Magazine Info Locale

L'affaire de la famille Tang Zhou

Publié le 24 septembre 2009 par Jean Noël Delorme
La situation de la famille Tang-Zhou occupe le devant de l'actualité à Clermont-Ferrand et ce sujet entraine même la polémique à l'intérieur de chaque famille politique, entre les tenants du respects des lois et ceux qui font primer leur bon coeur.
Dès la départ ce dossier est "pourr"; pourri car l'affaire fait long feu et met en cause beaucoup plus que cette famille. Cette dernière ne semble pas avoir fait le minima nécéssaire à sa régularisation, mais aussi, l'administration montre en l'occurence plus que des disfonctionnements, l'administration fiscale ignorant alègrement celle de la justice etc...;
Jean Pierre Brenas sur son blog analyse bien la situation et émet un voeu, à la fois humaniste et pragmatique:
  • La procédure suivie par la police des frontières à l’initiative du Consulat de Chine s’inscrit tout à fait dans l’esprit du régime Communiste Chinois.
  • Pour sa part, à aucun moment le Préfet n’a souhaité séparer les enfants des parents. Ne confondons pas les responsabilités.
  • Durant des années, l’absence apparente de communication entre le Tribunal de Commerce (auprès duquel Madame ZHOU était inscrite), l’administration fiscale et la Préfecture est pour le moins surprenante.
  • Le Maire de Clermont aurait bel et bien pris un arrêté de fermeture de l’établissement « Le Dragon Céleste » tenu par la famille TANG ZHOU avenue Charras, ce pour des raisons de non respect des normes de sécurité.
  • Les parents sont dans l’illégalité mais des enfants sont nés sur notre sol. On ne peut ignorer cela, ni tout effacer pour autant. Les TANG ZHOU doivent sortir de la clandestinité. Leur situation mérite d’être examinée. Un nouveau dialogue doit s’engager avec les autorités.
il constate:
Le responsable de Réseau Education Sans Frontière déclare, sur les ondes de Clermont 1ère, organiser la cache de la famille et vouloir en faire un combat contre la politique d’immigration du gouvernement.
 C'est là aussi que l'affaire se pourrit par la récupération politique, à bon compte, de la détresse d'une famille aux abois.
Que faudrait il faire alors?
Ou plutot que ne faudrait il pas faire?
- Ne pas tomber dans le pîège de la procédure de délégation parentale demandée par le Consulat Chinois.
- Ne pas renvoyer le père, sans précautions élémentaires en Chine car tout le monde connait l'extrème confort des geoles communistes de ce pays et le sort qui y est réservé à ceux qui ont émigré clandestinement.
Pourtant il faut bien touver une solution, ne serait ce que dans l'intéret des enfants.
- En premier lieu sursoir à l'expulsion et demander à la justice de revoir le dossier en leur accordant un auttre délai raisonnable pour qu'ils effectuent les démarches nécessaires à leur régularisation s'il la souhaitent.
- Faire accompagner cette démarche par une association reconnue et sous le controle du Conseil Général.
'- S'il s'avère nécéssaire que l'un des deux parents doive retourner en Chine pour y récupérer des documents administratifs s'assurer par les voies diplomatiques de la certitude qu'il ne sera pas inquiété et pourra revenir.
Mais je n'ai pas toutes les données de cette affaire et ne connais pas les raisons réelles pour lesqelles chacun des deux parents n'a pas fourni les documents nécessaires à sa régularisation, isolement en pays étranger ou bien pression trop forte de certains loobyes ... etc.?
A ces dernières questions le Préfet peut peut être répondre, mais pas aux premières, car alors il sortirai de son role de haut fonctionnaire au service de l'état.
Nulle doute que la famille Tang-Zhou s'invitera (virtuellement) demain soir au conseil municipal

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jean Noël Delorme 381 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine