Magazine Focus Emploi

Twitter et entretien de recrutement

Publié le 25 septembre 2009 par Veroniquer

who's_who Ce billet est inspiré... par un autre, que l'on doit à Lilian Mahoukou publié sur le Projet Doppelganger intitulé "Question à un entretien: qui suivez-vous sur Twitter?".

La question a été originellement posée aux États-Unis où l'usage de Twitter (service de micro-blogging, ie publications en 140 caractères en temps - quasi - réel<-mieux vaut le dire à nouveau).

En France son usage étant nettement moins développé, la question peut paraître moins pertinente, et pourtant...

Lilian Mahoukou pose deux autres questions: Que répondriez-vous ? Et côté recruteur, est-ce une question à poser ?. Vu que nous sommes ici "côté candidat", je répondrai à la première, tout en transmettant ce que j'ai expérimenté sous forme d'approche pour la seconde.

Il y a bien-sûr un présupposé à tout cela: il faut que et l'un et l'autre (recruteur et candidat), soient familiers de ces usages; ce qui suppose quand même une certaine catégorie de professions.

Je répondrai en orientant mes choix en fonction du poste pour lequel je postule. Lorsque vous écrivez une lettre de motivation, vous faites - je l'espère - la même chose.

Je répondrai également de façon à donner de l'information au recruteur sur ma personnalité et , éventuellement, mes centres d'intérêts, si ça s'y prête. En indiquant également quelle est l'utilité de ce service pour telle ou telle activité.

Et même si un recruteur vous demandait soudain: "Et pourquoi suivez-vous @tarteauxfraises (<- bon, je ne l'ai pas encore vu celui-là, mais, sait-on jamais), ou @dailynuts, les réponses peuvent être multiples:

- D'abord, ne pas se fier aux apparences: certains ont des noms très sérieux et publient n'importe quoi! D'autres ont des avatars ou des noms fantaisistes et publient des choses intéressantes.

- Vous avez le droit de vous détendre, de plaisanter, aussi! Étant donné qu'il s'agit de "médias sociaux" (ce qui peut vouloir dire tout et n'importe quoi), c'est quand même vivant comme chose!

- Vous pouvez aussi considérer que cela relève de votre vie privée, même si elle est publique (@tarteauxfraises est votre petit cousin... on ne choisit pas sa famille!).

Plus sérieusement: en réalisant cet été la série de portraits "Instantanés numériques", j'ai beaucoup utilisé Twitter pour m'aider à mieux cerner la personnalité de chacun (dans la mesure de mes moyens).

Il faut l'utiliser en recoupant avec d'autres sources d'information, mais on apprend beaucoup via ces fameux 140 caractères.

A éviter à tout prix - par exemple - de penser que parce qu'une personne pointe les mots "H1N1" (!!) ou "HIV", il serait malade ou aurait quelqu'un de son entourage concerné.

Peut-être, mais peut-être pas! Laissez cela aux robots (bots) qui vous accrochent instantanément dés que vous "prononcez" - virtuellement s'entend! - un mot clé: ils vous foncent dessus.

Il faut y passer du temps. Sans doute les recruteurs vraiment impliqués dans la recherche de certains talents et familiers d'Internet peuvent le faire. On obtient ainsi des profils très nuancés - enfin, ça n'est que mon avis.

Enfin, on peut aussi imaginer qu'un recruteur (pervers?) pourrait aussi inverser la question: Pourquoi pensez-vous que l'on vous suit sur Twitter?...

Si vous êtes inspirés, laissez vos commentaires à Lilian Mahoukou chez Doppelanger, cela peut-être intéressant pour eux. (et pour vous en lisant ce qui s'y échange!).

Enfin, pour prolonger l'analyse côté recrutement 2.0, un billet récent à lire sur Le Blog du personal branding (Fadhila Brahimi), qui documente et analyse ces questions.

Photo Alex White - copyright photoXpress


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Veroniquer 247 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog