Magazine Culture

Pierre Michon, huitième

Publié le 04 août 2009 par Irigoyen
Pierre Michon, huitième

Pierre Michon, huitième

En cinquante-six pages, Pierre Michon nous raconte comment la vie d'un paysan, Gian Domenico Desiderii, bascule le jour où, parti promener ses porcs dans la forêt, il voit un carrosse d'où sort une jeune femme possédant « autant de dentelles à son col qu'à ses fesses » et qui se met... à uriner. Bouleversé par cette vision, le jeune homme n'aura qu'un « désir » : revivre ce moment :

« Je voulais être celui pour qui ce miracle a lieu chaque jour, à toute heure du jour. »

Plus loin :

« Je voulais revoir cela, mais pas caché sous des arbres. Non, de l’autre côté. (…) Tout comme le jour regarde la terre, sur elle pleut ou la dessèche, à sa guise. (…) Je voulais être celui que la sacro-sainte en grande pompe profanée regarde, attend. »

Pour cela, pense Gian Domenico Desiderii, il faut être prince. Malheureusement, ce rêve ne deviendra pas réalité puisque le jeune homme sera « connétable, factotum de Monseigneur de Nevers » mais aussi et surtout assistant, pendant vingt ans, du peintre Claude Gelée dit le Lorrain, « le vieu fou », avant de retourner dans son seul véritable royaume, la forêt et lâcher un :

« Maudissez le monde, il vous le rend bien. »

Ce livre appelle à mon sens plusieurs types de commentaires. Bien sûr, comme le souligne un article paru dans le numéro 12 de la revue Siècle : Le Roi du bois est l'histoire d'une femme « qui profane son élégance ». « La beauté ne s’incarne que dans cette part animale que le désir lui restitue. »

Le désir du jeune paysan n'est pas, à mon avis, de devenir prince pour des raisons matérielles. Il s'agit plutôt, pour lui, d'accéder surtout à un simple plaisir, ultime certes mais plaisir quand même. En ce sens, le personnage a de l'ambition sans être forcément ambitieux. Mais ce désir n'a de chance d'aboutir, me semble-t-il, que si Gian Domenico Desiderii travaille à détruire les mythes qui sont ancrés en lui, en particulier celui qui le conduit à penser qu'une jeune fille noble n'urinerait pas de la même façon que les autres femmes. Sinon, pourquoi s'en émouvrait-il ?

Je me demande si tout cela n'est pas une métaphore du travail de Pierre Michon qui, méthodiquement, va le conduire exactement là où il aimerait aller : dans ce monde des hommes de lettres. Non pas à la recherche d'une quelconque gloriole forcément superficielle mais pour vivre et exercer la passion de toute une vie : celle de la littérature. Et d'y laisser lui aussi une trace indélébile.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Pierre Peuchmaurd

    traité des loups pour Antoine La nuit les loups sont bleus, un peu phosphorescents. Il y a des loups, tu sais, qui regardent aux fenêtres et qui voient la... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Pierre Peuchmaurd

    est né le 26 juillet 1948 à Paris. Il a le privilège de passer son enfance dans un appartement rempli de livres son père Jacques Peuchmaurd est journaliste... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • "Les Onze", de Pierre Michon (lecture de Tristan Hordé)

    "Les Onze", Pierre Michon (lecture Tristan Hordé)

    Le dernier récit de Pierre Michon place le peintre et son art au premier plan. Il s’ouvre sur le travail de l’atelier de Tiepolo, le père, qui enseigne « la... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Michon, Carrère et « l’écriture oblique » (1/2)

    Michon, Carrère l’écriture oblique (1/2)

    Pierre Michon et Emmanuel Carrère, deux des grands écrivains de notre époque se penchent avec intelligence sur l’écriture autobiographique qui caractérise... Lire la suite

    Par  Sheumas
    BEAUX ARTS, CULTURE, THÉÂTRE & OPÉRA
  • Pierre Michon: Les Onzes

    Les Onze de Pierre Michon est un petit livre d’un peu plus de cent pages consacrées à un tableau qui se trouve au Louvre et dont le titre est précisément : « Le... Lire la suite

    Par  Jpryf1
    CULTURE, LIVRES
  • Michon, Carrère et « l’écriture oblique » (2/2)

    Michon, Carrère l’écriture oblique (2/2)

    Reprenons le fil des réflexions inspirées par Michon et Carrère et leur travail sur les destins « minuscules » du tout un chacun... Quel gâchis de quitter un... Lire la suite

    Par  Sheumas
    CULTURE, LIVRES
  • Pierre Michon, Les Onze

    , Éditions Verdier, 2009 L’APÔTRE MANQUANT DU TABLEAU DE LA TERREUR      Les Onze. Douze pages de Jules Michelet — les douze pages du chapitre III du seizième... Lire la suite

    Par  Angèle Paoli
    CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Irigoyen 43 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine