Magazine Culture

Place à la danse!

Publié le 23 septembre 2009 par Www.streetblogger.fr

Place à la danse!

Quelques jours avant le battle "Who is Who" qui a lieu le dimanche 27 spetembre 2009 au Grand Halle de la Villette, je vous propose de nous replonger dans le Juste Debout 2009 qui a eu lieu à Bercy histoire de se remttre un peu dans le bain!

Voici pour vous, une lecture sur Niako et Salas, vainqueurs du Juste Debout 2208...

Salas, 25 ans, Roubaix 50900, le Nord, on est àl!

Niako, 95 ou à l'envers 59...

Bon alors, pour commencer, vous remettez votre titre en jeu ou vous venez faire le JD une fois de plus?

Niako: Non non on est venu une fois de plus car le titre est à la maison et il restera toujours à la maison... A moins ce que quelqu'un vienne nous cambrioler!

Pour vous que représente le Juste Debout?

Salas: Un grand battle où on peut s'amuser, rencontrer des gens et revoir les amis que l'on a pas vu depuis looooooooooooooooonngtemps!

Niako: Le Juste Debout c'est un peu le nouvel an du danseur où tu revoit tout le monde et tu dis: « Bonne annééeeee, comment ça va être cette année jusqu'au prochain JD? Bah j'sais pas on verra hein... » Non plus sérieusement c'est un gros échange culturel avec un tas d'autres pays; donc de ce côté là c'est super fort et surtout un échange avec beaucoup de danseurs.

Vous dansez depuis combien de temps?

Niako: Ça fait 10-12 ans.

Salas: Entre 08 ans et 10 ans.

Que pensez vous du fait que le Juste Debout soit à Bercy?

Niako: Je pense que c'est une bonne chose car ça a un bel impact médiatique et la France peut vraiment se rendre compte du poids du mouvement Hip Hop et que nous ne sommes pas que là ,à brûler des voitures à chaque coins de rue car c'est l'image que l'on donne au Hip Hop... Assimilation avec les racailles, ce qui est complètement faux ou Hip Hop = tu tournes sur la tête.

Salas: Bercy c'est vu par plus de monde. Il est vrai que l'année dernière, les gens disaient que ça faisait plus « show » et Bruce a fait des efforts de disposition, il y a un peu plus de monde autour de nous, car c'est vrai qu'on se sent un peu seul! Mais je pense qu'avec le temps tout s'arrangera. Il y eu des efforts au niveau de la lumière également cette année car l'année dernière, elles étaient éteintes.

Pensez vous que le Juste Debout devrait suivre un modèle à la Coupe du monde: une fois à Paris, une fois à Berlin, une fois à Tokyo etc... ou pensez vous qu'il doit rester à Paris?

Non, non il ne faut pas qu'il bouge, ça reste moins cher pour nous!

Niako: Il est vrai que ça serait une très très très bonne idée car ça réveillerait les gens et sans paraître méchant, le public de Bercy est totalement novice en matière de danse Hip Hop. Et c'est dommage car c'est ce que nous avons perdu en venant à Bercy en terme de danse pas en terme de notoriété, car le public auparavant était un public plus restreint et par conséquent, beaucoup plus averti, plus connaisseur. Ce que l'on perd à Bercy, c'est la qualité du Juste Debout, c'est-à-dire que ça devient beaucoup plus un battle chorégraphique qu'un échange de danseurs avec de vraies personnalités même s'il y a toujours des puristes qui y participent et montrent ce qu'est la vraie danse.

Que pensez-vous cette année du niveau des danseurs ainsi que de leurs prestations si l'on peut se permettre d'aller dans ce sens?

On ne peut pas encore vraiment juger car nous n'en sommes qu'au début mais s'il fallait faire un classement, nous dirions Newstyle en dernier et Popping en premier.

Niako: En ce qui concerne la newstyle, je ne veux pas être totalement négatif car il y a quand même de bonnes choses mais...

Salas: Certes ce sont des deux contre deux mais la force du danseur n'est pas mise en valeurs, lorsqu'on compare aux autres Juste Debout, il y avait beaucoup de passages en solos et les danseurs se défonçaient et de par ce fait, le niveau était bien plus haut. Maintenant on peut gagner avec de bonnes combis, ce qui fait que des danseurs peuvent avoir de très très bonnes combis mais individuellement ne sont pas très très forts. Ils arrivent jusqu'ici, peuvent aller en demi-finale voir en finale et peuvent même gagner et ça, ça serait la cerise sur le gâteau...

Niako: Ce qu'on disait tout à l'heure par rapport au public, c'est valable également pour les danseurs car hum... le jury se laisse facilement influencer par le cris du public et lorsque le public n'est pas forcément averti, il va crier lorsqu'un danseur va gesticuler en même temps qu'un autre danseur alors qu'en face il y a des danseurs qui vont dix fois plus loin donc on perd en qualité ainsi qu'en crédibilité car le jeune qui va voir et vouloir faire le Juste Debout va se dire qu'il lui suffit juste de travailler des combis, les chorégraphies, ne pas forcément avoir à travailler sa danse et ne pas forcément avoir à connaître l'histoire de la danse hip hop.

Pensez-vous que le mouvement Hip Hop a un impacte dans la société?

Niako: Il y aurait l'impacte si tout le monde Hip Hop était ensemble. Pour le moment, tant que nous sommes séparés... Rien du tout.

Et le Juste Debout, peut-il avoir cet impacte?

Oui car ça fait trente ans que des gens se battent bien avant nous pour que nous soyons reconnus, que ne nous soyons plus juste appelés « hip hoppeurs » mais danseurs Hip Hop, car ce que nous faisons c'est de la danse et il faudrait que ce soit reconnu auprès des institutions, qu'on soit accepté dans les théâtres car on est pas des sauvages, on sait se tenir.

Et qu'en est-il de son impacte dans le milieu Hip Hop?

Niako: De plus en plus de personnes s'y intéressent, on se retrouve à avoir des personnalités du Hip Hop. Je parle par exemple dans le chant...

Et là il check Tony McGregor en disant: « Passage pour toi, Monsieur Tony McGregor, un des pionniers de la house des USA et une des personnes sans lesquelles on ne serait pas là... »

Tony McGregor: «  Paris 2009 » (à prononcer en anglais s'il vous plaît!)

Il y a une coupure entre les anciens et la nouvelle génération de danseurs, à quoi est due cette coupure?

Niako: Oui c'est très vrai car au niveau de l'historique français, il y a un moment où il y a eu une cassure mais je serais incapable de dire à quel moment... Je ne vais pas me considérer comme ancien mais avant j'étais breaker et lorsque j'ai commencé à m'intéresser à la danse debout, je me suis renseigner, j'ai rencontrer des personnes, j'ai traîné avec eux, j'ai eu des pionniers français qui étaient mes profs de danse, et de là, je me suis intéressé à beaucoup de choses dont l'histoire du Hip Hop français. Maintenant il est vrai que la cassure est dans les deux sens car les jeunes de maintenant veulent tout tout de suite, dans le sens où il vont voir quelque chose de médiatisé comme « Street Dancers » et hop, il vont vouloir faire de la newstyle. Mais pour faire de la newstyle il faut avoir des bases. Tu ne t'improvises pas newstyler parce que tu fais quelques chorégraphies! Il faudrait que la nouvelle génération se renseigne sur l'histoire et que les anciens prennent le temps d'enseigner.

On retrouve également cette séparation dans le monde Hip Hop en général. Par exemple, tu trouveras des graffeurs qui n'écoutent que du rock et qui font du skate... Le seul lien qui existe encore entre les différentes disciplines du Hip Hop, c'est le lien DJ's/danseurs et DJ's/rappeurs. Le problème est le même, les gens ne s'intéressent plus. Par exemple, tu prends un son de Chris Brown, les gens vont voir qu'un tel est son producteur et c'est tout. Ils vont pas chercher à savoir que son producteurs a produit des tas et des tas d'autres artistes. Ça fait encore une connexion en moins et on perd des attaches. Des rappeurs qui vont faire des clips où il vont chercher des meufs qui gesticulent leurs fesses, c'est encore un autre délire, ils sont dans la « bling bling attitude » et on ne s'en sort plus. En France, nous n'avons pas suivit cet exemple américain dans le sens où ils ont gardé cette conception de « Hip Hop/ tout le monde ensemble », de culture Hip Hop, donc même si les clips sont « bling bling » et tout, et c'est pas le meilleur exemple que je vais donner, mais quand on voit un mec comme Puff Daddy qui met encore de la « se-dan dans » ses clips, c'est pas un truc de ouf mais ça fait tout de même plaisir. Même si le mec fait son bis', du commercial, au jour d'aujourd'hui, il a fait son temps, il a fait son taf, il a fait monter des artistes comme Biggie, Mary J, et il peut te citer tout ce qu'il a fait. Un danseur, debout, tu lui dis « vas-y fais du sol » il va te dire « à mais non mais là j'ai mal à la jambe... »

Que pensez vous du travail de Bruce?

Niako: C'est un travail de ouf! Moi si tu me mets une telle responsabilité... Déjà là avec les deux-trois trucs qu'on a à gérer, c'est déjà super dur alors lui...

Salas: Moi je me demande, s'il n'était pas là, qu'aurions-nous eu comme événement?

Niako: Sans Bruce, tous les échanges culturels dont ont parle n'auraient pas lieu. Ça aurait été encore comme à l'époque on aurait tout fait via le net. Il aurait fallu que quelqu'un ait l'initiative de faire ce qu'il a fait. Bruce c'est l'internet du Hip Hop, c'est le « connecting people »! On va l'appeler Nokia et moi c'est Niako hahaha!

Certains danseurs étrangers se plaignent que la France soit en référence, surtout en newstyle, qu'il faut danser comme les newstylers français... Est ce justifié?

Niako: On dit ça car il n'y a que des français qui gagnent le JD en newstyle que les jurys soient français ou non. Ça c'est dû au travail de recherches dont je te parlais tout à l'heure et à part au Japon, car les japonnais sont loin niveau recherche. Au niveau du reste de l'Europe par exemple, ils sont beaucoup encore aujourd'hui, influencés par les clips et les chorégraphies. Les premières fois où j'étais en Russie, les gens faisaient beaucoup de chorégraphies, que des chorégraphies et lorsque les gens faisaient des battles, ils se disaient « bon bah je ne vais faire que de la chorégraphie » et ils ne s'intéressaient pas au reste. Après, tu as des pays comme l'Italie où on essaie de prendre plus ou moins les choses en main, et même si on est pas des dieux vivants, on essaie de leur dire « bah ouai, vous avez des choses à apprendre de par la culture Hip Hop et pour pouvoir évoluer, il faut passer par ces choses là ». On est une « référence » car on s'est intéressé à ce qu'il se passait avant. Maintenant dans les autres disciplines, on es pas du tout une référence! Les gens se focalisent sur la newstyle parce qu'ils n'arrivent pas à percer en popping! En popping, ce ne sont pratiquement que les asiats'! En locking aussi tout en sachant que les danseurs d'Europe de l'est arrivent aussi. En house, les français sont très très forts mais les japonnais le sont aussi! Donc voilà, il faut bien cibler les références car dire que la France en est une, ok, mais dans des domaines bien précis... C'est important de le préciser!

Des choses à ajouter?

Salas: je suis ko!

Niako: Je suis super ko même!

Salas et Niako: On va voir le battle Paulereck, Physs, Ange et Ange... T'inquiète tu verras après le battle! Allez on va s'échauffer, bisous la camerounaise!

Peace

Lya


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Www.streetblogger.fr 2071 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines