Magazine France

La ville : lieu de tous les possibles et de toutes les contradictions

Publié le 23 septembre 2009 par Pierreregnault

La ville : lieu de tous les possibles et de toutes les contradictions Les maires des grandes villes organisaient à la mairie de Paris une conférence internationale sur le thème « ville-monde : agir et vivre ensemble ». Des participants de tous les continents sont venus faire part de leur expérience face aux défis multiples qui sont ceux de l'humanité toute entière. Echanges et survols rapides, mais passionnants !


Lire la suite...

Pierre Regnault

 

Dans le monde, chaque jour, 18.000 personnes s’installent en ville. Les villes concentrent tout. Elles sont les lieux de tous les possibles : innovations, emplois, création de richesses, concentration des flux financiers, économiques et humains, quartiers d’affaires, brassage des cultures, apparition de nouvelles cultures urbaines.

La ville : lieu de tous les possibles et de toutes les contradictions
La ville est le champ de tous les possibles, mais aussi de toutes les contradictions, de toutes les inégalités, au centre des défis écologiques !

Alors que les moyens de transport se sont développés de façon extraordinaire, nombre de citoyens n’ont jamais quitté leur quartier et n’ont pas accès à tous les possibles de la grande ville de la « ville-monde ».

Les maires de villes du Brésil, du Burkina, des USA, de Chine, mais aussi de France, comme Colomb, Ayrault, Rossinot, Duron, Antonini, Valls, Delanoë, sont venus parler de leur projet de ville, de la place des habitants dans les projets, de la banlieue, des murs visibles (Brésil et USA) et invisibles, mais réels (Paris), entre les riches et les pauvres, de la sécurité, de la façon de gérer les SDF aux USA, du mieux vivre ensemble....

Instructif et passionnant. La mondialisation a aboli les frontières entre les villes soumises aux

La ville : lieu de tous les possibles et de toutes les contradictions
mêmes chocs, aux mêmes tensions !

Des architectes comme Chemetoff, De Portzamparc, Madec, Castro, Duthilleul (j'avais rencontré plusieurs d’entre eux à l’occasion de notre projet yonnais "pentagone 2020"), sont venus dire leur regard sur la ville, revendiquer la ville durable, mais bannir les normes que charrie ce concept utilisé à toutes les sauces qui enferme l’imagination renchérit les projets et accentue les inégalités.

Chemetoff, par exemple, demande que l'on construise une ville moins coûteuse, plus dense et humaine…

Le sommet de Copenhague, la réduction des gaz a effet de serres, la construction « basse consommation », à énergie positive, la gestion des déchets, l’économie d’eau,  ou bien encore comment diminuer l'empreinte écologique des villes :de tout cela il a été question. 

On en ressort interpellé, car même nos villes à dimension plus humaine comme La Roche sur Yon, même nos communes rurales, vivent une part de ces contradictions, de ces défis.

Leur avenir se jouent sur leur territoire mais aussi dans ce qui s’invente dans les grandes villes. Plus que jamais nous devons prendre conscience que notre destin, quelque soit le lieu où l'on habite, sera lié à ces évolutions mondiales des villes. Le 21ème siècle sera urbain : tenant en compte !



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pierreregnault 19 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte