Magazine Culture

Schumann

Publié le 23 septembre 2009 par

Les Kreisleriana, opus 16, sont huit pièces pour piano composées en 1838. 

Toutes liées par une affinité thématique, elles illustrent tantôt le calme, tantôt l'orage et reflètent le caractère houleux, sinon l'instabilité maladive, de Schumann

Les Kreisleriana expriment peut-être les conflits intérieurs d'un homme et d'une femme épris l'un de l'autre, avec les états d'âme changeants, mais ils sont aussi le reflet de la passion de Schumann pour le romantisme littéraire. Ils évoquent en effet le personnage de fiction Johannès Kreisler
tiré des œuvres d'Hoffmann.

Comme Kreisler, chaque pièce a deux sections très différentes rappelant peut-être Florestan et Eusebius, les deux personnages imaginaires créés par Schumann lui-même, représentants fidèles des contradictions qui l'agitaient (impulsivité et rêverie).

  • 1. Extrèmement agité,
  • 2. Très intime et pas trop rapide - Intermezzo I (très vif) - Intermezzo II (plus animé),
  • 3. Très agité,
  • 4. Très lent,
  • 5. Très vif,
  • 6. Très lent,
  • 7. Très rapide,
  • 8. Rapide et comme en jouant.

Les Kreisleriana sont considérés comme l'un des plus grands chefs d'œuvre du compositeur et, sans doute, ce qu'il a écrit de plus beau pour le piano avec son op. 17.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


18 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines