture.
Je remercie Babelio qui m'a permis de recevoir et lire Au pays de Tahar Ben Jalloun dans le cadre de l'opération Masse Critique.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Babs 53 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine