Magazine Europe

Ethnologie de trottoir

Publié le 04 août 2009 par Cyrilboyer

Ethnologie de trottoir

On peut trouver autant de significations aux totems que de cultures auxquels ils appartiennent. Certains racontent des légendes, des histoires de filiations ou des événements notables. Certains sont érigés en l’honneur de croyances religieuses tandis que d’autres ont uniquement une vocation artistique. Les uns font partie de constructions mortuaires, d’autres symbolisent des pouvoirs shamaniques et d’autres encore, dressés devant des habitations, visent à montrer la réussite d’une famille. En général, une fois mis en place, le totem n’est pas l’objet de soins particuliers. Il est laissé en l’état et se détériore progressivement, comme toutes choses soumises au cycle naturel de putréfaction et de mort.
Les totems locaux ne sont pas en bois, qui pourrirait trop vite, mais en métal. On peut facilement faire son offrande rituelle en insérant directement de l’argent dans la fente prévue à cet effet. Ces totems ne servent pas à faire tomber la pluie, ce qui ne serait pas très utile vu le climat local, mais ils donnent l’heure et dispensent de bien des mauvais sorts (sacrifice pécuniaire sans contrepartie directe, disparition de l’être aimé).

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cyrilboyer 15 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte