Magazine Humeur

Fondations.

Publié le 23 septembre 2007 par Sarah Oling
En ce lendemain de Grand Pardon, la plus austère des fêtes juives, m'affleurent à la mémoire tous ces pardons fondateurs d'une possible renaissance et ceux empêchés par la violence de l'incompréhension.  Le principe même de Yom Kippour est fondé dans la demande de pardon des fautes que l'on a commises, vénielles ou plus graves, à celui qui en a été la victime. Mais à qui et pourquoi demander pardon lorsque c'est vous qui êtes victime et que le coupable est "non nommé" ou empêché de rendre des comptes? Depuis toujours, nous avons du nous construire ou nous reconstruire après que nos fondations eussent été balayées par des violentes tempêtes, historiques ou personnelles. Comment alors retrouver le courage d'être un bâtisseur dès lors qu'une des pierres fondatrices de notre harmonie et de notre équilibre a disparu?   Après l'onde de choc, l'état de sidération provoqué par la douleur, vient le temps de l'apprivoisement d'un espace encore en déséquilibre. Nous ne pouvons être les architectes de notre reconstruction dans la solitude et l'isolement. C'est peut-être le premier des enseignements. Seuls nous ne sommes que "des pierres qui roulent". Malgré les aspérités.   Nous sommes Le Monde, le nôtre, celui que nous projetons à l'extérieur de notre bulle matricielle, celui que nous générons par l'amour qui en est le terreau. Et c'est ainsi que, par des passerelles ouvertes, peut entrer la Vie. 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sarah Oling 282 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine